Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2021

Maroc: soutien aux journalistes emprisonnés par la dictature

Deux journalistes, Maâti Monjib et Omar Radi, sont notamment maintenus depuis plus de deux mois dans un isolement qui constitue pour les Nations Unies "un acte de torture ".

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué du Comité français de soutien à Maâti Monjib, Omar Radi et Soulaiman Raissouni

Cela fait maintenant plus de deux mois que les deux journalistes emprisonnés au Maroc Soulaiman Raissouni et Omar Radi, ont été lourdement condamnés, respectivement à 5 ans et 6 ans de prison ferme, après des procès qui n’ont offert aucune garantie de procès équitables. A ce jour nous ignorons encore quelle date sera fixée pour leurs procès en appel.

Force est de constater qu’après l’acharnement judiciaire, l’acharnement pénitentiaire se poursuit.

Ils sont tous deux emprisonnés dans la même prison Oukacha de Casablanca mais n’ont le droit ni de se voir ni d’échanger entre eux. Ils sont tous deux maintenus dans une situation d’isolement sévère, ne rencontrant personne de toute la journée, et pas même lors des moments de promenade dans la cour. Ils sont privés de visites, à l’instar de l’ensemble des prisonniers, sous prétexte de Covid, alors que la distanciation physique est la règle dans les visites de prison. Ils ne reçoivent qu’une partie infime du courrier qui leur est envoyé et se voient refuser le droit d’y répondre. Le seul contact humain qu’ils ont est celui de leurs gardiens et les brefs appels téléphoniques autorisés avec leur famille proche trois fois par semaine. Rien pourtant ne justifie une telle mesure qui n’est dictée ni par les tribunaux ni par les comportements qu’ils pourraient avoir eu en prison et auraient appelé à une sanction.

Un tel isolement depuis maintenant plus d’un an constitue une forme de torture et de mauvais traitement comme le stipule la Règle Nelson Mandela n°43 dans le document établi par l’ONU et énumérant l’ensemble des règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus : « L’isolement pour une durée indéterminée ou prolongée constituant un acte de torture ou une peine ou un traitement cruel, inhumain ou dégradant, il doit être prohibé [1].»

La durée à ne pas dépasser, en cas de sanction estimée nécessaire, est en général fixée à 15 jours. Or cela fait maintenant plus d’un an qu’ils subissent ce traitement inhumain sans que la moindre justification n’ait été donnée à un tel acharnement.

Par ailleurs, cela fait maintenant un mois et demi que Soulaiman Raissouni a mis fin à une grève de la faim éprouvante de 122 jours menée précisément pour dénoncer son procès qu’il qualifie de politique et d’arbitraire.

Les informations qui nous parviennent indiquent que depuis l’arrêt de sa grève de la faim, son état de santé reste très préoccupant : sa jambe droite est comme paralysée, il ne la sent plus et elle ne répond plus ; il ne peut plus se concentrer et a des moments d’absences psychiques fréquents ; il a aussi des problèmes au niveau des yeux et n’arrive plus à fixer les choses.

C’est pourquoi le Comité français de soutien à Maâti Monjib, Omar Radi et Soulaiman Raissouni considère que :

- il est indispensable que Soulaiman Raissouni et Omar Radi sortent dans les plus brefs délais de l’isolement qui leur est imposé, puissent recevoir des visites et établir des contacts téléphoniques mais aussi épistolaires avec leur famille et leurs amis.

- Soulaiman Raissouni doit pouvoir bénéficier de conditions de vie améliorées afin de recouvrer ses forces et sa santé et d’un suivi médical approprié dans les spécialités correspondant aux troubles dont il souffre.

Le Comité français de soutien à Maâti Monjib, Omar Radi et Soulaiman Raissouni rappelle que leur procès n’a pas été équitable, que leur place n’est pas en prison et demande leur libération immédiate.

Paris, le 24 septembre 2021

En complément tous les jours la rubrique Maghreb  de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles