Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2017

L’argent de la drogue a sauvé les banques pendant la crise mondiale

Un article qui reste d'actualité. Le responsable de la lutte contre la drogue et le crime affirmait dès 2009 que 352 milliards de dollars de recettes criminelles ont été efficacement blanchis par des institutions financières.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : Rajeev Syal, The Guardian, 13-12-2009

Des milliards de dollars d’argent de la drogue ont maintenu à flot le système financier au plus fort de la crise mondiale, a déclaré à The Observer le tsar de la lutte contre la drogue et le crime aux Nations Unies.

Antonio Maria Costa, chef du bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, a déclaré avoir constaté que les recettes du crime organisé étaient « le seul capital d’investissement liquide » accessible pour certaines banques au bord de la faillite l’an dernier. Il a dit que la majeure partie des 352 milliards de dollars (216 milliards de livres sterling) des profits de la drogue avaient par conséquent été absorbés par le système économique.

Cela soulèvera des interrogations au sujet de l’influence des activités criminelles sur le système économique en temps de crise. Cela provoquera également un examen plus approfondi du système bancaire alors que des leaders mondiaux, parmi lesquels Obama et Gordon Brown, appellent à de nouvelles réglementations du Fonds monétaire international. Depuis son bureau à Vienne, Costa a indiqué que les agences de renseignement et les procureurs ont été les premiers à attirer son attention, il y a 18 mois, sur les preuves que de l’argent illégal était absorbé par le système financier. « Dans de nombreux cas, l’argent de la drogue était le seul capital d’investissement liquide. Dans la deuxième moitié de 2008, les liquidités étaient le principal problème du système bancaire, et par conséquent le capital liquide est devenu un élément important », a-t-il déclaré.

Certaines des preuves déposées à son bureau indiquent que l’argent des gangs a été utilisé pour sauver certaines banques de la faillite lorsque le crédit s’est trouvé paralysé, selon ses dires.

« Les prêts inter-bancaires ont été financés par de l’argent provenant du commerce de la drogue et d’autres activités illégales… Il y a eu des signes que certaines banques ont été sauvées de cette façon ». Costa a refusé d’identifier les pays ou les banques qui auraient reçu de l’argent de la drogue, arguant que cela serait inapproprié, car son service est censé résoudre le problème et non désigner des coupables. Mais il a dit que cet argent fait maintenant partie du système officiel et qu’il a été efficacement blanchi.

« C’était au moment [l’année dernière] où le système était pratiquement paralysé à cause de la réticence des banques à se prêter de l’argent mutuellement. L’injection progressive de liquidités dans le système et l’augmentation progressive pour certaines banques de la valeur de leurs actions [signifie que] le problème [de l’argent illégal] est devenu bien moins grave qu’il ne l’a été », a-t-il dit.

Le FMI a estimé que d’importantes banques américaines et européennes ont perdu plus de mille milliards de dollars sur des actifs toxiques et sur des prêts douteux de janvier 2007 à septembre 2009, et que plus de 200 organismes prêteurs ont fait faillite. De nombreuses institutions majeures ont également fait faillite, ont été acquises sous la contrainte, ou bien ont été soumises à une prise de contrôle par le gouvernement.

On pense maintenant que les gangs tirent la plupart de leurs bénéfices du trafic de drogues, estimés à 352 milliards de livres, selon l’ONU. Ils gardent habituellement leurs recettes en argent liquide ou les déplacent à l’étranger pour les cacher aux autorités. Il est entendu que les preuves que de l’argent de la drogue s’est écoulé dans les banques proviennent de responsables en Grande-Bretagne, en Suisse, en Italie et aux États-Unis.

Les banquiers britanniques voudraient voir les preuves dont dispose Costa pour soutenir ses allégations. Comme un porte-parole de l’Association des Banquiers britanniques l’a déclaré : « Nous n’avons pris part à aucun dialogue réglementaire qui appuierait une théorie de ce genre. Il était clair qu’il y avait un manque de liquidités dans le système et dans une large mesure,il a été comblé par l’intervention des banques centrales ».

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-et-un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre