jean-marie charron
retraité
Abonné·e de Mediapart

993 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2010

Gendarmerie menacée ?

jean-marie charron
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Syndicat de la magistrature vient d’adresser à Madame la garde des sceaux une lettre ironico-humoristique signée par sa présidente, Clarisse Taron. Il est ainsi proposé que soit envoyé à Brice Hortefeux un dossier de candidature à la fonction de magistrat, ce qui ne devrait pas poser de problème dans la mesure où la condamnation de l’intéressé pour injure raciale ne serait pas confirmée en appel.

Madame Taron estime en effet que les très nombreuses interventions du premier policier de France dans un domaine qui n’est pas le sien, celui de la Justice, tend à prouver qu’il meurt (ce n’est qu’une image, bien sûr !) d’envie de cumuler les deux fonctions : car, selon lui, il est bien plus compétent en droit que tous les professionnels de la Justice.

Ainsi il vient de « manifester publiquement son soutien moral et matériel » au gendarme mis en examen aujourd’hui par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Blois pour avoir tué par balle en juillet dernier un jeune gitan dans le Loir-et-Cher.Ce faisant, Brice Hortefeux instille dans les esprits l’idée selon laquelle cette décision serait illégitime. Une nouvelle fois, il s’immisce donc dans le cours d’une procédure judiciaire. »

En effet, Hortefeux profite d’un drame, la mort d’un homme et la mise en examen d’un gendarme, pour tenter d’opposer deux corps d’Etat normalement complémentaires.

"Je tiens à manifester publiquement mon soutien moral et matériel à ce militaire aujourd'hui dans l'épreuve, à sa famille ainsi qu'à ses 97.000 camarades de la gendarmerie nationale».Il laisse subtilement entendre que la décision d’un juge d’instruction, magistrat du Siège, c'est-à-dire et contrairement à ceux du Parquet, indépendant, s’attaque non seulement à l’honneur d’un gendarme, mais aussi à celui de toute la Gendarmerie.

Peut-être espère-t-il ainsi faire oublier que son patron et lui ont attaqué directement un gendarme, Jean-Hugues Matelly,

chef d’escadron dans la Gendarmerie nationale. Ce gendarme a été radié des cadres, le 25 mars 2010, par "mesure disciplinaire" par un décret du président de la République, pour avoir osé, en tant que chercheur, sociologue reconnu, analyser le malaise de la gendarmerie et le faire savoir.

Cette facile prise de position d’Hortefeux lui permet de contester le fonctionnement d’une justice qui tente de garder son indépendance et de faire correctement son métier, mais aussi, en cette période de remaniement gouvernemental annoncé, de lancer méchamment une pierre dans le jardin de sa collègue garde des sceaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat