Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

La révolution soudanaise reprend sa marche contre le coup d'Etat militaire

iI y a de fortes chances que ce coup d'Etat échoue. Cela pourrait avoir de fortes répercussions sur une reprise possible du processus révolutionnaire d'une part dans le monde arabe, le Soudan étant très intimement lié à l'Egypte par son histoire, sa culture, ses peuples et d'autre part en Afrique, le Soudan étant à la frontière du monde arabe et du monde africain.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

LA RÉVOLUTION SOUDANAISE REPREND SA MARCHE EN AVANT CONTRE LE COUP D'ETAT MILITAIRE ET AURA UN IMPACT SUR LE MONDE ARABE ET L'AFRIQUE

Tout le pays est bloqué par la grève générale contre le coup d'Etat militaire. Les militaires malgré leurs menaces et violences n'arrivent pas à faire redémarrer l'aéroport, les banques, l'administration, les magasins, les entreprises, les écoles et université tous arrêtés. Malgré la répression féroce de l'armée qui tire à balles dans les rues, les manifestations de masse continuent jour et nuit dans tout le pays et des barricades, déblayées par les militaires sont aussitôt reconstruites dans leur dos.

Les comités révolutionnaires de quartiers -les organes de la démocratie révolutionnaire -, l'Association des Professionnels Soudanais, le Parti Communiste et de nombreux syndicats qui ont joué un rôle central dans la révolution de 2018-2019 et qui ont fait tomber une des pires dictatures qui soit, appellent le 30 octobre à une manifestation de masse dans le but de faire tomber le pouvoir militaire.

Depuis la chute du dictateur Al-Bachir fin 2018, un compromis s'était établi dans le rapport de force du moment, avec un pouvoir partagé entre l'armée et des civils qui avaient décidé d'accepter ce compromis, tandis que les forces révolutionnaires refusaient pour leur part dans rentrer dans ce compromis. En effet, en juin 2019, les militaires avaient déjà tenté de s’accaparer tout le pouvoir. Des centaines de manifestants qui participaient à un sit-in devant le quartier général de l’armée avaient alors été tués par des soldats et des forces de sécurité.

La stratégie de guérilla urbaine couplée à des grèves et des manifestations jour et nuit avait porté ses fruits et permis d'organiser le 30 juin la marche du "million", qui avait forcé les généraux paniqués à reculer en leur faisant accepter la coalition entre eux et certains civils.

C'est ce partage précaire du pouvoir entre ces composantes qui a volé en éclat il y a un mois lorsque des militaires avaient déjà tenté un coup d'Etat, ce qui avait amené à nouveau la population à redescendre dans la rue et à reprendre le processus révolutionnaire un moment suspendu.

C'est pour tenter de stopper cette nouvelle montée révolutionnaire et juste au moment où les militaires devaient redonner tout le pouvoir aux civils, que ce nouveau coup d'Etat militaire vient d'avoir lieu. Mais l'armée est divisée, un des militaires parmi les plus importants - qui a ses propres troupes - a refusé de s'y associer. Et la population et ses organisations ne sont pas surprises par ce "coup". Elles s'y attendaient et s'y préparaient.

C'est pourquoi il y a de fortes chances que ce coup d'Etat échoue,- en tous cas c'est ce qu'il faut espérer et il faut soutenir la révolution soudanaise. Cela pourrait avoir de fortes répercussions sur une reprise possible du processus révolutionnaire d'une part dans le monde arabe, le Soudan étant très intimement lié à l'Egypte par son histoire, sa culture, ses peuples et d'autre part en Afrique, le Soudan étant à la frontière du monde arabe et du monde africain.

(Visuel emprunté à "Unité CGT")

En complément tous les jours la rubrique Afrique Subsahariennede la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte