Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10340 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2021

Face à l’offensive capitaliste : manifester dans la rue le 27 novembre

Des salariés de différents secteurs, de l’industrie, des transports, du commerce, de la poste, de l’éducation nationale…se sont rencontrés à l’appel des salariés en lutte de PPG et de TUI, pour l’interdiction des licenciements et des suppressions d’emplois. Ils appellent à manifester le 27 novembre prochain à Paris.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: A & R

Le 5 octobre, 160 000 personnes ont manifesté dans tout le pays contre la politique du gouvernement. Il faut dire qu’en cette rentrée, les raisons de se révolter, de faire grève et de manifester, sont plus nombreuses que jamais. Alors que les licenciements s’abattent dans tous les secteurs, le gouvernement a annoncé le 1er octobre la mise en place de la réforme de l’assurance chômage, qui va encore davantage réduire à la misère les travailleurs et travailleuses privés d’emploi. Dans le même temps, le pass sanitaire et l’obligation vaccinale entraînent des milliers de suspensions, notamment dans la santé. Et maintenant, après l’avoir étendu aux adolescents, le gouvernement parle de prolonger le pass jusqu’à l’été 2022 !

Les directions syndicales refusent d’organiser le combat contre le gouvernement

Si, face à cette déferlante antisociale, les chiffres de grévistes et de manifestants du 5 octobre peuvent paraître modestes, c’est avant tout parce que les directions syndicales n’ont rien fait pour lier cette date aux problèmes qui se posent aujourd’hui aux travailleurs et travailleuses. Ainsi, dans l’appel national du 5 octobre, rien n’était dit ni sur le pass sanitaire, ni sur les plans de licenciements massifs qui s’abattent sur les salariés.

Et maintenant que la date du 5 octobre est passée, l’intersyndicale n’annonce aucune suite. Pour les dirigeants syndicaux, il ne faudrait en effet surtout pas perturber le cirque électoral qui va se jouer à partir de maintenant jusqu’aux présidentielles en mai 2022 !

Le 27 novembre : c’est dans la rue que ça se passe

Pourtant, les travailleurs et travailleuses tentent de résister et de bagarrer face à l’offensive patronale et gouvernementale. Ainsi, depuis plusieurs semaines maintenant, les conducteurs et conductrices de la compagnie Transdev ont commencé à se mettre en grève. Partie de région parisienne, la grève commence maintenant à s’étendre dans certaines régions, comme en Bretagne.

Alors que la course à l’échalotte est lancée entre candidats bourgeois pour celui qui fera les annonces les plus démagogiques et réactionnaires, il est très important de soutenir cette grève et de l’aider à s’étendre. Car ce que notre camp social a obtenu comme acquis, il ne l’a jamais obtenu par des bulletins de vote derrière des politiciens, il l’a obtenu par ses grèves et ses bagarres !

Le 2 octobre dernier, des salariés de différents secteurs, de l’industrie, des transports, du commerce, de la poste, de l’éducation nationale… se sont rencontrés à l’appel des salariés en lutte de PPG et de TUI, pour l’interdiction des licenciements et des suppressions d’emplois. Les participants à cette réunion, qui ont organisé un cortège dynamique dans la manifestation parisienne du 5 octobre, ont appelé à manifester le 27 novembre prochain à Paris. Nous devons construire et organiser cette manifestation, qui sera une réponse de notre camp social au déferlement réactionnaire auquel vont se livrer les Macron, Bertrand, Zemmour et autres Le Pen…

Philippe Poutou : une candidature anticapitaliste et révolutionnaire, pour en finir avec cette société

Car ce n’est certainement pas par un bulletin de vote dans une urne que nous allons pouvoir en finir avec le chômage, la misère et l’exploitation. Pendant que les différents candidats de droite et d’extrême-droite rivalisent dans les déclarations racistes et antisociales, en face, les Mélenchon et Fabien Roussel nous expliquent qu’on pourrait vivre des jours meilleurs en restant dans le cadre des institutions et du système capitaliste. Quand ils ne se rangent tout simplement pas derrière le discours de la droite, comme lorsque Roussel soutient les flics et que Mélenchon défend les capitalistes français.

Face à tous ces politiciens bourgeois, le NPA a fait le choix de présenter Philippe Poutou aux élections présidentielles. A travers cette candidature et cette campagne, il s’agit de défendre un programme clairement anticapitaliste et révolutionnaire. Un programme qui affirme la nécessité de construire un grand mouvement d’ensemble, une grève générale, un mai 68 qui aille jusqu’au bout, afin d’en finir avec le capitalisme, et de construire une autre société, débarrassée de toute oppression et de toute exploitation, le communisme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay