Ils ont raison d’avoir peur -Aplutsoc

Et pourquoi pas la grève générale au 15 septembre ? Pour interdire tout licenciement et toute suspension de contrat de travail, pour interdire les attaques annoncées contre l’assurance chômage et les retraites, pour déjouer le piège des présidentielles en chassant Macron et en ouvrant ainsi la voie à la démocratie : voila ce qu’il nous faut discuter, populariser, organiser !

.

par  aplutsoc

200.000 manifestants spontanés, sans aucune autre organisation que des sections syndicales locales voire départementales, fin juillet en France : cela aussi ne s’était jamais produit sous la V° République avant le quinquennat de Macron !

La Commission Mixte Paritaire Assemblée nationale/Sénat s’est tenue aujourd’hui pour fixer les amendements à la loi scélérate de Macron. Ils ont reculé sur l’interdiction d’accès aux personnes dépourvues de « pass » dans les grands magasins, ainsi que sur l’interdiction d’accès aux urgences hospitalières, toutes choses auxquelles ils ont pensé !

Surtout, ils ont retiré presque entièrement le mot « licenciement » du texte de la loi, concernant la menace faite aux salariés sans pass dans la santé, les transports, les pompiers … (seuls les flics sont dispensés de tout pass et de tout vaccin !).

Mais attention : ils imposent la suspension du contrat de travail suspendant aussi le salaire et pouvant se résoudre par une mutation de service. L’essentiel de l’attaque contre les salarié-e-s, contre le droit du travail et contre le statut de la Fonction publique demeure, mais ce que cette manœuvre en recul veut dire, c’est qu’ils ont peur et qu’ils ont raison d’avoir peur !

Le mur du 15 septembre est toujours là. Tout le monde ne parviendra pas à se faire vacciner d’ici là : Castex a prévu qu’au moins 22 millions de personnes ne pourraient avoir de « pass ». Le mouvement est ascendant, en plein été. Ce n’est pas un mouvement « antivax » ou « complotiste » : ces composantes ne sont fortes que du soutien apporté pour l’instant à Macron par les directions nationales de nos syndicats, car n’appeler à rien, c’est soutenir Macron et c’est laisser le terrain à ces courants. Mais eux aussi sont dans l’expectative, car le mouvement est ascendant. Il surplombe la rentrée scolaire dans 5 semaines.

Et pourquoi pas la grève générale au 15 septembre ? Pour interdire tout licenciement et toute suspension de contrat de travail, pour interdire les attaques annoncées contre l’assurance chômage et les retraites, pour déjouer le piège des présidentielles en chassant Macron et en ouvrant ainsi la voie à la démocratie : voila ce qu’il nous faut discuter, populariser, organiser !

Le lien vers le texte de la Commission Mixte Sénat/Assemblée

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.