Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 avr. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

inde: face au désastre Modi, la solidarité du soulèvement paysan -J. Chastaing

"Nous mourrons peut-être du covid mais nous sommes sûrs de mourir de faim si nous ne continuons pas la lutte"

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les paysans ont décidé de maintenir leur mobilisation contre les lois agricoles de Modi qui détruiront la vie de centaines millions de paysans et leurs familles.

Mais les paysans font tout aussi pour lutter contre le covid en essayant de transformer les lieux de mobilisation en autant de lieux de lutte contre le covid avec l'aide d'ONG laïques ou religieuses.

Le gouvernement de son côté, après avoir détruit le système de santé publique déjà peu efficient, n'avoir rien organisé, construit ni prévu depuis la 1ere vague de covid, l'an passé, ne fait strictement rien sinon accuser tout le monde et en particulier le soulèvement paysan de ses propres responsabilités. Incapable et ne voulant pas prendre de réelles mesures sanitaires, il ne fait que prendre des mesures policières de confinement qui n'ont quasi aucun sens dans un pays où la misère est grande et où une grande partie des habitants les plus pauvres vivent souvent dans une grande promiscuité, dans des logements exigus, souvent insalubres, et beaucoup dans des bidonvilles gigantesques sans eau, électricité, tout-à-l'égout ni hygiène.

Alors à nouveau, avec l'explosion exponentielle du covid, le chaos s'installe peu à peu dans le pays comme l'an passé. Les villes et les Etats faute de moyens publics de santé, d'équipements, de personnel, confinent la population les uns derrière les autres, tandis que les grandes entreprises annoncent leur fermeture après les petites. Des millions et des millions de travailleurs originaires de la campagne se mettent à fuir les villes avant que Modi ne les chasse et avant la fermeture des transports pour retourner dans leurs villages d'origine où ils pourront survivre un peu.

Le principal constructeur automobile indien, Maruti-Suzuki a ainsi annoncé qu'il fermerait ses usines à partir du 1er mai en raison d'une part d'une augmentation exponentielle des cas de covid dans les usines et des pressions des syndicats et des salariés qui refusent de mourir pour le profit, et d'autre part, dit-il, pour réserver son oxygène industriel aux hôpitaux.

Dans la foulée, les autres grands constructeurs automobiles - Hero MotoCorp, Honda Motorcycle et Scooter India entre autres - ont également annoncé leur décision de fermer les unités de fabrication.

Ainsi dés aujourd'hui, plus de la moitié des salariés des énormes centres industriels de la banlieue de Delhi, à Gurugram et Manesar, ont fui la capitale pour rejoindre leur village natal avant qu'un confinement général bloque les transports comme l'an passé où Modi avait annoncé le confinement 4 heures seulement avant de le mettre en application piégeant des millions d'ouvriers et les obligeant à faire parfois des milliers de Km à pied où beaucoup ont trouvé la mort.

Face à l'effroyable incompétence, incapacité et cynisme du pouvoir, au désastre humain et au chaos général que son attitude engendre, seul le dévouement, la solidarité de millions de personnes du petit peuple permet aux indiens de faire face à la maladie et à l'incurie du pouvoir.

Et au centre de cette résistance populaire spontanée, il y a le soulèvement paysan et ses ONG amies, qui montrent à tous ce qu'est l'humanité, contre l'égoïsme abject et criminel des hommes du pouvoir et les milliardaires qu'il défend (qui ont par ailleurs fuit l'Inde dans leurs jets privés).

Aussi la peur du pouvoir de la colère qui monte contre lui, se transforme en une exaspération de haine contre les paysans qui osent lui résister et qu'il accuse plus que jamais de la propagation de l'épidémie.

Mais les paysans tiennent bon, ne lâcheront jamais et Modi à plus ou moins court terme se brisera sur ce roc de résistance. Cette résistance repose sur le fait que les paysans savent bien qu'ils peuvent peut-être mourir du covid, mais qu'ils sont par contre sûrs qu'ils seront des millions et des millions à mourir de misère ou de faim s'ils cessent la lutte maintenant.

Plus les paysans résisteront et tiendront bon dans le drame et le chaos actuel, se mettant au service des autres, plus ce sera la preuve vivante qu'il est possible de faire autre chose que Modi, et plus Modi, apparaîtra à côté de cela comme un vulgaire criminel, qui ne mérite que le châtiment voué à ces individus

Hier , la Cour Suprême de Chennai a déclaré que l'attitude de la commission électorale aux ordres de Modi qui a maintenu le processus électoral en pleine augmentation exponentielle du covid, mérite d'être jugée comme un criminel.

Un début...

PHOTOS

Construction d'un hôpital de 250 lits à Delhi pour les malades du covid par DSGMC une organisation sikh qui aide le soulèvement paysan ; distribution de lait par les paysans venant des paysans de l'Haryana ; explication médicamenteuse au campement paysan Tikri à Delhi ; différents dispensaires au campement paysan de Tikri ; faute de places et d'oygène dans les hôpitaux, DSGMC organise un secours d’oxygénation sur les parkings ; formations au campement paysan Tikri de Delhi

Ici 5 photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Des médecins accompagnant des patients en cancérologie confient leurs doutes
La convention citoyenne sur la fin vie qui s’ouvre aujourd’hui doit se prononcer sur une légalisation de l’aide active à mourir. Deux médecins de l’Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, qui sont auprès des malades en fin de vie, partagent leur vécu et leurs interrogations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Finance
Le patron de la Caisse des dépôts prolongé à son poste de manière douteuse
Bruno Le Maire a confié au patron de l’institution publique le soin d’assurer son propre intérim. Une décision qui semble déroger au Code monétaire et financier. Plaçant ses fidèles aux postes clés, Emmanuel Macron est aussi un président désinvolte qui laisse se multiplier ces situations d’intérim.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey