Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2021

Inde: le soulèvement paysan tient de plus en plus en main l'agenda quotidien du pays

Après le succès du blocage général de l'inde hier, il prolonge l'action aujourd'hui en continuant a bloquer durant 4 jours la principale plateforme logistique du pays, et il commence la grande fête nationale des couleurs de manière originale.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Après l'immense succès du blocage du pays hier, le plus grand depuis l'indépendance selon ses organisateurs, qui a montré d'une part l'influence nationale croissante du soulèvement et d'autre part son influence montante sur de larges couches de la population dépassant le monde paysan, le soulèvement continue en se donnant une dimension clairement anticapitaliste en faisant le siège à partir d'aujourd'hui et pour 4 jours par le biais de sa jeunesse, de la principale plateforme logistique du pays à Kila Raipur d'où sont importées et exportées la majeure partie des marchandises appartenant au principal groupe capitaliste indien, Adani, soutien majeur de Modi.

Par ailleurs, dans les jours qui viennent, va se décider si les ouvriers de l'aciérie Vizag (33 000 salariés et bien plus encore de sous-traitants) dans l'Andhra Pradesh vont partir en grève illimitée contre leur privatisation en menant leur lutte avec les paysans comme ils l'ont déclaré.

Ce pourrait être un tournant de la situation d'une part parce que ce sont toutes les secteurs professionnels de tout le pays qui sont menacées de privatisation et que jusque là, les directions syndicales n'ont voulu mener des luttes que profession par profession. Or là, les ouvriers ont décidé et l'ont montré plusieurs fois dans les jours et semaines qui précédaient avec un grand succès qu'ils voulaient appeler toute la population dans une lutte commune déterminée contre les privatisations.

D'autre part, ils ont appelé les paysans à venir mener cette lutte en commun avec eux.

Cela pourrait donner un premier exemple d'une coordination entre ouvriers et paysans par dessus les directions syndicales qui là aussi pourrait servir d'exemple ailleurs et changer le caractère du soulèvement paysan pour en faire véritablement un soulèvement général.

Bien sûr, ce n'est pas fait ; les enjeux sont tellement importants que les directions syndicales et politiques font tout pour que ça n'arrive pas. Les paysans de leur côté ont montré qu'ils étaient disponibles pour une telle politique. Un meeting commun ouvriers/paysans devrait être tenu dans les jours qui viennent. On verra donc.

Enfin, dans les jours qui viennent, les 28 et 29 mars, se tiennent deux grandes fêtes nationales indiennes, le Hola Mohallah, grande fête sikh et le Holi, fête nationale indienne qui dépasse les religions et est connue dans le monde entier comme la fête des couleurs où les gens se jettent des poudres de couleurs au visage et sur le corps.

Or, le soulèvement paysan, va affirmer sa présence dans les deux cas.

Il a prévu pour le cœur du Hola Mohallah, un meeting géant paysan et pour le Holi, il a appelé, comme cela se fait traditionnellement, à brûler ce jour-là le Mal, en l’occurrence les effigies de Modi et les lois anti-paysans et anti-ouvriers.

Bref, le soulèvement s'inscrit de plus en plus dans tous les aspects de la vie quotidienne et met de plus en plus à nu le pouvoir de Modi qui ne peut même plus célébrer une fête tranquillement, à nu comme des paysans qui ont arraché aujourd'hui les vêtements d'un député du BJP pour lui jeter de l'encore noire sur la peau, le début d'une fête des couleurs à la tonalité très politique.

PHOTOS

Mahapanchayat à Dausa dans le Rajasthan ; début du siège de 4 jours, du 27 au 31 mars de la principale plateforme logistique à Kila Raidur du plus grand groupe capitaliste indien, Adani, d'où il exporte et importe toutes ses marchandises ; il est bien difficile pour les députés du BJP (parti au pouvoir) de se déplacer dans le Pendjab. Ainsi le député BJP de Abohar, Arun Narang, a été pris à partie par des paysans qui lui ont déchiré tous ses vêtements et l'ont badigeonné d'encre noire ; manifestation des étudiants en soutien aux ouvriers de l'aciérie Vizag en lutte contre leur privatisation ; manifestation d'instituteurs contre la privatisation de l'aciérie Vizag ; rassemblement contre la privatisation de l'aciérie Vizag dans l'Andrha Pradesh où la grève et le blocage de l'Etat le 26 mars ont été suivis à quasi 100%

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77