ils ont peur du mouvement social et ils reculent... -Jacques Chastaing

Mais attention, ils manœuvrent aussi donc amplifions la pression, ne nous laissons pas diviser. Tous ensemble dans la rue dans les jours qui viennent !

Ils ont retiré le "licenciement" des mesures contre ceux qui ne seraient pas vaccinés et supprimé l'interdiction d’accès aux grands magasins et aux urgences hospitalières à ceux qui n'auraient pas le pass sanitaire.

C'est la pression montante de la rue qui les inquiètent et ils reculent.

Mais en même temps, en supprimant le "licenciement" de leur ensemble de mesures, ils essaient de freiner la vague de révolte croissante dans les hôpitaux tout comme la mobilisation de la base syndicale qui prend de l'ampleur.

Ils veulent empêcher la jonction entre la masse des manifestants et le secteur organisé de la classe ouvrière. Cette jonction pour eux serait en effet mortelle. C'est pourquoi ils l'essaient de l'empêcher d'une part, comme au temps des Gilets Jaunes, en confondant volontairement les manifestants contre l'obligation vaccinale avec des manifestants anti-vaccins ou d'extrême droite, irresponsables et égoïstes, mais voyant que ça ne suffit plus vu la mobilisation montante, ils essaient d'autre part maintenant, par une seconde manœuvre, de donner du grain à moudre aux directions syndicales pour les satisfaire afin qu'elles ne s'engagent pas dans le combat alors qu'elles commençaient à s'agiter sur ce point précis sous la pression de leurs bases.

Alors, attention, s'il y a bien un recul il y a aussi une entourloupe, puisqu'ils remplacent le licenciement par une suspension du contrat de travail et du salaire durant deux mois, avec possibilité de mutation obligatoire, mais sans préciser ce qui se passera au bout des deux mois. Un renouvellement de la suspension du contrat et du salaire, de manière indéfinie ? Une mutation impossible à accepter ? Ce qui sans être un licenciement y ressemble quand même à terme. Alors ne nous laissons pas abuser.

Continuons la pression tous ensemble, qu'on soit vaccinés ou non, qu'on soit syndicaliste ou simple citoyen, dans la rue et dans les syndicats, c'est le moment de s'engager à fond.

On tient le bon bout, ils ont peur et ils le montrent, ce n'est pas le moment de lâcher mais au contraire d'amplifier la mobilisation.

ON PEUT GAGNER !

Peut être une image de 2 personnes, personnes debout, personnes qui marchent, plein air et foule

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.