Des gouvernants sans foi ni loi

Ces malhonnêtes personnes qui nous gouvernent ont été élues par le peuple !

Ça n’est donc pas elles, les Trump, les Johnson, les Macron, les Giuseppe Conte, les de Ringy, qui sont à critiquer mais « le peuple ». Et comme il est proclamé que, étant en démocratie, le peuple est souverain et les élus intouchables, ce sont les opposants qui se trouve nécessairement dans l’illégalité, et donc qui sont à combattre, à tabasser pour rétablir la tranquillité publique, à traiter par le mépris, par le dénigrement, la négation, l’enfermement. Au lieu de restaurer la dignité des plus pauvres qui ont le toupet de se plaindre, au lieu de se battre pour des causes essentielles et plus nobles, devant la fabrication d’un surplus de délinquants, le Gouvernement français actuel s’engage à créer 7.000 nouvelles places de prison.

Les sans-culotte de 1789 ont démolie la Bastille, les gouvernants culottés de 2019 embastillent les citoyens qui les empêchent de péter dans la soie.

Alors Macron dénonce la « République de la délation ».

Et il a bien raison d’avoir peur, son ami de Ringy vient de tomber du fait de ses fastueuses réceptions payées par le peuple, qui sera le suivant ? Et si c’était enfin lui, Macron, qui serait sommé d’expliquer comment et grâce à qui s’est constituée la cagnotte finançant sa campagne électorale quand il était ministre. Jusqu’à présent il a refusé de parler de ces fameux festins. Qui sont ces gens de l’ombre qui l’ont porté à l’Elysée et dont il est devenu l’obligé ? Délation ? Alors qui est le traître ? Qui est e malhonnête homme devenu Président ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.