Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: le soulèvement paysan tient de plus en plus en main l'agenda quotidien du pays

Après le succès du blocage général de l'inde hier, il prolonge l'action aujourd'hui en continuant a bloquer durant 4 jours la principale plateforme logistique du pays, et il commence la grande fête nationale des couleurs de manière originale.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Après l'immense succès du blocage du pays hier, le plus grand depuis l'indépendance selon ses organisateurs, qui a montré d'une part l'influence nationale croissante du soulèvement et d'autre part son influence montante sur de larges couches de la population dépassant le monde paysan, le soulèvement continue en se donnant une dimension clairement anticapitaliste en faisant le siège à partir d'aujourd'hui et pour 4 jours par le biais de sa jeunesse, de la principale plateforme logistique du pays à Kila Raipur d'où sont importées et exportées la majeure partie des marchandises appartenant au principal groupe capitaliste indien, Adani, soutien majeur de Modi.

Par ailleurs, dans les jours qui viennent, va se décider si les ouvriers de l'aciérie Vizag (33 000 salariés et bien plus encore de sous-traitants) dans l'Andhra Pradesh vont partir en grève illimitée contre leur privatisation en menant leur lutte avec les paysans comme ils l'ont déclaré.

Ce pourrait être un tournant de la situation d'une part parce que ce sont toutes les secteurs professionnels de tout le pays qui sont menacées de privatisation et que jusque là, les directions syndicales n'ont voulu mener des luttes que profession par profession. Or là, les ouvriers ont décidé et l'ont montré plusieurs fois dans les jours et semaines qui précédaient avec un grand succès qu'ils voulaient appeler toute la population dans une lutte commune déterminée contre les privatisations.

D'autre part, ils ont appelé les paysans à venir mener cette lutte en commun avec eux.

Cela pourrait donner un premier exemple d'une coordination entre ouvriers et paysans par dessus les directions syndicales qui là aussi pourrait servir d'exemple ailleurs et changer le caractère du soulèvement paysan pour en faire véritablement un soulèvement général.

Bien sûr, ce n'est pas fait ; les enjeux sont tellement importants que les directions syndicales et politiques font tout pour que ça n'arrive pas. Les paysans de leur côté ont montré qu'ils étaient disponibles pour une telle politique. Un meeting commun ouvriers/paysans devrait être tenu dans les jours qui viennent. On verra donc.

Enfin, dans les jours qui viennent, les 28 et 29 mars, se tiennent deux grandes fêtes nationales indiennes, le Hola Mohallah, grande fête sikh et le Holi, fête nationale indienne qui dépasse les religions et est connue dans le monde entier comme la fête des couleurs où les gens se jettent des poudres de couleurs au visage et sur le corps.

Or, le soulèvement paysan, va affirmer sa présence dans les deux cas.

Il a prévu pour le cœur du Hola Mohallah, un meeting géant paysan et pour le Holi, il a appelé, comme cela se fait traditionnellement, à brûler ce jour-là le Mal, en l’occurrence les effigies de Modi et les lois anti-paysans et anti-ouvriers.

Bref, le soulèvement s'inscrit de plus en plus dans tous les aspects de la vie quotidienne et met de plus en plus à nu le pouvoir de Modi qui ne peut même plus célébrer une fête tranquillement, à nu comme des paysans qui ont arraché aujourd'hui les vêtements d'un député du BJP pour lui jeter de l'encore noire sur la peau, le début d'une fête des couleurs à la tonalité très politique.

PHOTOS

Mahapanchayat à Dausa dans le Rajasthan ; début du siège de 4 jours, du 27 au 31 mars de la principale plateforme logistique à Kila Raidur du plus grand groupe capitaliste indien, Adani, d'où il exporte et importe toutes ses marchandises ; il est bien difficile pour les députés du BJP (parti au pouvoir) de se déplacer dans le Pendjab. Ainsi le député BJP de Abohar, Arun Narang, a été pris à partie par des paysans qui lui ont déchiré tous ses vêtements et l'ont badigeonné d'encre noire ; manifestation des étudiants en soutien aux ouvriers de l'aciérie Vizag en lutte contre leur privatisation ; manifestation d'instituteurs contre la privatisation de l'aciérie Vizag ; rassemblement contre la privatisation de l'aciérie Vizag dans l'Andrha Pradesh où la grève et le blocage de l'Etat le 26 mars ont été suivis à quasi 100%

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar