Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2022

Communisme oui, poutinisme non ! -Michael Löwy

On peut formuler de nombreuses critiques à l'égard de l'Ukraine actuelle : manque de démocratie, oppression de la minorité russophone, "occidentalisme", etc, etc.  Mais on ne peut nier le droit du peuple ukrainien à se défendre contre l'invasion russe de son territoire, au mépris brutal et criminel du droit des nations à disposer d'elles-mêmes.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'OTAN est une organisation impérialiste, hégémonisée par les États-Unis, responsable d'innombrables guerres d'agression.  La dissolution de ce monstre politico-militaire, engendré par la guerre froide, est une exigence démocratique élémentaire.  Son affaiblissement ces dernières années a conduit Emmanuel Macron, le président néolibéral de la France, à déclarer en 2019 que l'Alliance était en "mort cérébrale".  Malheureusement, l'invasion criminelle de l'Ukraine par la Russie a redonné vie à l'OTAN !  Plusieurs pays neutres (Suède, Finlande, etc.) envisagent de rejoindre l'OTAN ; les troupes américaines sont stationnées en Europe en grand nombre ; l'Allemagne, qui refusait il y a deux ans d'augmenter son budget militaire malgré la pression brutale de Donald Trump, a décidé d'investir 100 milliards d'euros dans le réarmement.  Et ainsi de suite.  Vladimir Poutine a sauvé l'OTAN de son lent déclin, voire de sa disparition.

  Pourquoi cette invasion de l'Ukraine ?  Tant que Poutine voulait protéger les minorités russophones de la région du Donesk, il y avait une certaine rationalité dans sa politique.  Il en va de même pour son opposition à l'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est.  Mais l'invasion brutale de l'Ukraine, avec son cortège de bombardements de villes, avec des milliers de victimes civiles, dont des personnes âgées, des femmes et des enfants, n'a aucune justification. 

Avec quels arguments Poutine essaie-t-il de légitimer cette guerre criminelle contre le peuple ukrainien ?   L'argument de la "dénazification" de l'Ukraine n'a ni pied ni tête.  Le peuple ukrainien a élu comme président un juif, Zelenski, qui est fier de son grand-père qui a combattu dans les rangs de l'Armée rouge contre le nazisme.  Bien sûr, il existe des partis et des groupes néo-nazis en Ukraine, mais lors des dernières élections, ils n'ont obtenu que 3 % des voix.  Il existe des groupes similaires en Russie.  Comment Poutine peut-il prétendre être antifasciste alors qu'il soutient politiquement et financièrement plusieurs partis néofascistes en Europe, comme le Front national de la famille Le Pen en France, ou la Legga de Matteo Salvini en Italie ?   Le journal du Parti communiste français, "L'Humanité", a publié un dossier sur ce sujet le 22/3/2022 sous le titre "L'extrême droite et Poutine"...

L'autre "légitimation" de l'invasion se trouve dans le discours prononcé par Poutine le 22 février 2022.    Selon le Chef d'État russe, l'Ukraine "a été entièrement créée par la Russie bolchevique et communiste", car "Lénine et ses camarades ont arraché l'Ukraine à la Russie" ! L'Ukraine mérite d'être appelée "l'Ukraine de Lénine", car il était "l'auteur et l'architecte" de ce pays.  C'est Lénine qui a inventé le désastreux «droit des nations à l'autodétermination jusqu'à la sécession, qui est le fondement de l'État soviétique", une concession absurde aux nationalistes des différentes républiques formées après la révolution de 1917.   Donner à ces républiques le droit de se séparer de l'État russe était, selon Poutine, "une folie, quelque chose de totalement incompréhensible", une véritable destruction de la "Russie historique" (c'est-à-dire tsariste). S'adressant aux dirigeants ukrainiens, Poutine affirme : vous parlez de "décommuniser" l'Ukraine (c'est-à-dire de rompre avec son passé communiste), mais vous restez au milieu de la route.  "Nous allons vous montrer la vraie dé-communisation", conclut Poutine, faisant référence à son projet de réintégrer l'Ukraine, par la force bien sûr, dans l'État russe.  

Telle est donc la "justification" poutiniste de l'invasion de l'Ukraine : des arguments anti-communistes, anti-léninistes, et l'ambition de restaurer la "Russie historique" d'avant le bolchevisme - c'est-à-dire la Russie tsariste - en annexant l'Ukraine.  Ce n'est pas un hasard si la grande majorité des partis communistes du monde, y compris les plus nostalgiques du socialisme soviétique, comme le grec et le chilien, ont condamné l'invasion russe en Ukraine. 

On peut formuler de nombreuses critiques à l'égard de l'Ukraine actuelle : manque de démocratie, oppression de la minorité russophone, "occidentalisme", etc, etc.  Mais on ne peut nier le droit du peuple ukrainien à se défendre contre l'invasion russe de son territoire, au mépris brutal et criminel du droit des nations à disposer d'elles-mêmes.  

Soit le communisme soit le poutinisme, soit Vladimir Illitsch soit Vladimir Poutine, soit le droit à l'autodétermination des nations soit le droit des empires d'envahir et de chercher à annexer d'autres pays : à chacun de choisir ce qu'il préfère, mais ce sont des options irréconciliables.  

Espérons qu'un jour les peuples d'Europe et de Russie seront libérés de leurs oligarchies capitalistes parasites.  Telle était la proposition des révolutionnaires d'octobre 1917.  

En complément tous les jours la rubrique Europe et le dossier Ukraine de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale