L'art 24, arbre qui cache la loi pour la création d'une milice Benalla-macronarde

On se souviendra comment Macron avait donné tout pouvoir à Benalla pour créer une garde royale qui échappe à tout ministère, que ce soit l'Intérieur à travers la police, ou la Défense à travers la gendarmerie. Benalla, comptant sur l'impunité, s'est fait griller par une vidéo au début du règne Marcon I, comme les gardiens de l'ordre raciste, affiliés à la mafia Alliance, se sont fait griller par une autre vidéo la semaine dernière. 

La loi sur l'insécurité globale vise à cela: militariser le pays au service de l'exploitation capitaliste. Elle est scélérate, et pour tout dire la marche vers la dictature, l'article 24 n'étant qu'un leurre cachant la forêt.

Comme par hasard, alors que cette loi scélérate est dans les cartons depuis plus d'un an, Alexandre Benalla, fondateur de Comya Group Sécurité, à rapatrié son entreprise en France en juin dernier. Il est s'est désigné Président de l' Institut Vidocq, créé juste avant, en mai. Vidocq se définit dans son objet comme une plateforme de réflexion, de propositions et d'expérimentations consacrée aux politiques de sécurité globale.

La Loi "sécurité globale" est faite pour faire fleurir ces entreprises de sécurité. L'article 19 habilite écarte tout contrôle parlementaire, une fois de plus, en habilitant le Gouvernement à légiférer par ordonnances pour adapter les modalités d’organisation, de fonctionnement et d’exercice des missions du CNAPS (conseil national des activités privées de sécurité) [CL391 du Gouvernement].

Son article 8 renforce la compétence du CNAPS en reconnaissant des compétences nouvelles à ses agents assermentés pour constater des infractions au livre VI du code de la sécurité intérieure...

Un outil unique au service des acteurs de l’émanciapation. Cliquez ...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.