Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: face à un gouvernement en faillite, les paysans sur tous les fronts

Pour que la population prenne en main la lutte contre l'epidemie, les paysans se transforment en "guerriers du covid"

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Le SKM (coordination paysanne qui anime le mouvement) a déclaré que les paysans ont déjà vaincu moralement et éthiquement mais qu'ils continueraient jusqu'à la défaite totale du gouvernement.

Les paysans et leurs soutiens ont commencé à mettre en place des camps de vaccination et d'autres services essentiels de santé, d'alimentation et d'hébergement sur tous les sites de protestation qu'ils animent avec l'aide de médecins, infirmiers et de Khalsa Aid et Hemkunt Foundation (deux ONG qui aident les paysans depuis le début) tout en distribuant des masques et d'autres équipements de protection. Ils ont commencé aussi à apporter de la nourriture aux hôpitaux qui manquent de tout.

Par ailleurs les paysans vont commencer des tournées de villages pour distribuer des médicaments. En même temps, ils demandent aux villageois de préparer pour chaque village, des réserves de céréales, afin de pouvoir les distribuer aux campements des portes de Delhi afin que le soulèvement paysan puisse nourrir en cas de confinement généralisé, les habitants des zones industrielles, des bidonvilles, leur frères, à proximité desquels leurs campements sont installés, comme le soulèvement le fait déjà aujourd'hui avec des cantines gratuites ouvertes et des repas distribués au gares routières et ferroviaires pour les travailleurs "migrants" qui ont perdu travail et logement à Delhi avec le confinement dans cette ville (agglomération de 35 millions d'habitants).

Enfin, ils ont mis en place un dispositif afin que tous les nécessiteux en difficulté puissent les contacter;

Les paysans ont également libéré un côté des autoroutes qu'ils occupent à Delhi, libèrent les péages autoroutiers pour que la circulation soit la plus fluide possible afin que les malades ne meurent pas dans les voitures coincées dans les embouteillages comme la grande presse l'a montré récemment accusant, à la suite de Modi, les paysans et leurs blocages d'être responsables des morts. En échange, les paysans demandent que les flics libèrent également tous leurs barrages qu'ils ont installé contre les paysans, ce qu'ils ne font pas et ce qui rajoute à la détestation générale montante contre Modi, son régime et ses milliardaires (qui fuient l'Inde en jets privés) qui tentent de cacher la catastrophe sanitaire en faisant enlever d'internet tout ce qui montre le désastre, en menaçant de sanctions ceux qui disent que le système hospitalier s'est effondré. Mais ils ne peuvent pas empêcher les gens de voir mourir les malades aux portes des hôpitaux ou dans la rue et les crématorium qui s'étendent partout pour brûler les cadavres (dans la religion hindoue, il faut brûler les corps des personnes décédées dans les 24 h).

Le mouvement paysan est en train de se gonfler actuellement des paysans qui sont en train de revenir en masse aux portes de Delhi une fois les récoltes finies. Le gouvernement et sa presse avaient parié sur le fait qu'après les récoltes, et avec le covid, ils ne reviendraient pas. C'est le contraire, ils reviennent plus nombreux. Des colonnes de tracteurs sillonnent les routes et marchent actuellement sur la capitale.

En même temps, le SKM (Front Uni Paysan) a demandé aux paysans de monter en masse sur Delhi pour protéger les campements d'une éventuelle attaque de Modi et de ses hommes de main fascistes mais aussi pour discuter ensemble de la nouvelle stratégie à définir pour la période qui vient face au covid.

PHOTOS

Les paysans des campements de Delhi emballent la nourriture qu'ils vont distribuer aux gares routières et ferroviaires aux travailleurs "migrants" qui ont perdu travail, revenus et logements ; respirateurs offerts par Khalsa Aids ; des militants des organisations sikhs paysannes et de Hemkunt foundation, l'ONG aux côtés des paysans se déplacent dans les rues pour apporter de l'oxygène aux gens défaillants ; une des caravanes ici de bus et voitures qui monte sur Delhi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes