Inconcevable aveuglement

Lorsque les portes des camps de Dachau et autres Tréblinka s’ouvrirent, les militaires pour lesquels les combats avaient appris à ne plus s’étonner de rien, tant ils avaient perdu d’amis, semé eux-mêmes la mort et la frôler de près, restèrent stupéfaits, interdits de penser.

Inconcevable c’étaient.

A tel point que les « révisionnistes » n’en supportèrent pas l’idée et crièrent au mensonge, niant l’inacceptable.

Et pourtant ces génocides, arméniens, par les turcs, staliniens que la générosité des militants communistes français aveuglait, puis nazis, œuvre de presque toute une génération d’allemands, sont faits historiques indéniables.

Ça a existé.

Or on dirait bien que ça recommence.

Chez nous.

En France.

Peut-être n’avez-vous pas laissé entrer dans le calme et la sécurité de votre maison ces images effrayantes, celles de ces voyous patentés surarmés, tout caparaçonnés  de ténèbres, retenant leurs molosses, encore muselés, dressés comme eux à faire tout le sale boulot, mordre dans les chairs, exploser les cranes, énucléer les visages, semer la haine et la mort. Or ces images et témoignages sont la réalité des ces jours.

« Mais, chers concitoyens, c’est le mal nécessaire à appliquer pour garantir votre sécurité » clame sur les ondes le subalterne du dictateur.

« FAUX ! » estime Jean-Marie Delarue, Président de la commission nationale des droits de l’homme. « Le Président de la République non seulement crée lui-même le désordre mais il restreint progressivement toutes les libertés des citoyens. » dit-il en substance.

Il est grand temps que nous réagissions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.