Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10374 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2018

Mais où est donc caché Macron ? Le président a disparu...

Mais où est donc caché Emmanuel Macron ? C'est la question que se posent de nombreux journalistes pour ces fêtes. En effet, sa position est inconnue et celui-ci semble avoir tout bonnement disparu.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2 déc 2018 - RP (NPA)- Léo Valadim

Un article intitulé « Depuis la crise des « gilets jaunes », la vie à huis clos d’Emmanuel Macron » est paru dans le journal Le Monde la semaine dernière. Celui-ci décrit un président traumatisé par le mouvement des Gilets Jaunes et la haine populaire à son égard. La situation totalement incontrôlable ouverte par le mouvement des gilets jaunes le contraindrait à rester cloîtré chez lui et à multiplier les précautions de sécurité (jusqu’à l’affrètement d’un hélicoptère à l’Élysée en cas de besoin d’évacuation). Nombreuses sont ses sorties qui ont été annulées, de peur de se retrouver à faire face à une foule hostile, animée par une colère régicide, à l’image des guillotines, cercueils et autres gibets qui décorent de nombreux ronds points du pays. Le journal Le Monde précise « Le ministère de l’intérieur craint des bousculades, une agression, voire bien pire. Ses agendas ont été vidés, des déplacements officiels annulés : sa visite en Serbie, les 5 et 6 décembre, puis son séjour à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), le 18 décembre, afin de préparer le G7 de 2019 en compagnie de 150 ambassadeurs. » . Pire, selon un député LREM, « Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué. Il se maquille même les mains ».

Dans ce contexte, le président aurait préféré « disparaître » pour les fêtes, son lieu de vacances étant inconnu, sans doute en grande partie pour des raisons de sécurité. Selon Jean Michel Aphatie, au micro d’Europe 1, « Ses communicants ont conçu sa disparition comme un facteur d’apaisement », signe de la crise politique profonde que traverse le gouvernement. Alors que l’année dernière, Macron faisait du ski en compagnie d’Alexandre Benalla à La Mongie, il a cette année préféré rester terré. Mais la manœuvre est à double tranchant. Il s’agit de disparaître momentanément pour laisser la première place à Edouard Philippe, devenu un grand fan de « boxe » en politique, se déclarant prêt à « recevoir les coups » mais aussi « à en donner ». Ce qui est une manière d’accepter officieusement le rôle de potentiel fusible pour protéger la monarchique fonction de président. Mais, dans la situation actuelle, et après avoir tenté d’éteindre la crise en première ligne via des prises de paroles sous la forme d’allocution présidentielle, cette soudaine disparition donne surtout l’image d’un Macron profondément impuissant.

Mais malheureusement pour Jupiter, non-seulement la colère sociale ne prend pas de vacances, mais les affaires qui lui collent à la peau non plus. En effet, son « repos » a été de très courte durée car à peine installé, le spectre Benalla a refait une apparition médiatiquement. Le Monde a en effet révélé au grand public que son (ex ?) homme de main se serait rendu au Tchad en voyage d’affaire quelques semaines avant qu’il n’y atterrisse pour y dîner avec les soldats français sur place.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat