Nantes: université en lutte et occupations solidaires - vidéo

Reportage: trois jours d'immersion dans les lieux occupés à l'université de Nantes pour aider et loger les mineurs étrangers isolés.

16 doc 2017 - Legacy News

© LegacyNewsOff

Dans ce reportage, vous découvrirez:
- La présentation des locaux occupés
- l'Action de blocage de la circulation en fanfare
- l'Interview d'un étudiant militant
- Un concert
- Le blocage d'un amphi
Bref, la vie quotidienne d'un lieu spontanément dédié à l'accueil solidaire de jeunes isolés.

Occupations solidaires : la fac en ébullition

Alors que plusieurs bâtiments sont occupés à l’université de Nantes pour héberger des jeunes exilés à la rue, la semaine qui vient de s'écouler a été tumultueuse et pleine de rebondissements. La présidence de l'université a effectivement demandé à la préfecture d'organiser l'expulsion policière du campus. Elle a même fermé administrativement un bâtiment central en vue d'une intervention des forces de l'ordre. Mardi, le président de la fac diffusait un communiqué anxiogène et menaçant, évoquant des "barricades", "des liens avec la ZAD", et des "interventions sauvages dépassant la questions des migrants", pour justifier une expulsion imminente.

En réaction, des centaines d'étudiants se sont rassemblés spontanément sur la fac. L'équipe dirigeante de l'université a même été « retenue » pendant quelques heures dans une salle du Pole Étudiant ! Le lendemain, un autre rassemblement réunissait encore beaucoup de monde, et des enseignants appelaient à la grève en cas d'expulsion ! En parallèle des dons affluent de partout, et les appels à soutien sont de plus en plus nombreux. Bref, le mouvement gagne en force.

Face à cette mobilisation inédite, la présidence, piteuse, a levé son ultimatum, et retiré sa demande d'intervention auprès de la préfecture. Mais il est probable qu'elle attende que la fac soit moins agitée pour réclamer à nouveau un assaut policier. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.