Le Mali met en cause l'efficacité et les "débordements" de l'armée française -vidéo

Son ambassadeur à Paris a affirmé devant la commission des affaires de défense du Sénat que le gouvernement du Tchad pourra confirmer. Décidément, il y a de l'eau dans le pétrole et le gaz pillés par Total et les autres...

Les dénonciations très précises ci-dessous ont provoqué une colère de l'Elysée. Macron a du faire convoquer l'ambassadeur du Mali, après sans doute s'être fait remonter les bretelles par les multinationales qui l'ont mis au pouvoir et attendent en retour le sacrifice de soldats français au seul profit d'une poignée de parasites, leurs actionnaires.

Les citoyens français ne devraient pas être surpris. Les légions "étrangères" ou "nationales" au service des oligarques amis de Sarko, Hollande ou Macron ont multiplié les exactions contre les populations en Afrique. Chacun se souviendra du sort des enfants à Bamako, par exemple.

Ces exactions sont commises avec la protection d'accords coloniaux. Au Mali par exemple, la section 22b de l’article 4, relatif aux experts en mission, de l'accord signé en 2013 avec le gouvernement du Mali, stipule que ceux-ci jouissent de « l’immunité de toute juridiction en ce qui concerne les actes accomplis par eux au cours de leurs missions (y compris leurs paroles et écrits). Cette immunité continuera à leur être accordée même après que ces personnes auront cessé de remplir des missions pour l’Organisation des Nations Unies ». En un mot, les militaires français ne pourront pas être poursuivis par la justice pour des infractions qu’ils auraient pu commettre durant leur participation aux opérations au Mali. Une impunité totale, qui rappelle celle de la milice macronale sous commandement de Castaner. Macron, finalement, ne fait qu'imposer aux français un régime colonial qui règne en Afrique depuis des siècles. 

Ambassadeur du Mali en France : " Dans les Pigalle de Bamako, vous les y trouvez tatoués sur tout le corps " © Public Sénat

Extraits des déclarations de l'Ambassadeur du Mali, qui provoque la colère dans les rangs impérialistes et une joie immense en Afrique:

«D’abord, avec tant d’hommes et de moyens déployés, on s’attendait à plus de résultats, moins coûteux en vies humaines. D’autre part, je vais vous parler franchement, dans ces forces, il y a des officiers, l’armée normale mais aussi la Légion étrangère. C’est là le problème. Par moments, dans les Pigalle de Bamako, vous les retrouvez, tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée. Ca fait peur, ça intrigue...Ils sont connus pour être âpres à la bataille, âpres au combat, mais ils sont aussi âpres au gain (...) il y a des débordements qui posent problème...Le président Ibrahim Boubacar Keïta l’a dit: tous ceux qui aujourd’hui au Mali appellent au départ des forces étrangères et notamment françaises sont des ennemis du Mali, des complices des terroristes (...) mais il faut que le comportement de certains éléments de l’armée ne laissent pas à désirer. Certains font n’importe quoi dans les rues de Bamako, ce n’est pas bon pour l’image de la France»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.