Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10597 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juin 2021

La Sec d'Etat chargée de la Jeunesse vend le SNU avec un crucifix en arrière-plan

La chargée de la Jeunesse et de l'Engagement Sarah El Hairy, la même qui s'alarmait en novembre dernier d'un échange sur la religion avec des jeunes des quartiers prioritaires, la même qui défend la laïcité quand il s'agit de l'opposer à la religion musulmane, n'a pas semblé s'inquiéter du crucifix qui se trouvait dans la salle de classe où elle a rencontré les jeunes volontaires du SNU.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: RP

Crédits image : Huffpost

Ce n’est pas une nouveauté que le combat pour la laïcité républicaine du gouvernement Macron se concentre uniquement sur la stigmatisation des musulmans. Mais une vidéo publiée par Huffpost à propos du lancement du SNU 2021 montre des images glaçantes : à l’intérieur d’une salle de classe, des enfants de 15 à 16 ans vêtus d’uniformes policiers se tiennent de manière irréprochable à l’écoute de la chargée de la Jeunesse et de l’Engagement Sarah El Hairy, qui leur parle sans aucun complexe avec un crucifix en arrière-plan.

Ce qui est scandaleux et hypocrite dans cette image, c’est le fait que Macron, Blanquer et tout son gouvernement, depuis le début, ont mené une énorme offensive contre la religion musulmane au nom d’une certaine laïcité, qui n’est rien d’autre qu’une laïcité à géométrie variable. Cela nous donne un aperçu assez clair des « valeurs républicaines » que le gouvernement cherche à défendre avec la mise en place de ce Service National Universel.

En effet, les participants du SNU sont obligés de porter correctement l’uniforme quasi policier avec la cocarde bleu blanc rouge, de se lever à 6 h 30 pour entonner la Marseillaise en rang d’oignons, de participer à un « parcours du combattant » et même à un raid commando, afin de former des soldats dociles et ainsi humilier toute une génération de jeunes à qui le gouvernement ne promet que la précarité.

Sous couvert d’un « engagement citoyen », le gouvernement cherche à promouvoir les valeurs qui émanent d’un État impérialiste qui opprime, précarise et même assassine à l’intérieur et à l’extérieur du territoire, derrière l’idée d’une « unité nationale », d’un « patriotisme » et même de la nécessité d’une « défense nationale » plus que dangereuse dans le contexte sécuritaire et islamophobe que nous traversons.

En complément le dossier SNU de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre