Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Berlin décide par référendum d'exproprier les sociétés immobilières!

Deux leçons: 1) exigeons cette expropriation dans toutes les métropoles en France, et 2) Die Linke, pendant allemand de la gauche radis(cale) genre Syriza, Podemos ou FI, a perdu des voix, sanction de sa gestion dans les insititutions de l'Etat bourgeois. Par contre l'auto-organisation, non pour des postes de gestion du capitalisme, mais pour le combattre frontalement, reçoit un appui majoritaire.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Allemagne-débat. Berlin: référendum victorieux pour exproprier les sociétés immobilières. Quelle conclusion pour un parti comme Die Linke?

Source: Der Freitag - Traduction Alencontre 

Par Nelli Tügel

Pour tous ceux qui se soucient de la question sociale, la soirée de dimanche 26 septembre comportait à première vue des messages contradictoires. Le parti Die Linke a été brutalement sanctionné [il n’atteint pas le quorum de 5%, il obtient 4,9% des suffrages]. Dans le même temps, plus d’un million de personnes, soit une majorité de 56%, ont voté dans la capitale Berlin pour l’expropriation des grandes sociétés immobilières et la socialisation du logement – une brillante victoire d’étape. D’une part, Die Linke obtient à peine 5% à l’échelle nationale, d’autre part, une revendication de gauche radicale s’avère crédible et apte à mobiliser dans tous les quartiers de Berlin et dans les milieux les plus divers. Comment cela s’articule-t-il?

L’idée que quelques membres de la gauche ont simplement eu la bonne idée au bon moment et au bon endroit est fausse. L’initiative «Deutsche Wohnen und Co enteignen» (Exproprier les firmes immobilières allemandes) s’est plutôt développée à partir des luttes des locataires et de la mise en réseau des voisins. Cela ne s’est pas fait de manière linéaire, mais avec une capacité de faire face y compris à des revers. Une condition essentielle à la victoire présente était qu’une certaine base sociale pour le référendum existait dès le début. Et a pu s’élargir.

Le mythe d’une campagne bien huilée qui a assuré un accouchement par la tête est donc trompeur. C’est pourquoi «Deutsche Wohnen und Co enteignen» ne peut pas être simplement copié – mais on peut apprendre certaines choses qui s’appliquent au-delà de Berlin. Il était essentiel qu’un plan concret soit élaboré pour un problème social commun, qui soit radical mais qui semble en même temps réalisable. De plus, les militant·e·s sont sortis – hors des quartiers de gauche, des bulles du «gâteau de la gauche», hors du simple activisme sur Internet. Les militants de cette initiative ont sonné aux portes de milliers et de milliers de personnes, en particulier celles qui ont de faibles revenus et celles qui vivent en marge de la société. Des personnes dont beaucoup de politiciens bien connus de Die Linke ne font que parler. Tout le monde pouvait participer, et ceux qui n’osaient pas pouvaient apprendre.

La campagne référendaire a vécu du fait que de nombreuses personnes s’y organisaient. Son message n’a jamais été: «votez pour nous, et ça marchera». Mais plutôt: «nous devons le faire nous-mêmes et pour cela, nous avons besoin de vous». Il ne s’agit pas d’une politique représentative, mais d’une prise en charge par les personnes intéressées elles-mêmes. La force qui en a résulté sera encore nécessaire, la mise en œuvre des résultats du référendum a besoin qu’une pression continue s’exerce. Cependant, la confiance dans le fait que cela peut être réalisé est grande: cela est très important.

Nous bouclons ici la boucle de la crise de Die Liinke. Depuis longtemps, ce parti n’est pas en mesure de partager une perspective d’application de ses propositions avec les personnes qu’il veut représenter et organiser. Même à Berlin, où il est le seul parti à soutenir pleinement le référendum, il a légèrement perdu lors des élections à la Chambre des représentants [à Berlin, les voix recueillies dans les circonscriptions avoisinent les 14%, contre 15,6% en 2016]. Ses représentants les plus éminents ont souvent dit pendant la campagne électorale qu’ils voulaient s’assurer que la socialisation des logements expropriés serait réalisée – mais jamais comment exactement cela serait réalisé dans un Sénat rouge-vert-rouge [législatif de Berlin]. Beaucoup auront conclu qu’il suffisait de voter oui au référendum – et ils auront donné plus de poids à d’autres facteurs dans la décision électorale.

Non, des revendications radicales ne suffisent pas à faire une campagne réussie, un bon programme et des déclarations d’intention ne font pas un parti de gauche fort. Mais ceux qui, sans fausse modestie, se concentrent sur un projet social commun, misent sur l’auto-organisation comme stratégie d’exécution et quittent ainsi la «scène de la gauche», peuvent vraiment gagner quelque chose. 

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes