Une assemblée tirée au sort ? Réponse d'un ouvrier à des intellectuels anti Tirage Au Sort.

Le 13 Novembre 2014, Monsieur Clément Senechal, du Parti de Gauche, administrateur de certains sites de Jean-Luc MELECHON et du m6r, et quelques joyeux lurons de ses amis, se sont positionnés au nom du PG dans un texte contre le Tirage Au Sort pour la constitution de l'Assemblée constituante de la VI éme république dans Libération (Journal bête et méchant au 1er degré), pensant qu'ils sont les seuls avec leurs semblables a avoir la capacité de rédiger une constitution.

En clair, Mr Senechal et ses comparses pensent que le peuple français est un ramassis d'abrutis qu'il faut "éclairer" et qu'il est incapable, le peuple, de savoir ce qui est bon pour lui ! La relève des BHL et A.Finkielkraut est bien assurée, vous pouvez respirer braves gens.

* En gras le texte de Senechal et ses amis, le reste (en Italiques) est la réponse que je lui fais.

Bonjour les gens qui ont écrit ce texte. (Si je vous dis bonjour, c'est que je suis poli, mais vu que vous semblez n'avoir aucun respect pour les gens comme moi...(Je parle au point de vue catégorie sociale)   

Déjà, quand on connaît Libé et son histoire comme je l'ai connue, en le lisant chaque jour, mais c'etait avant bien sur..., le fait que vous écriviez dans ce torchon rend votre texte plus que louche !

Qui peut vous répondre dans un journal national si il fait partie du peuple "d'en bas" ? Formule qui doit vous plaire "le peuple d'en bas" au vu de ce que vous écrivez.  

Ce que vous faite est de la pure manipulation, puisque personne n'aura la possibilité de vous porter la contradiction au même niveau vu que l'oligarchie médiatique est elle aussi contre le TAS qui la met en danger, comme vous, et que tout ce monde se sent supérieur.

A vous lire, il me semble que nous ne sommes pas du même monde..., pas du même PG, pas de la même idée politique, pas pour la démocratie, pas pour que chacun puisse s’exprimer, malheureusement !.

Vous ne me connaissez pas, dommage, je ne vous connais pas non plus !

Vous ne savez donc pas.   

Je suis un de ceux qui cirent vos godasses chaque jour, qui nettoient vos poubelles,

qui traitent ce qui arrive de vos chiottes, qui encombre les stations d'épuration et dont on ne sais plus que faire.

Dans mon cas, ce sont vos poubelles entre autres.... 

Je suis un de ceux qui a passé sa vie dans une usine d'incinération, a se pourrir la vie pour que la vôtre soit meilleure, croyant que faire ce travail servait l'idée d'environnement qu'il avait, mais j'ai vite déchanté. En 1973 on pouvait se tromper, mon erreur n'a durée que quelques années, ensuite il a fallu manger.

Je pense que vous ne pouvez pas comprendre...

Je suis aussi un de ceux qui lisaient "Hara-Kiri", pas sa pâle copie actuelle. Mais aussi "La Gueule Ouverte" dés son début et jusqu’à sa mort, "Le Sauvage", et combien d'autres journaux qui ont disparus et dont vous n'aurai jamais idée de la valeur, comme "Libé" qu'on lisait presque en se cachant tellement la connotation “d’extrême gauche ou anarchiste” mettait ce journal à l'écart et ceux qui le lisaient avec...même mes copains du PC me le reprochaient ! Si j'oubliais Libé au travail, on, me le détruisais dés que j'avais le dos tourné pour que plus personne ne puisse le lire.... Aujourd’hui, choisir Libé pour donner son opinion, c'est donner une info comme quoi on va arnaquer le lecteur ou mépriser quelqu'un, merci.

Je fais partie de ceux qui vous permettent de vivre sans que vous soyez ensevelis sous vos immondices, 

de ceux qui vous permettent de sortir dans une ville propre,

de ceux que vous ne regardez que pendant les meetings, et encore, de haut ! 

