Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10591 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2021

Leçons d'Italie (Suite) -Jacques Chastaing

Rome: Manifestation nationale contre le G20 et appel à la création d'un front unique de toutes les luttes

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour le premier jour du G 20 à Rome, les 30 et 31 octobre, trois grandes manifestations ont eu lieu - parfois ensemble, parfois pas - dans la capitale italienne avec les manifestants pour le climat, ceux contre le pass sanitaire et les suspensions et enfin ceux contre la politique anti-sociale du gouvernement Draghi.

La pandémie a été utilisée par un grand nombre de patrons pour augmenter leurs bénéfices et mettre en œuvre une réorganisation capitaliste.

En un peu plus d'un an, plus d'un million de travailleurs précaires et intermittents se sont retrouvés à la rue, tandis que la levée des freins légaux aux licenciements a entraîné non seulement la fermeture immédiate ou la délocalisation de sites de production entiers, mais aussi une atteinte généralisée aux salaires et aux droits ouvriers et sociaux par la prolifération incontrôlée du travail temporaire et non protégé. En conséquence, un travailleur en Itallie en 2021 gagnait moins qu'en 1990.

Par ailleurs, un nouveau resserrement des retraites et des allocations sociales, érodent davantage les salaires indirects (services sociaux) et différés (retraites), et permet de mettre sur le marché en vue de la reprise après-covid une nouvelle masse de main-d'œuvre précaire et surexploitées, avec des salaires de misère, afin de déclencher une nouvelle concurrence à la baisse entre pauvres tant du côté du coût du travail que du côté des droits.

Dans ce contexte, il y a une multiplication illimitée des accidents et des morts au travail : une véritable tuerie quotidienne au milieu d'une orgie de profits et avec le silence-assentiment des dirigeants des grandes confédérations syndicales Cgil-Cisl-Uil,.

En même temps, des millions de prolétaires avec des salaires faméliques doivent faire face à la hausse des tarifs (électricité + 29,8 % ; gaz + 14,4 %), du carburant (essence + 23,4% ; gasoil + 24,3%) et des produits de première nécessité (farines, huiles, beurre, pain, pâtes, lait, avec des augmentations moyennes des prix de détail de l'ordre de 20%).

Parallèlement, ces derniers mois on a assisté à un nouveau renforcement de la répression contre les manifestations anti-pass mais aussi contre les luttes ouvrières avec des charges policières devant les grilles des entreprises, des arrestations d'ouvriers en lutte et de militants, poussant à la nécessité urgente de relancer une bataille commune contre toutes ces mesures sécuritaires qui réduisent les libertés et étouffent la possibilité des luttes sociales et syndicales.

Enfin, l'obligation du pass sanitaire pour tous à partir du 15 octobre a été la cerise sur le gateau et a fait que près de 100 000 travailleurs ont été suspendus sans revenus, poussés vers la misère et le travail au noir.

Heureusement, face à cela, malgré l'inertie des directions syndicales, les mobilisations de ces dernières semaines ont été importantes dans l'ensemble des villes italiennes de la part des citoyens contre le pass mais aussi par la grève dans les ports, dans la logistique, dans certaines usines métallurgiques, dans le secteur de la santé et de l'entretien routier. Dans de nombreux cas, ces luttes ont obligé les patrons à reculer face aux suspensions ou à prendre à leur charge le coût des tests et ont surtout amené à amoindrir les divisions que le gouvernement avait créé dans les classes populaires sur la question de la vaccination, faisant passer comme en France, les manifestants anti-pass pour des fascistes..

En même temps que ce mouvement anti-pass, des luttes importantes contre les licenciements ont eu lieu depuis quelques mois notamment celles du GKN de Campi Bisenzio, du Fedex de Piacenza, d'Alitalia, de l'Unes, de Logista et de Texprint permettant de tisser des liens entre les militants de ces entreprises.

Dans le même moment, le grand succès de la grève générale du 11 octobre appelée par les syndicats de base, a représenté une première réponse de masse centralisée à l'attaque lancée par les patrons et le gouvernement contre l'ensemble des classes opprimées. De la même manière, des tentatives de faire naître des initiatives unitaires entre anti-pass et des syndicats de base ont eu lieu comme dans le cas de la manifestation du 30 octobre contre le G20 à Rome et celle promue par les chômeurs le 13 novembre à Naples.

Il s'agit maintenant d'aller plus loin et de définir un agenda de lutte commune qui mette au centre les enjeux et les besoins immédiats de tous les travailleurs et chômeurs, de tous les exploités et opprimés en construisant un solide réseau de connexions avec l'objectif d'une mobilisation unifiée et coordonnée à l'échelle nationale, capable de surmonter toute barrière territoriale, de sigle et de catégorie syndicale, et qui pourrait conduire à la convocation d'une manifestation à Rome qui revendique l'augmentation des salaires, l'interdiction des licenciements, l'annulation des augmentations des prix et loyers, la suppression du pass sanitaire obligatoire, la défense de la santé et d'un revenu décent pour les chômeurs.

Ainsi, après déjà plusieurs rencontres, les ouvriers en lutte contre les licenciements et syndicats de base, des des entreprises Fedex-TNT Piacenza, UNES Trucazzano, Logista Bologne, Texprint Prato, Grafica Venata Padoue, Nexive Bologne, XP Bologne, Turi Transport port de Naples, UPS Bologne, Raspini Pinerolo, Ferme agricole Manfini Vérone et le mouvement Dicoccupati du 7 novembre de Naples, appellent à une assemblée nationale les 7-10 novembre.

Pourquoi ne pas prendre exemple en France sur cette initiative unitaire italienne ?

En complément tous les jours la rubrique Politiquede la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves