Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10365 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2021

Berlin décide par référendum d'exproprier les sociétés immobilières!

Deux leçons: 1) exigeons cette expropriation dans toutes les métropoles en France, et 2) Die Linke, pendant allemand de la gauche radis(cale) genre Syriza, Podemos ou FI, a perdu des voix, sanction de sa gestion dans les insititutions de l'Etat bourgeois. Par contre l'auto-organisation, non pour des postes de gestion du capitalisme, mais pour le combattre frontalement, reçoit un appui majoritaire.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Allemagne-débat. Berlin: référendum victorieux pour exproprier les sociétés immobilières. Quelle conclusion pour un parti comme Die Linke?

Source: Der Freitag - Traduction Alencontre 

Par Nelli Tügel

Pour tous ceux qui se soucient de la question sociale, la soirée de dimanche 26 septembre comportait à première vue des messages contradictoires. Le parti Die Linke a été brutalement sanctionné [il n’atteint pas le quorum de 5%, il obtient 4,9% des suffrages]. Dans le même temps, plus d’un million de personnes, soit une majorité de 56%, ont voté dans la capitale Berlin pour l’expropriation des grandes sociétés immobilières et la socialisation du logement – une brillante victoire d’étape. D’une part, Die Linke obtient à peine 5% à l’échelle nationale, d’autre part, une revendication de gauche radicale s’avère crédible et apte à mobiliser dans tous les quartiers de Berlin et dans les milieux les plus divers. Comment cela s’articule-t-il?

L’idée que quelques membres de la gauche ont simplement eu la bonne idée au bon moment et au bon endroit est fausse. L’initiative «Deutsche Wohnen und Co enteignen» (Exproprier les firmes immobilières allemandes) s’est plutôt développée à partir des luttes des locataires et de la mise en réseau des voisins. Cela ne s’est pas fait de manière linéaire, mais avec une capacité de faire face y compris à des revers. Une condition essentielle à la victoire présente était qu’une certaine base sociale pour le référendum existait dès le début. Et a pu s’élargir.

Le mythe d’une campagne bien huilée qui a assuré un accouchement par la tête est donc trompeur. C’est pourquoi «Deutsche Wohnen und Co enteignen» ne peut pas être simplement copié – mais on peut apprendre certaines choses qui s’appliquent au-delà de Berlin. Il était essentiel qu’un plan concret soit élaboré pour un problème social commun, qui soit radical mais qui semble en même temps réalisable. De plus, les militant·e·s sont sortis – hors des quartiers de gauche, des bulles du «gâteau de la gauche», hors du simple activisme sur Internet. Les militants de cette initiative ont sonné aux portes de milliers et de milliers de personnes, en particulier celles qui ont de faibles revenus et celles qui vivent en marge de la société. Des personnes dont beaucoup de politiciens bien connus de Die Linke ne font que parler. Tout le monde pouvait participer, et ceux qui n’osaient pas pouvaient apprendre.

La campagne référendaire a vécu du fait que de nombreuses personnes s’y organisaient. Son message n’a jamais été: «votez pour nous, et ça marchera». Mais plutôt: «nous devons le faire nous-mêmes et pour cela, nous avons besoin de vous». Il ne s’agit pas d’une politique représentative, mais d’une prise en charge par les personnes intéressées elles-mêmes. La force qui en a résulté sera encore nécessaire, la mise en œuvre des résultats du référendum a besoin qu’une pression continue s’exerce. Cependant, la confiance dans le fait que cela peut être réalisé est grande: cela est très important.

Nous bouclons ici la boucle de la crise de Die Liinke. Depuis longtemps, ce parti n’est pas en mesure de partager une perspective d’application de ses propositions avec les personnes qu’il veut représenter et organiser. Même à Berlin, où il est le seul parti à soutenir pleinement le référendum, il a légèrement perdu lors des élections à la Chambre des représentants [à Berlin, les voix recueillies dans les circonscriptions avoisinent les 14%, contre 15,6% en 2016]. Ses représentants les plus éminents ont souvent dit pendant la campagne électorale qu’ils voulaient s’assurer que la socialisation des logements expropriés serait réalisée – mais jamais comment exactement cela serait réalisé dans un Sénat rouge-vert-rouge [législatif de Berlin]. Beaucoup auront conclu qu’il suffisait de voter oui au référendum – et ils auront donné plus de poids à d’autres facteurs dans la décision électorale.

Non, des revendications radicales ne suffisent pas à faire une campagne réussie, un bon programme et des déclarations d’intention ne font pas un parti de gauche fort. Mais ceux qui, sans fausse modestie, se concentrent sur un projet social commun, misent sur l’auto-organisation comme stratégie d’exécution et quittent ainsi la «scène de la gauche», peuvent vraiment gagner quelque chose. 

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.