Je suis de ceux qui ont les larmes aux yeux en entendant les discours de JLM, qui comprend trés bien sa fureur, que vous reprochez aux militants sur les listes PG et que vous expulsez a tour de bras !

Je suis de ceux qui ont travaillé a 15, 16 ou 17 ans et cotisé 37 voir 43 ans dans mon cas et à qui on a refusé la retraite après tout ce calvaire. Ceux qui ont surcotisés pour permettre à la collectivité de vous payer des études, a vous, petits intellos qui refusez de parler d'un système qui nous donnerait enfin une place.

Ceux a qui, avec votre rejet du TAS, vous refusez vous aussi de partager une petite part de ce pouvoir dont vous êtes si friand et que vous jalousez tant, celui qui vous rend si puissants et incontrôlables et qui vous permet de censurer a volonté qui vous voulez, d’exclure, et cela sans rendre compte à personne (n'est ce pas Mr Sénéchal !).

Ce pouvoir qui vous permet de vous sentir supérieur, qui vous donne le droit pensez vous, de ne pas écrire en langage simple et clair, lisible par tout le monde, sauf si vous n’écrivez que pour vous et entre vous, car dans ce cas... Pourquoi citer Loïc Blondiaux, Yves Sintomer ou David Van Reybrouck que personne a part vous n'a lu, mais qui vous permet de "faire savant" ? c'est sans aucun intérêt !

Pour me faire une idée sur le TAS, je n'ai lu personne, j'ai juste eu besoin d'en entendre parler quelques minutes pour comprendre l’intérêt que cela représente pour la démocratie et me faire une idée de ce que cela pourrais donner (voir ci-dessous ce que je pense)

En bref, ce texte me fait penser a des gens qui protègent leur futur d'élus a vie et dont le TAS vient remettre en question le plan de carrière...! Car le referendum révocatoire ou celui d'initiative populaire, ne sont que des outils pour vous permettre de garder le pouvoir a vie si vous vous "tenez à carreau" mais ne permettent a aucun moment a d'autres de pouvoir aussi y participer. Quant au referendum, il est quasi mort né.

Vous ne voyez le pouvoir d’être élu que comme un outil de vie facile et a votre solde, même si vous acceptez de devoir bosser un peu.  

La crise comme vous dites, est le résultat de l’incompétence de surdiplomés dans votre genre et au pouvoir depuis 148 ans, qui n'ont juste grenouillé, pour beaucoup, que dans le simple but d'une vie facile. L'Assemblée Nationale actuelle est la seule responsable de cette crise, l’incompétence crasse et la lâcheté des élus sont les seules causes de cette crise. Avec des élus "qui en ont", il y a longtemps que le mot "crise" serait réservé à la goutte....

PENDANT CE TEMPS, PENDANT QUE VOUS GLANDEZ A PRESERVER VOS STATUTS DE PRIVILEGIES, NOUS ON BOSSE POUR DE VRAI ET RESULTAT, ON SE FAIT BRAQUER PAR LES MALFRAS QUE VOUS COUVEZ DANS VOTRE SEIN DE PETITS ÉLUS ? OU FUTURS ÉLUS, QUI ÉCRIVENT LEUR REJET DE LA DEMOCRATIE DANS UN DES PIRES JOURNAUX ACTUEL. Je vous souhaite de bien fricoter avec Édouard de Rothschild et Bruno Ledoux qui, bien sur, ne peuvent QUE vous ouvrir leurs pages tellement le TAS les mettrait en périls eux aussi.

Finalement, qui s'assemble se ressemble est un adage qui se vérifie encore dans ce cas !

Vous êtes contre le TAS sans en débattre et imposez arbitrairement cette idée de refus. Dans le même sens que vous, je dis que je suis TOTALEMENT contre la parité hommes/Femmes.

Que des hommes, point barre. Pourquoi ?

A ce que je sache, le débat sur la parité n'est pas là pour améliorer la démocratie,

il n'est pas là non plus pour transformer les deux chambres en lupanars,

alors pourquoi ce débat et cette évolution ? (pour ne pas dire révolution)

Pas là non plus pour faire évoluer la démocratie, puisqu'il y a de plus en plus de femmes aux commandes et que la démocratie se casse la gueule de plus en plus ?

Je ne crois pas non plus que ce soit elles les seules responsables du gachi actuel. Alors quoi ?

Si il y a de plus en plus de femmes aux manettes du pouvoir, c'est simplement que les femmes de mentalité oligarque veulent le pouvoir elles aussi et se battent contre leurs mecs pour leur piquer des places. Rien d'autres !

Je suis affirmatif et je le prouve.

Nous n'avons rien a attendre de positif venant d'elles car elles sont des "mecs bis" au point de vue de la pensée.

Plus de femmes ouvrières dans les élus ? Non

Plus de femmes salariées ? Non

Plus de mères au foyer de conditions modeste ? Non Plus, 

de femmes qui se battent dans des associations ou qui ont étés tabassées par leur mec(s) ? Non                                                                             La parité avec les femmes n'a apporté au pouvoir que des membres de l'oligarchie, femmes qui étaient déjà dans ou proches d es sphères du pouvoir,

mais aucune femme modeste ou du peuple, pas d’ouvrières, pas de salariées.

Peu de Marie-Georges, et quand je vois les conneries qu'elle dit a propos de Mr pape, comme dit si bien Jean-Luc, avec MAM cela fait déjà une belle brochette.

Bon venons en à votre texte commun. (moi je suis seul)

Comme c'est dans Libération que vous écrivez messieurs dames, je vous fais ma réponse dans le style (NDLC) que seuls les lecteurs assidus  de "Libé" peuvent connaitre.....

Une assemblée tirée au sort

http://www.liberation.fr/politiques/2014/11/13/une-assemblee-tiree-au-sort_1142113

Pierre CRÉTOIS philosophe, Jean-Numa DUCANGE historien, Mathilde LARRÈRE historienne, Stéphanie ROZA philosophe et  ClémentSÉNÉCHAL sociologue

13 Novembre 2014

TRIBUNE

L'idée du tirage au sort des constituants fait son chemin mais elle n'est pas une solution pour renouveler notre démocratie.              (Bien sur que non, l'idée du TAS est juste une façon de lutter contre l'oligarchie qui garde jalousement le pouvoir. Depuis les lepen jusqu'au plus profond du PG en passant par les pseudos centristes et toute la clique oligarchique de tous bords qui détient le pouvoir depuis 50 ans et dont certain membre se le repassent depuis plusieurs générations sans que personne n'y voit rien a redire.. Si vous pensiez qu'on était assez naïf pour croire que le TAS réglerait tous les problèmes de démocratisation de la société, alors j'ai le plus grand doute sur les philosophes, les sociologues et les historiens !)

Au milieu des efforts intellectuels nombreux fournis pour renouveler notre démocratie moribonde (ah ! j'ai dû rater l'épisode des efforts... Lesquels ?), l’idée du Tirage au sort (TAS) fait son chemin. (J’espère bien !) Dans le champ universitaire, autour de Loïc Blondiaux ou Yves Sintomer par exemple, dans les librairies, avec l’essai à succès de David Van Reybrouck, Contre les élections (Babel, 2014), ou sur la toile, à travers les vidéos virales d’Étienne Chouard et les interventions intempestives de ses affidés notamment par des blogs ou des forums de discussion. Ce mouvement, qui progressait à bas bruits (comme la démocratie au PG ?), a été relancé à la faveur du débat récemment ouvert pour une Sixième République et pour une Assemblée constituante : faut-il tirer les constituants au sort ? (Faux : E.Chouard en parle depuis longtemps, bien avant le PG) Le TAS sera-t-il le prochain principe d’attribution des charges publiques, législatives notamment, dans la perspective d’un nouveau régime ?

(Je pense que le TAS a une toute autre fonction que d'attribuer les charges publiques et notamment législatives, mais celle de surveiller de prés les détenteurs des dites charges par le biais d'une assemblée citoyenne surveillant de prés tout ce petit monde maffieux et magouilleur que sont une grande partie des élus et/ou des prétendants, mais aussi d'avoir le dernier mot sur toutes leurs propositions de lois et des règles sociales : Par exemple, une assemblée tirée au sort pourrait très bien remplacer la bizarrerie sénatoriale et son budget faramineux pourrait parfaitement pourvoir aux besoins d'une assemblée TAS, probablement moins gourmande que les parasites qui hantent actuellement le palais du Luxembourg ! Son rôle pourrait être de superviser le travail de l'Assemblée Nationale élue. L'assemblée TAS aurait le dernier mot sur toutes les décisions et l'adoption des lois votées après avoir vérifié que le travail des députés et du législateur était bien dans l’intérêt de tous et pas dans l’intérêt de l'oligarchie comme c'est le cas actuellement des deux assemblées qui ne fonctionnent plus que contre le peuple ! Il pourrait aussi être de surveiller l’honnêteté des élus et de les révoquer, après enquête de police, au moindre faux pas, tout comme le reste des citoyens qui doivent des comptes à la justice. L'actualité nous montre chaque jour que si l'on est un « puissant » et de plus, élu, la justice n’existe pas. L'actualité nous montre que le fait d’être mis au ban en gardant l'argent volé, planqué ou détourné est quand même plus facile a vivre que de travailler honnêtement au smic ! En gros, il vaut mieux être Cahuzac qu'employé(e) d'une boulangerie ou chez un paysan, etc. J'ai lu de brillants intellectuels qui étaient trés clairs et j'ai d'autres livres qui pourrissent au grenier car incompréhensibles sans dictionnaire, et c'est d'un chiant....)

Si le TAS offre la perspective alléchante d’en finir avec les «politiciens professionnels», bien trop souvent méprisants envers leurs électeurs et serviles envers les grands de ce monde,(Ah là, je dois avouer que nous avons un point d'accord, mais qu'on y met peut etre pas les mêmes noms) il ne résiste cependant pas à l’analyse républicaine et relève d’une vision naïve, voire dangereuse, du politique (je pense que c'est les anti-TAS, dont le but est d'ecarter le peuple de la prise de decision democratique qui sont dangereux). Elle est naïve, parce que, sans aller jusqu’aux analyses marxienne ou gramscienne de l’idéologie dominante et de l’hégémonie culturelle –par laquelle la classe dominante, tant qu’elle existe, influence spontanément et en profondeur toute conscience individuelle qui n’est pas munie d’un solide antidote théorique par laquelle la classe dominante, tant qu’elle existe, influence spontanément et en profondeur toute conscience individuelle qui n’est pas munie d’un solide antidote théorique (Je ne sais pas qui a pondu cette imbécillité, mais c'est d'un parfait dédain pour les autres. Je dirais que j'ai hâte de rencontrer cette personne qui prends les autres pour des cons ! Si j'ai bien compris, les brillants intellectuels de gauche (comme vous) ont donc un "solide antidote théorique". Je comprends qu'en allant pleurer à Libé pour être publié, il faut qu'il soit sacrément solide et pas que théorique votre antidote....) – d’innombrables expériences de psychologie sociale suffisent à battre en brèche l’idée selon laquelle la lumière de la raison et de l’intérêt général jaillit de toute discussion collective menée à l’abri des «partis» ou des «lobbys». (Je ne pense pas que 1789 se sois fondé sur des expériences psychologiques, la Tunisie non plus) Comment, en effet, se protéger sérieusement, en tant qu’individu, de l’influence de ceux qui contrôlent les grands médias, (tu parle pour toi là j’espère ? car moi j'y arrive très bien !) du pouvoir de ceux qui détiennent les capitaux, de l’inertie de l’administration technocratique et surtout de la terreur politiquement incapacitante de la «crise» économique ? (Quelle crise ? Belle formule pour éviter d'en regarder les causes. On parle d'économie quand tu veux mon gars !) Comment imaginer que le poids de toutes les idées reçues que ces pouvoirs imposent, cesse subitement de peser sur des députés par le seul fait qu’ils seraient tirés au sort ? (et donc sur ceux qui ont écrit ce texte ? ou ils se sentent supérieurs et protégés des influences ?) Comme vous refusez de parler du TAS, vous ne saurez jamais ce qu'on (que j') en pense. Vous pensez détenir la bonne formule sans en discuter avec personne et en rejetant toute forme de débat. Belle mentalité ! Et en prime vous pensez que les députés élus sont, eux, a l'abri des influences. C'est de la bêtise ou de la malhonnêteté ?) 

La seule force capable de faire contrepoids aux préjugés et aux intérêts de classe demeure, n’en déplaise à l’individualisme théorique des pro-TAS (t'inverserais pas un peu les roles là ? les tenants du TAS seraient des individualistes ? tiens donc ! et les anti-TAS des missionnaires de la démocratie...je doute terriblement là tu vois !), la force collective – des partis ou associations – condensée dans un même mouvement pour le pouvoir et la présentation d’un programme clair. Bien entendu, la forme partidiaire – et l’engagement militant avec elle – souffre aujourd’hui de discrédit : le parti idéal n’existe pas, il reste toujours à en améliorer l’organisation interne pour éviter les travers existants (faire marcher les militants au pas et exclure (exterminer ?) les récalcitrants, ceux qui prônent la liberté, les droits à tous et le TAS ?) et les catastrophes du passé (venues toutes d'élus qui ont disjonctés uner fois au pouvoir. Tu devrais revoir "Le dictateur"): mais qu’il faille encore en forger (heil) la (contre) culture commune ne le rend pas moins indispensable.

(Quelle envolée lyrique...dommage que ce ne soit que du baratin de petit intello qui prépare sa carrière d'élu pantouflard et qui a très peur qu'une assemblée populaire viennent le remettre à sa place et au boulot ! Mon idée de l'élu est tout autre et de ce que donnerait le TAS aussi. Un seul mandat dans sa vie et seulement dans une élection, pas de cumul du tout. Un seul élu par famille, pas d'élu qui se suivent entre générations et "ad vitam aeternam". Au moins une législature entre deux élus d'une même famille.)

En outre, l’élection des représentants par le vote populaire (populaire, on vois là le mot qui dérange, "populace", tu devrais dire "populace". Pourquoi ne pas dire populiste aussi, c'est tellement à la mode chez les "en vue"), en soumettant au choix du grand nombre le concours de projets de société différents, demeure la façon la plus démocratique de trancher des arbitrages qui, dans une société capitaliste, opposent des intérêts différents voire contradictoires. En démocratie, la conflictualité s’épuise et se régénère dans les discours et les mobilisations qui animent l’espace public. (encore une fois, c'est une pure vue de l’esprit, et difficile de faire plus utopique et avec un résultat totalement incertain. Ce point de vue est la meilleure solution pour rester dans le travers de la société inégalitaire. Un bon paquet de fric, les "machines a décerveler" à la botte, et c'est résultat assuré pour les mille prochaines années !)

Bien sûr, il serait souhaitable que l’assemblée soit plus «représentative» (Je dois dire merci là ? Tu peux enlever le "plus" car elle ne l'est pas du tout representative ! pour ta gouverne, je n'ai pas l'intention de demander, j'irai prendre, et peu importe le moyen, mefie toi, le moment arrive, les temps changent ! C'est : Assemblée totalement paritaires ou tu aura la guerre mon amis), au sens sociologique du terme qu’elle ne l’est. Mais ce n’est pas cela qui cause le déficit démocratique de nos institutions : ( Si ! justement c'est cela le problème. posez-vous la question du pourquoi les ouvriers ne votent plus et en tout cas pas pour vous !) si l’on ne croit plus dans la politique aujourd’hui, c’est d’abord parce que le système représentatif a concentré tout le pouvoir de décision au sein des seuls représentants. (NON ! c'est parce qu'il est concentré au sein d'une oligarchie figée qui a mis à sa botte les médias complétement mités et en qui on a plus confiance DU TOUT !) Il a réduit les citoyens à ne jouer qu’un rôle d’électeur (Faux ! ils ont été manipulés par le biais de la machine a décerveler que sont les médias et inconsciemment, ou consciemment, ils s'en rendent compte et ne votent plus parce que c'est toujours les mêmes qui se présentent et donc qui sortent, quoi qu'on fasse et tous les partis confondus, y compris le PG.

La solution, nos ancêtres nous l'ont montrée, c'est de leur couper la tête ou de les envoyer dans un camp sur le reste du pôle nord en priant pour que le réchauffement climatique s’accélère ! et je ne rigole pas !). Sitôt que ses représentants sont élus, le peuple est esclave, il n’est rien. (il n'est rien avant, il est un peu pendant la campagne, pour la lèche, il redevient rien après, comme au PG quand on voudrait parler du TAS, pas pour l'imposer, POUR EN PARLER ! Mr Sénéchal ! C'est d'ailleurs aussi vrai pour d'autre sujets. A part se calquer sur votre vue de la politique et de la démocratie, on a pas droit au chapitre.Pourtant le peuple est TOUT, sans lui vous n'etes rien !)

Une assemblée tirée au sort ? La belle affaire si rien n’est fait pour contrebalancer et contrôler le pouvoir absolu de ses représentants. ( Là tu fais l'idiot, tu me déçois fortement, quand on vois le résultat de 168 ans d'élections, ce que tu dis est a mourir de rire, quel humour !) Quant à la remise en cause insidieuse du droit de vote (n'importe quoi, et quand bien même...! quand on en vois le résultat...), elle ne peut mener qu’à une passivité politique redoublée du corps social (Pourquoi donc mes petits oligarques ? vous pensez être les seules a donner du mouvement à la vie politique ? je pense plutôt qu'au PG vous la bloquez dans votre médiocre intérêt...!) . Pour accroître la circulation du pouvoir, le contrôle entre les institutions et la société civile, on peut recourir au référendum révocatoire, au référendum d’initiative populaire, au droit de pétition (assorti d’un devoir de les traiter par les pouvoirs), à des assemblées locales dotées d’une portion de pouvoir législatif, à l’interdiction du cumul des mandats, à une définition plus stricte de la nature du mandat…. Autant de solutions possibles pour revaloriser le seul souverain qui soit : le peuple. (Chiche !)

( C'est a dire réduire "la populace" (je vous fais parler, là!) à un sous pouvoir accessoire, que vous pourriez manipuler a votre guise et dans votre seul intérêt !) Désolé mes chers amis, mais si vous continuez comme cela, vous allez subir les pires moments de la révolution si vous arrivez un jour au pouvoir. Je suis ouvrier, j'ai travaillé pour vous payer vos études, on m'a tout refusé et maintenant les membres du PG, parti que j'ai reconnu aux discours de JLM comme étant le parti que j'attendais depuis plus de trente ans, vous me (nous) traitez comme une merde a votre disposition ? NON, là je ne marche pas !

Si le PG refuse de parler du TAS, alors je serai l'ennemi du PG, un ennemi féroce Le PG doit mettre en place un système garantissant une parité totale et quasi parfaite, homme/femme et classes sociales.              

Sinon moi, Jean-Marie GRANDJEAN, membre du PG , je serai un résistant, un ennemi sans concession et je n'ai pas peur de vous.

Dites-vous bien que je suis loin d'être seul, et ne traitez pas cette réponse comme négligeable, beaucoup de gens pensent comme moi !            et, surtout, si vous ne tenez pas compte de nous, vous risquez fort de ne jamais arriver au pouvoir ou si vous y arrivez de ne pas y rester bien longtemps ! 

Messieurs Dames, Je ne vous salue pas, il m’apparaît évident que nous ne sommes pas du même bord politique !

Vu votre mentalité, je risque fort de voir votre tête tomber dans le panier du compostage de l'histoire...!

Jean-Marie GRANDJEAN, membre du PG

Qui ne votera plus jamais, ni PG ni autre si rien ne change !                   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.