Corinne contre Eva

Si certains articles de presse ont insisté sur l’absence de certains aux journées d’été d’EELV (Nicolas Hulot pour ne pas le nommer), il est des absences qui sont passées totalement inaperçues. Celle de Corinne Lepage, par exemple.
Si certains articles de presse ont insisté sur l’absence de certains aux journées d’été d’EELV (Nicolas Hulot pour ne pas le nommer), il est des absences qui sont passées totalement inaperçues. Celle de Corinne Lepage, par exemple. Mais cette ancienne ministre de l’écologie de Chirac ne semble pas mécontente de ne pas avoir été invitée comme ses anciennes collègues.Elle regrette l’époque où « Europe Ecologie » naviguait seule, avant d’avoir été prise à l’abordage par Les Verts. Depuis, selon elle (Nouvel Obs), c’est la fermeture. Elle ne s’y sent pas la bienvenue. A moins qu’il y ait incompatibilité avec Eva Joly et qu’elle-même ne se sente pas de taille à affronter une telle concurrente. On lui a coupé son élan, se plaint-elle. Car elle envisageait et, apparemment envisage toujours de se présenter à la présidentielle, en défendant deux priorités :1. La sortie du nucléaire.2. La lutte contre la corruption. Comme c’est curieux ! Deux points qui, parmi d’autres, semblent également chers à Eva Joly.Des priorités, donc, qui tiennent tellement au cœur de Madame Lepage, qu’elle préfère en assurer elle-même la promotion, estimant que sa concurrente est « inaudible, irréaliste, et trop marquée à gauche ». Inaudible ? J’en doute fort, étant sourd comme deux pots j’ai vu et écouté la vidéo, sous titrée qui plus est, j’ai parfaitement tout compris. Est-ce l’accent qui a gênée Madame Lepage ? Certaines oreilles de droite y semblent très sensibles. Moi, je l’ai trouvé savoureux. Comme quoi … !Si par inaudible Corinne Lepage veut dire qu’on ne comprend pas Eva, je pense qu’effectivement Eva Joly ne bêtifie pas, ne brasse pas des idées générales, mais qu’elle emploie des termes précis, voire techniques, et qu’il faut s’accrocher quelquefois pour la suivre. J’y vois là une marque de respect pour son auditoire qu’elle ne prend pas pour des imbéciles. Irréaliste ? C’est sans doute là que le bât blesse. Pour moi, être réaliste dans la bouche de Lepage, c’est déjà l’abdication. C’est ne pas oser, ou pouvoir, s’attaquer au problème de fond qu’est l’omnipotence d’une finance totalitaire. Elle est de droite, bien sûr. Ce qui explique le Trop marquée à gauche. Evidemment ! Pour l’instant le grand souci de Madame Lepage est de récolter les cinq cents signatures. Mais il paraît qu’elle n’a pas a se faire trop de bile. L’UMP l’aidera à les obtenir et « le PS n’est pas non plus contre l’idée de mettre une épine dans le pied de l’EELV. »

C’est que cette Eva Joly commence à être redoutée par pas mal, et espérée par beaucoup !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.