Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: le mouvement célèbre Ghandi, tué le 30 janvier par des fascistes sauce Modi

Pour répondre aux provocations des bandes fascistes du pouvoir soutenues par la police et les paramilitaires, les paysans appellent a faire du 30 janvier, jour de l'anniversaire de l'assassinat de ghandi par des fascistes, une nouvelle journée nationale du peuple et non de l’état aux mains de fascistes

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing 

 Le 30 janvier 1948 Mohandas Karamchand Gandhi meurt dans les jardins de Burla House à New Delhi, à l'heure de la prière, tué par trois balles de révolver tirées par Narayan Vinayak Godse, un fanatique hindou fasciste.

Pour ne pas laisser cette journée anniversaire aux mains des mêmes fascistes de Modi (1er ministre, issu du RSS, groupe fasciste indien construit sur le modèle des Chemises noires de Mussolini) qui ont assassiné Gandhi et qui, demain, vont le célébrer, les paysans appellent le 30 janvier à une grève de la faim nationale pour réellement célébrer l'esprit de Gandhi et le caractère pacifique de leur mouvement, contrairement aux campagnes de calomnies faisant des paysans des barbares, que publient à longueur de journée les journaux de la grande presse au service du pouvoir.

Après le 26 janvier où les paysans ont redonné au peuple la fête nationale en défilant dans Delhi, les paysans veulent redonner un autre sens au 30 janvier pour encore mieux souligner combien les violents sont les sbires de l'Etat et pas eux.

Ce matin, il n'y avait jamais eu autant de monde à Ghazipur où s'est tenu un meeting pour faire le point sur la situation ainsi qu'un immense Mahapanchayat (meeting/AG) à Muzaffarnagar dans l'Uttar Pradesh (pas très loin de Ghazipur) à l'appel de Rackesh Tikait, l'animateur de la résistance à Ghazipur (Vidéo ci-dessous) pour discuter de la stratégie à venir et qui pour sa part demandait aux paysans d'amplifier la mobilisation en faisant du porte à porte de village en village pour être des millions et balayer la pourriture du gouvernement (Vidéo ci-dessous)

https://www.facebook.com/AnujBaliyanPramukh/videos/855699938615356

PHOTOS

Mahapanchayat (meeting/AG) des paysans pour faire le point sur la stratégie à venir ;

violences des flics aidant les fascistes au campement paysan de la porte de Singhu hier soir où il y a eu des agressions comme à la porte de Ghazipur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar