Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2021

Inde: le soulèvement paysan ne fait que commencer - Jacques Chastaing

Le gouvernement fait des concessions, a totalement perdu l'initiative et commence à paniquer tandis que le mouvement paysan de son côté montre de plus en plus d'assurance et d'audace avec un langage de fermeté et des objectifs où il ne renonce à rien, bien au contraire.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin du 29.11.2021, au Parlement, le gouvernement a annulé officiellement, les trois lois noires anti-paysans.

La victoire paysanne est donc entérinée légalement.

Cela n'a pas pris plus de 5 minutes. Mais on comprend que le gouvernement n'ait pas voulu s’appesantir sur cette défaite historique. Dans le même temps, le gouvernement a annoncé qu'un comité d'Etat était mis en place pour le MSP ( le prix minimum garanti par l'Etat pour tous les produits agricoles et tous les paysans, une sorte de smic paysan), la revendication qui est maintenant au centre du combat paysan. Le gouvernement a affirmé que le problème du MSP était donc réglé et qu'en conséquence, les paysans pourraient rentrer tranquillement chez eux.

Le SKM a aussitôt réagi dans la même journée en dénonçant ce mensonge gouvernemental car l'instauration d'un comité d'Etat sur le MSP ne signifiait en rien que la question du MSP était satisfaite.

Le SKM avait repoussé son ultimatum fixé au 26/11 au 29/11 avant de déclencher la deuxième phase de la mobilisation paysanne, pour voir si le gouvernement d'une part enregistrait effectivement dans la loi son renoncement et d'autre part pour voir ce qu'il allait faire sur le MSP, parce que le ministre de l'agriculture avait annoncé que la question serait aussi réglée. Le SKM avait donc suspendu les marches quotidiennes sur le Parlement de Delhi, prévues pour commencer le 29 novembre.

Il a décidé aujourd'hui après le mensonge gouvernemental sur le MSP d'une réunion centrale du SKM le 1er décembre afin de décider la tactique et les actions à mener les jours qui viennent. Quoi qu'il en soit, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse, leur mobilisation continuera jusqu'à ce qu'ils aient obtenu satisfaction pour toutes leurs exigences et qu'il ne fallait pas que le gouvernement espérer les diviser sur le MSP, car d'un bout à l'autre de l'Inde, les paysans étaient d'accord avec cette revendication.

Les paysans ont également exigé que le premier jour de la session d'hiver du Parlement, les parlementaires rendent hommage aux paysans qui ont perdu la vie au cours de cette année de lutte. Ils ont également exigé que le gouvernement attribue des terres et érige un Shaheed Smarak (Mémorial des martyrs des paysans) aux frontières de Delhi.

En outre, SKM a encore une fois exigé le limogeage de l'architecte de l'incident de Lakhimpur Kheri, le ministre d'État de l'Intérieur Ajay Mishra Teni, qui a provoqué la mort de quatre paysans et un journaliste.

Par ailleurs au Mahapanchayat de Mumbaï (Bombay), ce 28 novembre - une première dans cette ville - devant 50 000 participants paysans, ouvriers, ouvriers agricoles, femmes, jeunes et étudiants de toutes les religions et castes de tout le Maharashtra, les dirigeants de SKM ont d'une part célébré la victoire historique sur le gouvernement BJP-RSS et ont d'autre part déclaré leur détermination à lutter pour toutes les demandes restantes incluant une loi centrale pour garantir un MSP et des marchés publics justes, le retrait du projet de loi modifiant le projet de loi sur l'électricité, la destitution du Cabinet et l'arrestation du boucher de Lakhimpur Kheri Ajay Mishra Teni, l'abrogation des quatre lois contre le code du travail, la fin de la vente du pays aux gros capitalistes à travers la privatisation, la réduction de moitié du prix du diesel, de l'essence, du gaz de cuisine et d'autres produits essentiels, le doublement des journées de travail et des salaires dans le cadre du MNREGA (système de protection des paysans avec l'octroi garanti de 100 jours de travail d'Etat en dehors des périodes agricoles intenses, une sorte de Sécurité Sociale paysanne) et en l'étendant aux zones urbaines. Pour tout cela, ils ont plus que jamais affirmé la nécessité de l'union dans le combat des paysans et ouvriers, des jeunes, des femmes, des tribus ou des Intouchables.

Au même Mahapanchayat, Rakesh Tikait, un des dirigeants paysans, déclarait que si le gouvernement voulait jouer au plus fin et faire traîner les choses jusqu'à ce que les élections en Uttar Pradesh soient passées, il fallait bien qu'il sache que les paysans lui feraient perdre les élections à venir dans l'Uttar Pradesh et ailleurs quoi qu'il arrive et qu'il fallait qu'il se rappelle que la fête nationale du 26 janvier était proche et que 400 000 paysans et leurs tracteurs se tenaient prêts à monter sur Delhi à tout moment.

Le gouvernement fait des concessions, a totalement perdu l'initiative et commence à paniquer tandis que le mouvement paysan de son côté montre de plus en plus d'assurance et d'audace avec un langage de fermeté et des objectifs où il ne renonce à rien, bien au contraire,

Le soulèvement paysan ne fait que commencer.

Jacques Chastaing

PHOTOS

Mahapanchayat ce 28 novembre 2021 avec 50 000 personnes rassemblées à Mumbaï ( Bombay ); défilé de la victoire paysanne à Vijayawada le 26.11 comme dans tous les districts de l'Etat du Madhya Pradesh ; fêtes et danses dans toutes les villes du Madhya Pradesh pour célébrer la victoire

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz