Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2018

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Mais où est donc caché Macron ? Le président a disparu...

Mais où est donc caché Emmanuel Macron ? C'est la question que se posent de nombreux journalistes pour ces fêtes. En effet, sa position est inconnue et celui-ci semble avoir tout bonnement disparu.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2 déc 2018 - RP (NPA)- Léo Valadim

Un article intitulé « Depuis la crise des « gilets jaunes », la vie à huis clos d’Emmanuel Macron » est paru dans le journal Le Monde la semaine dernière. Celui-ci décrit un président traumatisé par le mouvement des Gilets Jaunes et la haine populaire à son égard. La situation totalement incontrôlable ouverte par le mouvement des gilets jaunes le contraindrait à rester cloîtré chez lui et à multiplier les précautions de sécurité (jusqu’à l’affrètement d’un hélicoptère à l’Élysée en cas de besoin d’évacuation). Nombreuses sont ses sorties qui ont été annulées, de peur de se retrouver à faire face à une foule hostile, animée par une colère régicide, à l’image des guillotines, cercueils et autres gibets qui décorent de nombreux ronds points du pays. Le journal Le Monde précise « Le ministère de l’intérieur craint des bousculades, une agression, voire bien pire. Ses agendas ont été vidés, des déplacements officiels annulés : sa visite en Serbie, les 5 et 6 décembre, puis son séjour à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), le 18 décembre, afin de préparer le G7 de 2019 en compagnie de 150 ambassadeurs. » . Pire, selon un député LREM, « Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué. Il se maquille même les mains ».

Dans ce contexte, le président aurait préféré « disparaître » pour les fêtes, son lieu de vacances étant inconnu, sans doute en grande partie pour des raisons de sécurité. Selon Jean Michel Aphatie, au micro d’Europe 1, « Ses communicants ont conçu sa disparition comme un facteur d’apaisement », signe de la crise politique profonde que traverse le gouvernement. Alors que l’année dernière, Macron faisait du ski en compagnie d’Alexandre Benalla à La Mongie, il a cette année préféré rester terré. Mais la manœuvre est à double tranchant. Il s’agit de disparaître momentanément pour laisser la première place à Edouard Philippe, devenu un grand fan de « boxe » en politique, se déclarant prêt à « recevoir les coups » mais aussi « à en donner ». Ce qui est une manière d’accepter officieusement le rôle de potentiel fusible pour protéger la monarchique fonction de président. Mais, dans la situation actuelle, et après avoir tenté d’éteindre la crise en première ligne via des prises de paroles sous la forme d’allocution présidentielle, cette soudaine disparition donne surtout l’image d’un Macron profondément impuissant.

Mais malheureusement pour Jupiter, non-seulement la colère sociale ne prend pas de vacances, mais les affaires qui lui collent à la peau non plus. En effet, son « repos » a été de très courte durée car à peine installé, le spectre Benalla a refait une apparition médiatiquement. Le Monde a en effet révélé au grand public que son (ex ?) homme de main se serait rendu au Tchad en voyage d’affaire quelques semaines avant qu’il n’y atterrisse pour y dîner avec les soldats français sur place.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant