Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mars 2022

Guerres en Europe- L'enjeu ukrainien -Scandre Hachem

Partie 1- "Le risque, pour les États-Unis, d’une autonomisation de l’Europe et son affirmation en tant que puissance mondiale, seule à même à pouvoir les concurrencer et leur tenir la dragée haute, tant sur le plan économique et technologique qu’au niveau du soft power."

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Texte écrit le 20 Février, soit avant l'invasion russe

Après les guerres qui ont abouti à démanteler la Yougoslavie de 1992 à 2001, la tension est à son comble et les violences provocatrices des uns et/ou des autres se donnent libre cours aux frontières entre l’Ukraine et la Russie. Jusqu’au dérapage fatal qui laisserait place à la guerre entre ces deux pays slaves et intimement liés par la culture et l’histoire ? Jusqu’à une guerre dont le pourrissement final laisserait les deux pays en ruines ? Jusqu’à une troisième guerre mondiale qui se déroulerait sur toute l’étendue de l’Europe et qui la laisserait à son tour en ruines comme lors des deux précédentes ?

Quel que soit l’un de ces niveaux de guerre, les États-Unis viendront alors ramasser les marrons du feu. Ils ont déjà réalisé une bonne partie de leurs objectifs. Rappelons qu’ils se sont enrichis, ont développés et assis leur suprématie totale grâce à ces deux guerres, étant eux-mêmes hors champ de destructions, faisant marcher leur machine industrielle et financière à pleins tubes pour la reconstruction de l’Europe tout en pillant ses compétences technologiques, mais cette fois-ci obtenant une soumission absolument inégalée des européens, tel un seigneur et son serf.

Les États-Unis auront alors réalisé leurs objectifs au-delà de toute espérance. On aura pris les mêmes, rebattu les cartes pour reconfigurer le même type de schéma. Pour leur toute puissance réaffirmée et de nouveau incontestable (et incontestée ?).

Au-delà de « l’affrontement » Chine / États-Unis pour la suprématie mondiale et sur lequel nos regards sont systématiquement orientés et façonnés à escient depuis quelques années, ce que vise par-dessus tout , c’est le risque, pour les États-Unis, d’une autonomisation de l’Europe et son affirmation en tant que puissance mondiale, seule à même à pouvoir les concurrencer et leur tenir la dragée haute, tant sur le plan économique et technologique qu’au niveau du soft power. C’est bien cela qui préoccupe les États-Unis. En effet, depuis des décennies, et les langues se délient depuis de nombreuses années, ces derniers n'ont eu de cesse de chercher à briser puis démanteler, et réussir à différentes reprises, les entreprises européennes de haute technologie, s’approprier le joyau qui fonde leur puissance pour brader le reste à vil prix. Et tous les moyens possibles et imaginables (espionnage, menaces, chantages, lois extraterritoriales) ont été utilisés à cette fin et continuent de l'être encore aujourd’hui.

À un autre niveau, les lobbies américains sont pléthore à Bruxelles et interviennent à tous les niveaux pour influencer les décisions et les infléchir vers les intérêts de leur pays, quitte à s’appuyer sur tel ou tel État pour orienter ou bloquer une décision, voire outrepasser un accord par touches successives.

À un dernier niveau enfin, décrédibiliser tel ou tel pays européen qui s’affiche sur le plan international hors de sa zone d’influence traditionnelle, ou alors faire le service minimum en tant qu’allié indispensable et bienveillant, mais en prenant soin d’y faire progressivement et discrètement son trou et tisser sa toile, son réseau d’influence et de softpower (ONG en veux-tu en voilà grassement subventionnés).

Malgré ses divisions internes, les coûts de l’integration des pays de l’Est, le démantèlement régulier de ses fleurons industriels et technologiques par les États-Unis, l’Union européenne continue de les talonner de près sur tous les plans.

En entretenant les tensions avec la Russie via l’élargissement systématique de l’OTAN, les États-Unis poursuivent de fait plusieurs objectifs : resserrer les rangs des États européens sous leur direction et couper court au rapprochement de certains d’entre eux avec la Russie, niveler leurs rapports à ceux des pays de l’Est (qui entretiennent un contentieux avec cette dernière), renvoyer aux calendes grecques la mise en service du gazoduc Nordstream 2 et dont ils ont échoué à bloquer la réalisation, affaiblir la Russie qui a pu se relever de ses décombres et, ce, malgré des sanctions de plus en plus sévères. Une guerre entre la Russie et l’Ukraine, en réduisant les deux pays en ruines, permettrait, grâce à ces ONG grassement financés, des mercenaires aguerris et bien encadrés, de renouveler le scénario qui a abouti à se mettre l’Ukraine dans les poches, fût-ce en passant là encore par des groupes nazis.

En attendant, les États-Unis viennent d’engranger largement les fruits de leur premier niveau d’objectifs.

Sur le sujet, voir la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel