« Les gilets jaunes n’ont plus de débouchés politiques ! »

« Les gilets jaunes n’ont plus de débouchés politiques »  a prétendu le Président de la République française.

C’est bien ce qu’espéraient il n’y a pas si longtemps certains hommes politiques en éliminant les étoiles de la même couleur. Méthodes délicates à présent à utiliser au grand jour dans notre beau monde occidental policé. Il faut savoir inventer.

C’est ainsi que Monsieur Macron a mis au point d’autres méthodes pour apeurés ces gens méprisés qui disaient leur colère de vivre l’insupportable, et comme ça ne suffisait pas, il  les effraya, puis envoya ses meutes les tabasser, et enfin ordonna les mutilations grâce au LDB armes meurtrières condamnés par l’ONU, ne laissant dans les affrontements que les casseurs dont le but étaient de pourrir l’ambiance et de discréditer ces gueux, comme le faisaient consciencieusement en face, les forces dites de l’ordre qui se sont ainsi disqualifiées.

Ce serait effectivement miracle que ces gilets jaunes puissent poursuivre cette lutte d’autant plus inégale que la majorité d’entre eux respecte la légalité, se contentant de découvrir et de pratiquer la solidarité lors de leurs rassemblements aux ronds-points, alors que le Gouvernement bafoue ce partage, et mobilise ou bâillonne les media pour mieux les discréditer.

Je ne peux m’empêcher de penser que le programme de Benoît Hamon, lors de la présidentielle, et son revenu universel si moqué par les autres, aurait évité cette révolte. Mais peut-être en est-il mieux ainsi qui a permis de révéler l’enfumage par Macron qui, avec l’argent de quelques fortunés a préparé son coup en douce. En bon illusionniste, il a trompé son monde. L’escroc du siècle n’est pas Madoff mais Macron qui a berné 90 millions de citoyens.

Pas d’avenir, les gilets jaunes ?

Qu’ils refusent de faire de la politique, combien nous les comprenons, mais qu’ils continuent à poursuivre leur lutte pour la vie, proprement, c’est possible en France dans le cadre d’associations type 1901, qui permet de conserver la proximité du partage, et de se faire entendre au niveau national en fédérant toutes ces associations, avec élection d’un bureau pour réguler son fonctionnement, ne serait-ce pas une solution ? Car un tel rassemblement où s’échangent les idées permettrait que tant de richesse humaine ne s’évapore pas et ne meure.

Certes, vous, Monsieur Macron, bien que bouché, voire boucher à votre heure, ne manquez pas de débouché, surtout dans la finance, alors laissez au peuple français prendre soin de lui-même. Réalisez votre ambition ailleurs, dans une banque par exemple, réalisez-vous en Madoff mais laissez les Français gérer leur richesse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.