Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 janv. 2021

Inde: amorce d'un double pouvoir -Jacques Chastaing

Modi n'est pas encore à terre, loin de là, mais l'agenda politique commence à lui échapper pour passer dans les mains du soulèvement paysan qui hisse le drapeau de la démocratie directe populaire contre le pouvoir des groupes capitalistes et de leurs représentants.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LE SOULÈVEMENT PAYSAN AVANCE VERS UN POUVOIR POPULAIRE : AMORCE D'UN DOUBLE POUVOIR

Le dirigeant paysan Rakesh Tikait, le héros de la résistance du campement de Ghazipur aux attaques des milices fascistes, celui qui a initié au lendemain de la tentative de coup de force de Modi, le Mahapanchayat (Assemblée Générale) de Muzaffarnagat avec 100 000 participants pour discuter de la stratégie à venir et qui est aujourd'hui la figure emblématique du soulèvement, a déclaré dimanche 31 janvier qu'il croyait en l'Inde des Panchayats (sortes de structures municipales traditionnelles en Inde sous le contrôle d'AG directe des villageois). Ce n'est pas tout à fait un "tout le pouvoir aux soviets" mais c'est clairement la volonté et la perspective d'un pouvoir populaire direct opposé au pouvoir du gouvernement comme représentant des grands groupes capitalistes.

Samedi 30 et dimanche 31, des Panchayats se sont tenus dans de nombreuses régions du Pendjab et comme celui de Muzaffarnagar dans l'Uttar Pradesh auparavant, ont décidé de bannir de leurs régions les représentants du BJP (parti au pouvoir) et du RSS (milice fasciste au service du pouvoir), se déclarant donc comme des zones n'obéissant plus au pouvoir, tout en affirmant qu'ils financeraient le voyage d'une personne par famille vers les campements de Delhi, levant un "impôt" sur les familles qui n'enverraient personne et assurant l'aide matérielle et pour les champs aux familles qui du fait des départs se trouveraient dépourvues.

D'autres Panchayats, des Kaps Panchayats (structures plus anciennes et plus démocratiques), Gram Panchayats et Mahapanchayats (structures municipales avec AG élargies à plusieurs villages) vont se tenir dans les jours qui viennent où sera prononcé le serment de "Lota Noon" identifiant individu et communauté en un même tout, jurant la lutte jusqu'à l'expulsion de l'envahisseur (capitaliste) comme lors de la lutte d'indépendance contre les britanniques et mettant hors la loi sur leurs territoires le BJP et le RSS.

De son côté, le dimanche 31 janvier, Modi ânonnait à nouveau le même discours que depuis le 26 janvier, à savoir qu'il dénonçait le remplacement par les paysans du drapeau national par le drapeau religieux sikh sur le Fort Rouge (ce qui est un mensonge éhonté -le drapeau indien n'a pas été remplacé, et si un drapeau religieux sikh a été hissé à côté, c'est par un membre du BJP, son propre parti, dans le cadre d'un provocation gouvernementale pour salir les paysans) pour tenter d'accréditer que les paysans sont manipulés par des indépendantistes religieux sikhs et attiser un peu plus les haines religieuses.

Or, si cette thèse de Modi a été largement reprise par toute la presse mainstream lors de la tentative de coup de force gouvernemental du 26 au soir comme les 27 et 28, par contre depuis le 29 - et le mouvement va s'amplifiant-, depuis que la résistance paysanne a fait échouer le coup de force gouvernemental, un nombre grandissant de journaux se font un peu plus l'écho du point de vue paysan et décrivent la manipulation gouvernementale autour du Fort Rouge et du drapeau sikh jusqu'à poser ouvertement la question : ne vaudrait-il pas mieux que Modi cède maintenant sur les lois agricoles plutôt que de prendre le risque de tout perdre demain ?

Ces journaux mainstream s'inquiètent également que la communauté Jat (à laquelle appartient Rackesh Tikait), une communauté inter-castes et inter-religieuses influente de paysans-guerriers, se soit particulièrement mobilisée à partir du 28 janvier alors qu'elle représente de 20 à 35% des habitants de l'Uttar-Pradesh, de l'Haryana, du Pendjab, 15% dans le Rajasthan et autour de 5 à 10% ailleurs, nombreuse aussi au Pakistan, alors qu'elle est particulièrement connue pour ses rébellions incessantes contre "ceux du dessus" avec une forte présence dans l'armée et qu'elle vient d'appeler à des Mahapanchayats partout.

Cela fait que, plus qu'inquiet, le gouvernement s'est senti obligé de faire arrêter ce dimanche 31 un certain nombre de journalistes qui relayaient des vidéos montrant la complicité des forces de police et des membres du BJP ou RSS "déguisés" en paysans et de couper à nouveau internet sur les campements paysans et de renforcer considérablement les barrières de béton et fils de fer barbelés entre les campements paysans et Delhi comme dans un camp retranché.

Mais ce qui est encore plus significatif sur le Waterloo que représente l'échec du coup de force à Ghazipur pour Modi, c'est que de plus en plus de politiciens de tous partis dénoncent la tentative de manipulation de Modi et se pressent autour de Rakesh Tikait pour être pris en photo avec lui, ou le soutenir.

Waterloo n'a pas signifié la fin immédiate de Napoléon, mais a signifié le basculement de la situation générale vers la fin de Napléon.

Modi n'est pas encore à terre, loin de là, mais l'agenda politique commence à lui échapper pour passer dans les mains du soulèvement paysan qui hisse le drapeau de la démocratie directe populaire contre le pouvoir des groupes capitalistes et de leurs représentants.

Le 31 janvier, Rakesh Tikait a également déclaré que les jours actuels sont des journées d'un combat idéologique contre le gouvernement qui nécessitent moins que les gourdins, l'argumentation militante renforcée dans la rue et en porte à porte pour convaincre des millions et des millions d'indiens que leur combat est celui de sauver l'Inde. Aussi le SKM (Front Uni Paysan qui anime le soulèvement) a-t-il renoncé à la marche sur le Parlement le 1er février (avec une discussion pour manifester éventuellement le 3 février, jour où est organisée par des organisations démocratiques de Delhi une manifestation pour la libération de journalistes emprisonnés) qu'il avait annoncé le 25 janvier au soir parce qu'il trouve cette marche prématurée dans l'ambiance créée par les calomnies lancées par la grande presse.

Aussi il appelle plutôt pour le moment au renforcement de la mobilisation générale par des Panchayats partout et une montée plus massive encore sur Delhi, meilleure manière de combattre les calomnies et de montrer dans les faits par le rapport de force où se trouve la vérité.

PHOTOS

Mahapanchayat à Mathura dans l'Uttar Pradesh samedi 30 janvier qui a annoncé - entre autre - qu'ils seront 10 000 dans les jours qui viennent à bloquer l'autoroute qui fait la jonction entre Delhi et l'Uttar Pradesh ; Mahapanchayat à Baghpat appelée par les Jats dans l'Uttar Pradesh ce dimanche 31 janvier avec transmission en direct sur les réseaux sociaux. D'autres Mahapanchayats se tiendront à Bijnor dans l'Uttar Pradesh le 1er février et à Jind dans l'Haryana le 3 février : le gouvernement transforme Delhi en camp retranché ; les paysans continuent à affluer aux campements des portes de Delhi ; Mahapanchayat à Palwal dans l'Haryana ; autre photo du Mahapanchayat à Mathura ; autre photo du Mahapanchayat à Baghpat

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu