jean-marc gavanon
Dissident
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 janv. 2011

Il ne faut pas sauver le soldat MAM

jean-marc gavanon
Dissident
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Michèle Alliot-Marie a été clairement mise en cause par Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée nationale pour avoir proposé d'envoyer des forces de gendarmerie en secours à Ben-Ali durant les manifestations de la "Révolution de Jasmin". Cette attitude, qualifiée d'indigne par les Socialistes, a été défendue par François Fillon qui renouvelle toute sa confiance à sa ministre. La politique étrangère de la France semble pourtant en effet assez illisible. Elle s'appuie sur la guerre en Afghanistan : les services français y ont été incapables de protéger et de retrouver les deux journalistes enlevés dans ce pays. Le gouvernement a critiqué le fait que des journalistes français se rendent là-bas : on peut y envoyer des soldats, mais pas des journalistes qui expliquent ce qui s'y passe. Cette implication auprès des américains, plus la politique de restrictions draconiennes à l'immigration donne de la France une image brouillée dans les pays musulmans (développé ici). Si l'on ajoute à cela des lois et postures stigmatisant les musulmans de France (loi sur la Burqa, déclarations de Brice Hortefeux sur la polygamie), on trouve bien des raisons pour que les opinions publiques des pays arabes voient dans la France un Etat hostile.

Dans ces conditions, après l'échec que représente la mort des deux otages français au Niger, les autres otages toujours retenus par AQMI, les deux journalistes en Afghanistan, l'inexistence française dans les questions du proche-orient, l'aveuglement de Michèle Alliot-Marie sur la question tunisienne représente un nouveau renoncement de la diplomatie française. Un renoncement à toute idée de défense des valeurs affichées au fronton de nos monuments, un renoncement à la mission historique qui aurait pu être celle de la France, patrie des Droits de l'Homme. L'interdiction de conférence pour Stéphane Hessel à l'ENS vient, s'il était besoin, encore le souligner. La suppression du secrétariat d'Etat autrefois dévolu à Rama Yade ne devait donc rien au hasard, la France ne se donne même plus la peine du double langage, elle ne parle plus que la langue de bois.

La démission de MAM aurait pu laisser croire à une incompétence personnelle, une faute. Son maintien en poste est un aveu, sinistre et cynique. La politique étrangère de la France, inconsistante sous Kouchner, devient désormais insoutenable. Il reste à MAM à prendre une posture martiale pour menacer les Ivoiriens : les forces françaises présentes sur votre territoire n'hésiteront pas à se défendre si nécessaire. On s'en serait douté.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre