Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2022

Dossier Russie-Ukraine «négociations»

A lire en complément: Ukraine : sous la guerre, la révolution ? Jacques Chastaing (https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/300322/ukraine-sous-la-guerre-la-revolution-jacques-chastaing). La défaite de l’armée russe, ce n’est pas la victoire de l’Otan, Biden Macron, ni même Zelensky, c’est la victoire des peuples russes et ukrainiens, et la nôtre.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Alencontre 

«Vladimir Poutine a commis une terrible erreur, et ses concessions sur l’Ukraine sont le signe de son affaiblissement»

Par Patrick Cockburn

Pour la première fois, les négociations entre la Russie et l’Ukraine semblent pouvoir déboucher sur un accord de paix. En effet, un haut responsable de la défense russe a déclaré que la Russie allait réduire «considérablement» ses activités militaires autour de Kiev et de la ville septentrionale de Tchernihiv.

Cette mesure vise à «créer les conditions nécessaires à de futures négociations», selon Alexander Fomin, vice-ministre russe de la Défense, qui participe aux pourparlers de paix à Istanbul.

Pour la première fois depuis l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, un accord semble possible. Alexander Fomin a déclaré que le retrait avait lieu parce que l’Ukraine avait accepté la neutralité et un statut non-nucléaire.

Ces derniers jours, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré à de hauts responsables militaires que la Russie avait largement achevé la première phase de son opération et qu’elle passait à «l’objectif principal – la libération de Donbass».

Le fait que ces déclarations sur un accord de paix et un retrait russe émanent de hauts responsables russes rend moins probable qu’il s’agisse d’une manœuvre de propagande ou d’une tactique dilatoire, donnant le temps aux forces russes de se réorganiser après une série de revers.

D’autres responsables russes affirment qu’un accord de paix est encore loin et qu’il est possible que le Kremlin ait décidé de combattre et de négocier en même temps.

Quelle que soit l’issue des négociations de paix à Istanbul, les déclarations russes sont très différentes de l’exigence initiale du président Poutine, il y a cinq semaines, de renverser le président Volodymyr Zelensky et de faire que l’armée ukrainienne dépose les armes.

***

Depuis lors, les rapports de forces militaires – ainsi qu’internationaux – entre la Russie et l’Ukraine ont fortement évolué, et probablement de façon permanente, en défaveur de la première et en faveur de la seconde. Poutine a mal évalué la force de la résistance ukrainienne, la puissance de sa propre armée et la réaction de l’OTAN.

Mais bien que la Russie ait échoué dans ses objectifs stratégiques et n’ait capturé que quelques centres urbains ukrainiens, elle dispose toujours d’une puissante force militaire en Ukraine.

Les images des bâtiments en ruines et des ponts détruits ont horrifié le monde entier, mais elles masquent la triste vérité: le niveau de dévastation est encore inférieur à la destruction totale observée dans les villes assiégées du Moyen-Orient, comme Alep-Est, la vieille ville de Mossoul et Raqqa.

Il n’y a aucune raison pour que l’Ukraine ne partage pas le sort de la Syrie, de l’Irak et de l’Afghanistan si les combats se poursuivent pendant des mois ou des années.

Une grande partie de ce que la Russie dit avoir gagné pouvait être obtenue sans invasion. Il était peu probable que l’Ukraine rejoigne l’OTAN et les puissances de l’OTAN ont déclaré qu’aucun de leurs soldats ne combattrait en Ukraine. Les demandes russes de «dé-nazification» et de fin du génocide des russophones seront faciles à satisfaire, car aucune des deux allégations n’était vraie, mais Poutine pourra prétendre les avoir évitées.

Les Etats-Unis ont été ambivalents quant à la manière de ne pas jouer un rôle direct dans la guerre, mais en même temps de fournir suffisamment d’armes et d’autres formes d’assistance pour que l’Ukraine continue de se battre.

«Tel est l’équilibre précaire que l’administration Biden a tenté de maintenir pour aider l’Ukraine à enfermer la Russie dans un bourbier sans provoquer un conflit plus large avec un adversaire doté de l’arme nucléaire ni couper les voies potentielles de désescalade», explique le New York Times dans une analyse de la politique américaine.

***

Bien sûr, la guerre n’est pas encore terminée. Toutes les parties au conflit ont une raison de faire la paix, mais aussi une raison de continuer à se battre pour améliorer leurs positions.

La désescalade autour de Kiev pourrait être motivée par le fait que les opérations menées par les Russes dans le nord de l’Ukraine ont échoué autour de la capitale et de Tchernihiv, et qu’ils cherchent à présenter cet échec comme une concession pour stimuler les pourparlers de paix. Etant donné que presque toutes les informations sur les victoires ukrainiennes et les défaites russes proviennent du côté ukrainien, la situation sur le champ de bataille n’est peut-être pas aussi claire que ce que présentent les médias occidentaux.

Le Kremlin peut également avoir le sentiment d’avoir été dépassé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a proposé des compromis, donné une impression de modération et souligné son souhait de mettre fin à la guerre. Mais ses propositions risquent d’être une pilule amère à accepter pour les Russes, car elles comprennent des garanties de sécurité pour l’Ukraine, qui seraient plus efficaces qu’une adhésion à l’OTAN [1].

Poutine ne peut s’en prendre qu’à lui-même, car l’Ukraine est plus forte qu’avant la guerre et la Russie considérablement plus faible. Le succès des négociations de paix reflétera en fin de compte ce nouvel équilibre des forces entre l’Ukraine et la Russie et entre la Russie et le monde.

Même maintenant, il est difficile de voir comment Poutine, malgré son contrôle absolu des médias russes, minimisera sa défaite alors que son armée meurtrie rentrera chez elle avec une réputation en lambeaux. Par son orgueil démesuré (hubris) et son imagination, Poutine a créé une Ukraine pro-occidentale bien armée, ce qui est précisément ce qu’il voulait éviter en partant en guerre.

Poutine a fait une gaffe en imaginant que les Ukrainiens accueilleraient ses forces à bras ouverts et il a été incapable de concevoir une nouvelle stratégie. Le Kremlin semble avoir été tout aussi incapable d’organiser les vastes ressources en hommes de la Russie pour renforcer une armée trop petite pour sa tâche. (Article publié sur le site iNews, le 29 mars 2022; traduction rédaction A l’Encontre)

________

[1] Sur le site du quotidien Le Monde du 30 mars, il est indiqué à ce propos: «Les négociateurs ukrainiens sont arrivés sur les rives du Bosphore avec un projet d’accord dont le point central est que leur pays opterait pour un statut de neutralité, renonçant à rejoindre l’OTAN et à abriter des bases étrangères sur son sol, en échange de garanties de sécurité. Selon David Arakhamia, le chef de la délégation ukrainienne, ces assurances devront être aussi solides que celles offertes par l’article 5 du traité de l’Alliance atlantique qui stipule qu’une attaque contre un membre de l’organisation entraînera une réponse des autres membres. Trois pays membres de l’OTAN – la Turquie, la Pologne et le Canada – ont été cités comme possibles Etats garants. Par ailleurs, Kiev entend recevoir des garanties quant à son intégration dans l’Union européenne (UE).» (Réd.)

*****

L’Ukraine demande des garanties de sécurité «plus fortes que celles de l’OTAN» et définit d’autres conditions pour un accord de paix

Par Oleg Sukhov

L’Ukraine cherche des garanties de sécurité plus fortes que l’article 5 de l’OTAN, a déclaré, le 29 mars, David Arakhamia, chef du groupe politique [Serviteur du peuple-Sluha Narodu, parti libéral centriste] du président Volodymyr Zelensky au Parlement et chef de la délégation ukrainienne lors des négociations de paix en cours avec la Russie. David Arakhamia s’exprimait à l’issue d’un cycle de négociations de paix avec la Russie qui s’est tenu à Istanbul plus tôt dans la journée.

L’article 5 de l’OTAN engage chaque Etat membre à considérer une attaque armée contre un Etat membre comme une attaque armée contre tous.

«Nous insistons pour qu’il s’agisse d’un accord sur les garanties de sécurité signé et ratifié (par les parlements) afin d’éviter de répéter l’erreur du Mémorandum de Budapest», a déclaré David Arakhamia.

En vertu du mémorandum de Budapest de 1994, non contraignant, la Russie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni s’étaient engagés à ne pas recourir à la force militaire contre l’Ukraine en échange de son renoncement aux armes nucléaires qu’elle avait obtenues de l’Union soviétique. La Russie a violé le mémorandum en envahissant l’Ukraine en 2014 et en 2022 et les autres pays garants n’ont pas protégé l’Ukraine.

Selon les garanties proposées par l’Ukraine le 29 mars 2022, les pays garants doivent se consulter dans les trois jours suivant le début d’une agression militaire ou d’une guerre hybride, a déclaré David Arakhamia. Après les consultations, ces pays doivent apporter leur aide à l’Ukraine en envoyant des troupes, en fournissant des armes et en protégeant le ciel ukrainien, a-t-il ajouté.

Ces pays garants pourraient inclure les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, la Russie, la France, la Turquie, l’Allemagne, le Canada, l’Italie, la Pologne et Israël. D’autres pays pourraient également s’y joindre, a précisé David Arakhamia. Ces garanties devraient également aider l’Ukraine à rejoindre l’Union européenne.

Mykhailo Podolyak, conseiller du chef de cabinet de Volodymyr Zelensky et membre de la délégation ukrainienne, a déclaré que le gouvernement ukrainien ne signera un accord sur les garanties de sécurité que s’il est ratifié par un référendum national. Un référendum ne peut être organisé qu’après le retrait des troupes russes du pays, a déclaré Fedir Venislavsky, représentant de Volodymyr Zelensky à la Cour constitutionnelle.

Selon Mykhailo Podolyak, l’Ukraine a également proposé de tenir des négociations avec la Russie dans un délai de 15 ans sur le statut de la Crimée, qui est occupée par la Russie depuis 2014. Il est proposé que le statut des territoires occupés par la Russie dans les oblasts de Louhansk et de Donetsk soit déterminé lors de négociations directes entre Zelensky et le dictateur russe Vladimir Poutine, a ajouté Mykhailo Podolyak.

Pendant ce temps, Vladimir Medinsky, chef de la délégation russe et collaborateur du dictateur russe Vladimir Poutine, a qualifié les négociations avec l’Ukraine de «constructives». Il a déclaré que la Russie avait décidé de réduire ses activités militaires en direction de Kiev et de Cherhnihiv, dans le nord de l’Ukraine, à la suite des discussions. Toutefois, cette déclaration est intervenue alors que les forces ukrainiennes continuent de repousser avec succès les troupes russes dans le nord.

La date du prochain cycle de négociations n’est pas encore connue. Mykhailo Podolyak a déclaré que la date sera fixée après la réaction de la Russie aux propositions de l’Ukraine. (Article publié sur le site de Kyiv Independent, le 29 mars 2022; traduction rédaction A l’Encontre)

Oleg Sukhov est journaliste politique au Kyiv Independent. Il a été rédacteur et reporter au Moscow Times [journal en anglais appartenant à un entrepreneur hollandais, Derk Sauer, qui possède de nombreuses publications et qui a acquis entre autres le NRC Handelsblad].

*****

Zelensky appelle à la vigilance après que la Russie s’est engagée à réduire l’assaut sur Kiev

Par Andres Schipani (Lviv), Max Seddon (Riga) et Polina Ivanova (Londres)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti le pays qu’il ne devait pas «baisser sa vigilance» après l’annonce de la Russie de réduire considérablement ses activités militaires près de Kiev.

Les commentaires de la Russie, qui ont suivi une série de pourparlers de paix avec les responsables ukrainiens à Istanbul mardi 29 mars, ont fait grimper le cours des actions à l’échelle mondiale, les investisseurs étant optimistes quant à la possibilité de voir les négociations progresser [tout en assurant les investissements à la hausse dans le vaste complexe militaro-industriel – réd.].

«Vous avez pris connaissance aujourd’hui des nouvelles selon lesquelles le commandement militaire russe aurait décidé de “réduire les affrontements en direction de Kiev et de Tchernihiv”», a déclaré Volodymyr Zelensky dans un discours prononcé tard dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 mars.

«Nous ne devons pas abaisser notre vigilance. La situation n’est pas devenue plus facile. L’ampleur des défis n’a pas diminué. L’armée russe dispose toujours d’un potentiel important pour poursuivre les attaques contre notre Etat.»

Le retrait apparent de la Russie, annoncé par le vice-ministre de la Défense Alexander Fomin, est le premier faible signe de progrès vers la fin de la guerre qui dure depuis un mois, bien que le Kremlin ait déclaré mercredi qu’il ne voyait pas d’avancée majeure dans le dernier cycle de négociations.

L’Ukraine et ses alliés occidentaux restent profondément sceptiques quant aux intentions du président Vladimir Poutine, tandis que la Russie se prépare à un assaut plus important sur la région frontalière orientale de Donbass et à la poursuite de ses frappes dans le sud.

«Oui, nous pouvons qualifier de positifs les signaux issus de la réunion de négociation. Mais ces signaux ne font pas taire l’explosion des obus russes», a déclaré Volodymyr Zelensky, qui a ensuite fait référence à une frappe dans la ville méridionale de Mykolaïv [sur le bâtiment de l’administration] qui a tué au moins huit personnes mardi.

Mercredi, les autorités du Donbass ont déclaré que des zones résidentielles de Lysychansk, une ville de la région, avaient été bombardées par de «l’artillerie lourde».

Si le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré qu’il n’y avait pas eu de grandes percées à Istanbul, il a qualifié de «facteur positif» le fait que Moscou ait reçu des propositions écrites de Kiev pour un accord.

«Nous ne pouvons pas affirmer, pour l’instant, qu’il y a eu quelque chose de très prometteur ou des percées», a déclaré Dmitri Peskov, lors d’un entretien téléphonique avec des journalistes. «Il y a encore beaucoup de travail à faire.» Il a ajouté que la délégation russe rencontrerait Vladimir Poutine pour discuter des progrès réalisés à ce jour dans les pourparlers de paix.

Bien que la Russie ait présenté son retrait de Kiev et de Tchernihiv comme une action visant à renforcer la confiance, elle a semblé justifier les reculs que les forces russes avaient déjà effectués suite aux contre-attaques ukrainiennes.

Le ministère britannique de la Défense a déclaré mercredi que des unités avaient été contraintes de retourner en Russie et en Biélorussie pour se réorganiser et se réapprovisionner après avoir subi de lourdes pertes. Il a ajouté que le changement d’orientation de la Russie vers le Donbass était «probablement un aveu tacite qu’elle a du mal à maintenir plus d’un axe de progression» et a averti que la Russie était «susceptible de compenser sa capacité réduite de manœuvre terrestre par des frappes massives d’artillerie et de missiles».

Les responsables britanniques de la Défense ont ajouté que les forces ukrainiennes avaient riposté contre les forces russes au nord-ouest de Kiev, notamment à Irpin, et que «les Russes ont été repoussés d’un certain nombre de positions».

Joe Biden s’est fait l’écho de son homologue ukrainien en déclarant qu’il ne voulait pas «lire quoi que ce soit dans» la décision de la Russie de réduire ses activités militaires près de Kiev. «Nous verrons s’ils donnent suite à ce qu’ils suggèrent», a déclaré Joe Biden, s’exprimant à la Maison Blanche. Le président des Etats-Unis a ajouté qu’il s’était entretenu mardi avec les dirigeants de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Italie, qui ont tous convenu qu’ils étaient ouverts à l’idée d’écouter complètement la Russie. «Il semble y avoir un consensus sur le fait qu’il faut voir ce qu’ils ont à offrir», a déclaré Joe Biden. Tout en évaluant les actions de la Russie, les Etats-Unis et leurs alliés continueront à appliquer des sanctions, à fournir à l’Ukraine une aide militaire et à surveiller les discussions diplomatiques, a-t-il ajouté.

Volodymyr Zelensky a déclaré que «les sanctions doivent être renforcées. Intensifiées chaque semaine. Et elles doivent être efficaces» pour que la paix soit instaurée. Son chef d’état-major, Andriy Ermak, a déclaré mercredi que l’Ukraine avait besoin «d’armes efficaces, d’armes lourdes, d’artillerie, de missiles anti-aériens et antinavires», mais «dans le même temps, nous ne cessons pas les efforts diplomatiques pour arrêter la guerre».

Les pourparlers doivent reprendre en ligne après que l’Ukraine a officiellement remis des projets de propositions à la Russie mardi. Alexander Fomin a déclaré que les discussions «entraient dans une phase pratique» sur les questions de la neutralité et du statut non-nucléaire de l’Ukraine – deux exigences critiques de la Russie – en échange de garanties de sécurité pour l’Ukraine.

Oleksandr Chaly, membre de la délégation ukrainienne, a déclaré que l’Ukraine et la Russie poursuivraient les négociations au cours des deux prochaines semaines et qu’ensuite, les «pays garants» – les Etats censés garantir la sécurité de l’Ukraine dans le cadre d’un accord – pourraient se joindre à eux. (Article publié par le Financial Times, le 30 mars 2022; traduction rédaction A l’Encontre)

En complément tous les jours la rubrique Europe et le dossier Ukraine de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous