Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10594 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

Inde: Soulèvement paysan, saison deux -Jacques Chastaing

Ce n'est qu'un début ! Enormes rassemblements paysans a delhi ce 26 novembre 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour l'anniversaire des 365 jours de lutte des paysans, ceux-ci ont frappé fort en se rassemblant massivement sur les campements des portes d'entrée de la capital Delhi, à Tikri, Ghazipur et Singhu. Sur le seul rassemblement de Ghazipur, on estimait la participation de 50 à 100 000 personnes selon les témoins. Les organisations féministes déclaraient pour leur part qu'il y avait 100 000 femmes au moins qui était présentes aux campements des portes de Delhi.

La journée a été partagé entre chants, danses pour fêter la victoire et allocutions pour préparer la suite.

Les paysans et leurs soutiens qui venaient des Etats du nord du pays, les plus proches de la capitale, Punjab, Uttar Pradesh, Haryana, Rajasthan et Uttarakhand sont venus à Delhi avec tracteurs et chariots, amenant des tonnes de nourriture, pour tenir un an encore si c'est nécessaire, disaient-ils.

Dans le reste du pays, du Tamil Nadu au Bengale Occidental en passant par le Karnataka ou le Kerala, les paysans et leurs soutiens ont manifesté dans chacune des capitales des Etats de l'Union indienne.

A Calcutta au Bengale Occidental, pour marquer cette journée, il y a eu une manifestation de plusieurs dizaines de milliers de participants, paysans, ouvriers, étudiants, enseignants.

Dans le Karnataka, ce qui peut être significatif pour l'avenir, la mobilisation a été importante à Bengalore et les paysans ont occupé des autoroutes, alors que la mobilisation dans cet Etat n'avait pas été très importante jusqu'à ce jour. Les organisations paysannes du Karnataka ont déclaré que pour obtenir le MSP pour tous, dans cet Etat ou quasi personne n'en bénéficie, elles étaient partantes pour entrer en lutte. Et elles l'ont montré aujourd'hui.

Autre mobilisation importante dans l'Etat du Kerala où il y a eu des manifestations ou rassemblements dans 2 100 villages de l'Etat.

L'importance de la mobilisation dans le pays n'était pas due qu'à l'envie de fêter la victoire contre Modi qui a renoncé à ses trois lois anti-paysans mais aussi et surtout à la volonté de s'appuyer sur ce succès pour continuer et amplifier la lutte afin d'obtenir le MSP, un Prix Minimum de Soutien pour tous les produits agricoles pour tous les paysans, un sorte de salaire minimum pour l'ensemble des 600 millions de paysans.

Comme le disait un leader paysan : "le mouvement paysan a fait plier le gouvernement, qui devenait celui d'une dictature. Le dictateur allemand s'est suicidé en admettant sa défaite et le dictateur de notre pays (Narendra Modi) a reconnu sa défaite dans les médias et s'est suicidé politiquement. C'est la première victoire du mouvement qui servira tout le monde car il a rétabli les valeurs de la démocratie pour tout le pays."

La victoire partielle a enthousiasmé d'autres mouvements, ceux des étudiants, des retraités et des ouvriers qui ont constitué une part importante de la mobilisation de cette journée. Il est fort probable que les syndicats ouvriers seront ainsi poussés à intensifier leur lutte pour le retrait de quatre lois qui détruisent le code du travail, et que les organisations d'étudiants se mobilisent encore plus pour manifester leur opposition à la Politique nationale d'éducation.

Demain 27 novembre, journée de réflexion et débats pour décider de la stratégie à venir.

Le 28 novembre Mahapanchayat géant à Mumbaï (Bombay) avec la participation d'ouvriers agricoles, ouvriers, féministes, étudiants... une première dans cette ville qui donnera certainement la tonalité de la saison deux de la lutte des paysans.

Et à partir du 29 novembre, manifestations quotidiennes sur le Parlement à Delhi pour toute la durée de la session parlementaire d'hiver, où les paysans pourront ainsi surveiller et vérifier de près si Modi fait passer dans la loi, et comment, sa promesse de renoncer à ses lois noires anti-paysans.

Bref, le mouvement paysan n'en est qu'à son début. Il avait pris un tour de plus en plus large et populaire mais dans la période qui vient, il pourrait bien devenir le mouvement de toutes les classes populaires du pays.

PHOTOS

Une mer de paysans et soutiens au campement de la porte Tikri de Delhi ; réunion ce 26 novembre 2021 au campement de la porte Tikri à Delhi ; réunion ce 26/11 au campement de la porte Singhu de Delhi ; réunion ce 26/11 au campement de la porte Ghazipur de Delhi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica