La gare, parcours du combattant

Une gare chinoise est bien différente d'une gare européenne, où on entre comme dans un moulin. En Chine, sans billet de train, vous n'accédez que dans une seule pièce de la gare: le hall des guichets. Mais même pour ce hall-là, vous devrez tout d'abord vous soumettre au contrôle de sécurité, et passer vos bagages dans le scanner.

Les gares possèdent désormais des machines de vente de billets. Ces automates possèdent même une interface en anglais. Mais ne vous réjouissez pas trop vite: si vous n'êtes pas titulaire d'une carte d'identité chinoise, vous ne pourrez rien en tirer. Les étrangers sont priés de s'adresser au guichet.

Qui dit guichet, dit queue. Les queues sont souvent impressionnantes, et il faut généralement compter au moins vingt minutes, moins si vous avez de la chance. Au guichet, vous aurez à faire à une employée rogomme que vous pourrez apercevoir en vous contorsionnant pour guigner à travers la partie inférieure du guichet. Mieux vaut savoir ce que vous voulez: vous n'êtes pas là pour choisir la couleur des rideaux.

Nous reviendrons sur les billets dans un autre billet!

Une fois en possession de votre précieux billet, vous ressortez du hall des guichets, puis vous vous présentez à l'embarquement. Là, vous devrez d'abord passer le contrôle d'identité. Un employé vérifiera que le nom et le numéro de votre billet correspondent bien à votre passeport, comme dans un aéroport. Depuis quelques années, les billets sont nominatifs, afin de lutter contre le marché noir. Une politique qui arrange au passage le ministère de la Sécurité publique.

Une fois tamponné, vous passerez un nouveau contrôle de sécurité. Bagages au scanner, fouille symbolique. On se presse, on se bouscule, l'atmosphère évoque parfois les couloirs à bestiaux. Mais tout va bien. Le plus dur est fait. Vous pouvez maintenant rejoindre votre salle d'attente. Il y en a généralement une par train. Si vous êtes en couchettes molles, il y a généralement une salle VIP avec des grands fauteuils.

Au moment de l'embarquement, les passagers ont tendance à se bousculer pour être les premiers à bord. Si vous avez une couchette, attendez que tout le monde soit passé. Personne ne prendra votre place. Les billets sont encore contrôlés avant l'embarquement, à la sortie de la salle d'attente-parc à bétail.

Si vous n'avez pas emporté vos victuailles, vous pouvez encore vous ravitailler à la salle d'attente. Il y a généralement des wagons-restaurants, mais pas toujours, et alors il faudra vous contenter de nouilles instantanées.

Vous pouvez ensuite rejoindre votre train et vous installer.

Quand vous êtes à destination, conservez bien votre billet jusqu'à la sortie de la gare. Un contrôleur vérifiera en effet que vous êtes sorti à la bonne station, et gare à vous si vous êtes resté plus longtemps que ne l'autorisait votre billet.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.