Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2021

Continuité Obama-Trump-Biden: pour les 1 % de profiteurs...

Des politiciens en France, menteurs par profession, mais aussi parfois ignorants, comparent Biden à Roosevelt. Certains conseils en investissement -ici La Chronique Agora- n'ont pas besoin d'enfumer les électeurs et regardent parfois les faits.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Bill Boner- Chronique Agora

Les 1% sont encore plus riches
Jetons un œil aux 20 dernières années.
Au début du XXIème siècle, les 1% d’Américains les plus riches possédaient quelque 12 500 Mds$ d’actifs. Les 50% au bas de l’échelle avaient environ 3 500 Mds$.
Aujourd’hui, les 1% ont près de 39 500 Mds$ – plus du triple de ce qu’ils avaient en 2000. La moitié du bas de l’échelle possède environ 7 500 Mds$ – à peine le double de ce qu’ils avaient il y a 20 ans.
Dans le même temps, le PIB US – une approximation très sommaire des biens et services échangés – a doublé sur ces deux décennies. Il est passé d’environ 10 000 Mds$ en 2000 à 22 000 Mds$ aujourd’hui.
Ainsi, les 1% les plus riches ont vu leur fortune augmenter deux fois plus rapidement que le PIB... et près de sept fois plus que les 50% les moins riches de la population américaine.
Les marchés sont témoins
Cette nouvelle richesse est visible dans les indices boursiers. Le Dow Jones, par exemple, a terminé 1999 à un sommet de 11 497. Il est désormais près de trois fois plus élevé... tandis que la production de richesse réelle précédemment citée – le PIB – n’a que doublé.
Nous pouvons voir d’où cette nouvelle "richesse" – aussi bien sur le Dow que dans les poches des 1% – provient.
Le bilan de la Réserve fédérale (la fondation monétaire du système du dollar) n’atteignait que 600 Mds$ environ à la fin des années 1990. Il dépasse désormais les 7 800 Mds$.
Dans une économie honnête, on gagne la richesse avant de la dépenser.
Dans une économie malhonnête, elle n’est jamais gagnée, purement et simplement. Elle naît en escroquant le public.
Une élégante escroquerie
Revenons un peu en arrière et examinons les bases, afin de mieux comprendre tout cela.
Le véritable objectif d’un gouvernement est de protéger les gens qui le contrôlent – leurs biens, leur statut et leur pouvoir. Les élites contrôlent toujours le gouvernement... et tentent naturellement de l’utiliser pour gagner plus de pouvoir et d’argent pour elles-mêmes.
Sous cet aspect, le programme de relance est l’arnaque la plus élégante jamais conçue.
Pas de nouveaux impôts pour irriter les électeurs. Pas d’emprunts démesurés faisant grimper les taux d’intérêt.
A la place, les autorités "impriment" l’argent et le transfèrent aux parties les plus privilégiées de la société – l’industrie financière, les cercles politiques, les grandes entreprises, les universitaires, le complexe militaro-industriel, les compères et ceux qui ont de l’entregent reçoivent des milliers de milliards de dollars...
... Tout en prétendant aider l’homme du peuple en "sauvant des emplois", en "stimulant" l’économie et en "s’assurant qu’elle a les liquidités dont elle a besoin".
Et – surprise ! –, la majeure partie de cet argent termine entre les mains... de qui, devinez un peu ? Des élites elles-mêmes !
Et voilà – incroyable – qu’elles ont un autre problème à résoudre : les inégalités.
Grâce à toutes les mesures de relance, les 1% les plus riches détiennent désormais 31% de la richesse des Etats-Unis. Les 10% les plus riches en ont 70%. Il faut faire quelque chose, disent les élites, pour lisser tout cela.
Et – incroyable une fois encore – elles s’attaqueront à ce problème comme à tous les autres problèmes qu’elles créent : en faisant intervenir leur gros bulldozer... pour pousser plus d’argent et de pouvoir... vers elles-mêmes !

En complément tous les jours la rubrique Economie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd