Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10378 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2021

Inde: "si les femmes peuvent cultiver la terre, elles peuvent aussi diriger le pays".

Ainsi s'est exprimée la femme modératrice lors de la session aujourd'hui du Parlement paysan installé à 150 mètre du Parlement bourgeois, et composée ce jour que de députés femmes.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Lors de la session aujourd'hui du Parlement paysan installé à 150 mètre du Parlement bourgeois, et composé ce jour que de députés femmes, la femme élue modératrice de la session du Parlement paysan a déclaré : "Si les femmes peuvent cultiver la terre, elles peuvent aussi diriger le pays... Le Parlement de femmes d'aujourd'hui montrera à tout le pays toute la force des femmes.... Si les dirigeants du pays nous traitent de terroristes alors il faut qu'il aient le courage de cesser de manger la nourriture que produisent ces terroristes dans les champs..."

Elle a rappelé que les dirigeants du pays qui avaient prêté serment pour servir tous les habitants du pays, ne servaient exclusivement que les capitalistes auxquels ils se sont vendus.

Les femmes ont par ailleurs exigé une représentation dans le pays à tous les niveaux en proportion de leur nombre et de leur importance dans la vie sociale. Elles ont aussi exigé une représentation plus importante dans le mouvement paysan lui-même.

Les femmes députés paysannes ont exigé des parlementaires bourgeois qu'ils se prononcent en faveur d'un texte imposant un minimum de 33% de femmes au Parlement et dans les assemblées d'Etat.

Partout en Inde aujourd'hui, les rassemblements ont eu lieu pour suivre la session du Parlement féminin. Dans le Pendjab où 108 sites - en majorité des péages autoroutiers, mais aussi des magasins, gares, entreprises, etc - sont occupés en permanence, des Assemblées Générales ont eu lieu partout dirigées et animées par des femmes.

En même temps, le mouvement paysan annonçait qu'il ferait tomber les députés bourgeois qui n'auraient pas défendu leurs revendications, avec une grande campagne menée dans chaque village des deux Etats où vont avoir de élections législatives en début d'année prochaine, l'Uttarakhand et l'Uttar Pradesh (210 millions d'habitants), cœur du pouvoir général du BJP. Ils commenceront leur campagne le 5 septembre par un grand rassemblement et lanceront parallèlement le bannissement social des députés qui ne les ont pas défendus dans la session actuelle du Parlement ainsi que les élus et responsables BJP de ces deux Etats, comme ils le font déjà dans le Pendjab et l'Haryana, leur interdisant toute activité publique.

Ces menaces ne sont pas sans effet, puisqu'on n'a jamais vu autant d'activité de l'opposition au Parlement bourgeois ces jours-ci, défendant les paysans, faisant obstruction sur tout, au point où pour rendre hommage au Parlement paysan, le leader du principal parti d'opposition, le Parti du Congrès (centre gauche) est entré dans l'enceinte du Parlement institutionnel bourgeois en tracteur !

Enfin, le mouvement paysan a demandé à ses soutiens de cesser de bloquer les péages autoroutiers et de déplacer leurs blocages sur les entreprises, plateformes logistiques, supermarchés, stations essences, etc., des deux principaux groupes capitalistes du pays et aussi principaux soutiens de Modi, Ambani et Adani.

PHOTOS

La session des députées paysannes au Parlement paysan du 26 juillet 2021 ; une députée paysanne ; affiche pour la session du parlement paysan féminin du 26 juil

tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B