Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10363 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mars 2021

Abattre l’ennemi: nouvel ouvrage de Juan Branco

« Trop révolutionnaire », c’est le plus beau des compliments qui nous est revenu d’une rédaction auquel nous avions adressé ce texte. Aucune n’a osé s’en saisir, car tous ont compris qu’ils étaient visés. Trop révolutionnaire, oui. C’est exactement ce à quoi nous sommes appelés."

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A lire et offrir …

Juan Branco 

1 j· 

Délicieuse couardise dans le petit Paris.

Alors que 17 000 exemplaires sont en place, Le Fig’, Le Monde, France Inter/Culture/Info, Quotidien, 28 minutes, Bourdin, C a vous, C dans l’air… se sont défilés.

Zemmour n’a pas osé.

Balance ton Post et les Grandes gueules sont les seuls à s’être proposés: 15 minutes à 5 contre 1, à prendre ou laisser.

Personne n’a plus de courage dans ce petit Paris.

Il est temps d’abattre l’ennemi.


Juan Branco le 21 03 2021

 6 j  · 

« Nous ne sommes pas dans le même camp ».

Abattre l’ennemi est un nouvel ouvrage de Juan Branco. Il sortira le 25 mars en librairies.

Lecture du prologue: https://www.youtube.com/watch?v=BkGPW4GQpyU

Licence de paternité Creative Commons (réutilisation autorisée)

Voici deux ans, un ouvrage, Crépuscule, dévoilait la façon dont Emmanuel Macron s’était saisi du destin des français.

Comment cette démocratie avait été achetée par quelques individus qui, ainsi, préserveraient leur intérêt. Censuré partout, inéditable pendant des mois, plus d’un million de personnes l’ont téléchargé. 150 000, par solidarité, l’ont, alors qu’il restait en accès libre, acheté, lorsqu’il a enfin été publié, par une petite maison d’édition de Nîmes, Au Diable Vauvert, qui a eu le courage de se lancer.

Ces deux ans, je les ai passés à vos côtés, à traverser la France, me rendant jusque dans le plus petit village où j’étais invité pour partager, apprendre, défendre ceux qui me le demandaient.

Vous avez été des milliers, petits et grands, à me solliciter, et à m’accompagner, dans toutes les juridictions, manifestations, conférences que j’ai écumées. Des milliers à m’ouvrir de nouveaux mondes, à me montrer ce que la France était.

Nous avons lutté ensemble, et nous avons souvent gagné.

Contre Macron à Toulon, Lallement à Paris, avec Maxime Nicolle, Christophe Dettinger, Stephane Espic. Devant les tribunaux, dans la rue, sur les plateaux, des maisons du peuple de Saint Nazaire au bar associatif de Jupilles en passant par Reims, Rennes, Lille, Bordeaux, Strasbourg…

Crépuscule a été traduit en anglais, en allemand, en japonais ! Les médias français, eux, s’en sont défiés, le craignant comme ils le faisaient des gilets jaunes. Ils auront tout fait pour l’éviter.

Et lorsqu’ils n’ont plus pu le faire, ils se sont jetés charognards pour le dévaster. Aurore Bergé avait annoncé la chose, me dénonçant au procureur de la république pour avoir « armé les esprits ». Bien d’autres suivraient.

J’avais prévenu que tout serait fait pour nous écarter. Pour nous faire payer de nous avoir rencontré. Pour, me salissant, créer la méfiance qui nous séparerait.

On ne pardonne pas à un être d’abandonner les hautes sphères auxquelles il était voué. On ne lui pardonne pas, après avoir été aux côtés des oligarques les plus puissants, d’avoir choisi le côté de ceux qu’il fallait exploiter.

Aujourd’hui,pourtant, il s’agit d’à nouveau avancer.

Je n’ai aucun attrait pour le martyre, et regarde avec un dédain funeste, tous ceux qui prétendent s’y vouer. Julian Assange n’a cessé de me le rappeler, alors que je m’engageais à ses côtés, à peine la vingtaine engagée: lorsqu’un héros surgit, celui-ci révèle avant tout une dysfonction d’une société.

Aujourd’hui, avec ce texte, s’offre pourtant à nos ennemis la possibilité de me dévaster.

Mais s’offre surtout pour moi la possibilité de vous offrir toutes les armes que j’ai, pendant des années, accumulées, pour enfin vous permettre de vous émanciper.

Je vous demande de me protéger. Comme vous le fîtes de l’inconnu que vous accompagnâtes, ce jour de novembre 2018, lorsque des millions de français se levèrent, pour balayer les décombres de notre société.

Le temps est compté. Nous qui avons eu une plus grande visibilité, sommes particulièrement exposés. Les menaces et harcèlement se succèdent et se précisent, recouverts des rires moqueurs ou enragés, des silences gênés de ceux qui respirent soulagés à l’idée que bientôt nous soyons effacés. Du barreau aux juges d’instruction en passant par les services de renseignement qui, après m’avoir mis sous surveillance physique pendant l’affaire Griveaux, ont depuis pris l’habitude de s’amuser, rôdent mille petites éraflures visant à dévaster

A côté, la machine de guerre que vous savez s’est lancée.

Alors que tout est bas et sombre, il ne s’agit plus de se plaindre. Mais de se préparer à les dévaster.

Ce texte annonce la couleur, propose des moyens, suggère des fins. Du tribunal révolutionnaire à la fin des préfets, de la création de maisons du peuple à l’expropriation de tous les médias oligarchisés. Mille mesures pour se battre, et gagner.

Mille révélations aussi, distribuées, qui permettent de jeter un oeil cru sur les « affaires » dont on ne cesse, depuis des mois d’agiter.

Tous, au sein du petit Paris et de la macronie, ont ouï dire de ce texte gardé secret. Les rumeurs enflent depuis des jours, ne cessent de me revenir, comme s’ils ne savaient plus où donner.

Ils savent que l’instant est capital, et qu’ils risquent de s’effondrer.

Que leurs trahisons vont finir par faire ce peuple se lever.

Vous tous qui vivez sous le joug des humiliations quotidiennes, à qui l’on ne cesse de vous faire ressentir, d’une façon ou d’une autre, que vous ne mériteriez pas d’exister.

Sachez qu’il s’agit d’une méthode pour vous faire plier.

Que la honte est la meilleure façon de tenir coi un être qui s’apprêtait à se lever.

N’ayez plus honte. Vous êtes la sève d’un pays qu’ils ne cessent de plier.

Abattre l’ennemi, c’est rechercher enfin la possibilité du partagé.

Et dès lors, la joie de l’être aimé.

Prenez ce texte. Achetez, volez, partagez. Et jetez le au visage de tous ceux qui, avec leur morgue et le mépris, n’auront cessé de nous mépriser.

PS: « Trop révolutionnaire », c’est le plus beau des compliments qui nous est revenu d’une rédaction auquel nous avions adressé ce texte. Aucune n’a osé s’en saisir, car tous ont compris qu’ils étaient visés. Trop révolutionnaire, oui. C’est exactement ce à quoi nous sommes appelés.

En complément tous les jours la rubrique Leur Etat de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras