Le gouvernement Copé

Et que se passerait-il si la France venait à faire le choix insensé de donner une majorité à l'UMP et au FN en ne votant pas socialiste aux législatives de 2012?Copé. C'est certain, car François Fillon est déjà usé jusqu'à la corde, à force de succéder à lui-même (faute de prétendants) à la tête des gouvernements de la Sarkozie arrogante puis déclinante. Copé, donc. 

Et que se passerait-il si la France venait à faire le choix insensé de donner une majorité à l'UMP et au FN en ne votant pas socialiste aux législatives de 2012?

Copé. C'est certain, car François Fillon est déjà usé jusqu'à la corde, à force de succéder à lui-même (faute de prétendants) à la tête des gouvernements de la Sarkozie arrogante puis déclinante. Copé, donc. 

Et comme ce gouvernement aurait besoin des quelques députés FN pour avoir une courte majorité à l'Assemblée, il y aurait des ministres "d'ouverture" à droite. Pensons à Gilbert Collard, ministre de la justice. Imaginons Louis Alliot à l'identité nationale. Songeons à Bruno Gollnisch à la culture...

Et puis les ministres UMP, forcément décomplexés : Christian Vanneste à la famille, Eric Ciotti à l'éducation nationale, Lionel Luca porte-parole du gouvernement... à chacun d'imaginer sa liste...

Et les mesures : retour sur le rétablissement de l'ISF, poursuite de la diminution des effectifs dans l'éducation nationale et dans la police, expulsion des Fralib de leurt usine, avalanche des plans sociaux mis au congélateur sans politique industrielle, 

L'UMP ne parle jamais de l'après (c'est vrai qu'il est improbable). Copé et Fillon sont omnubilés par 2017. Et peu importe la France. Si la digue (bien artificielle) entre le FN et la droite de l'UMP cède, ce qui serait plus que probable en cas de possibilité de diriger un gouvernement commun UMP-FN, il faudrait pourtant obtenir le concours de l'UMP plus "républicain" et de ceux qui se revendiquent du centre. Cette composition très difficile rendrait sans doute éphémère tout gouvernement de droite et François Hollande, devant l'impossibilité de dégager une majorité, devrait user de son droit de dissolution. Belle pagaille en perspective, donc, sur fond de crise économique mondiale et d'instabilité économique en Europe.

Bref, voter UMP ou FN, c'est opter pour la stratégie du chaos.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.