Première AG citoyenne sur Médiapart: jouer des deux partitions est nécessaire

Ô pirate, sème tes graines révolutionnaires sur ton fier navire pour le faire triompher mais tiens à l'oeil le bateau de l'amiral du roi pour y placer un capitaine de ton camp.

Jouer l'abstention sur un vote qui détermine l'avenir de la nation n'est sans doute pas le meilleur choix possible. Une Le Pen présidente = un Filoche président s'engageant par des mots vrais et vérifiés (par exemple cette fameuse assemblée constituante désirée des révolutionnaires) auprès des citoyens et citoyennes en dissidence, par exemple? Filoche, est-il carnivore ou végétarien?... Il faudrait lui poser la question pour savoir s'il écouterait cette exigence...

Et accepter le même fonctionnement présidentiel sans ne rien faire de révolutionnaire au niveau citoyen n'est plus envisageable dans le contexte actuel.

Jouer le vote blanc ou l'abstention sera-il suffisamment important pour ridiculiser et contester la légitimité du nouvel ou nouvelle élu(e) 2017 devant le peuple français? Ou sera-t-il le suicide et le tombeau funeste des révolutionnaires qui devront faire face à un pouvoir fasciste avec tous les pouvoirs militaires et policiers en face d'eux? Je suis 100% d'accord avec un vote blanc en cas d'un second tour Sarkozy/Le Pen ou Hollande et des deux autres cités. Mais pas si un candidat de gauche qui représente au mieux le peuple sort de la nasse et réussi à passer, par miracle citoyen, au second tour.

Donc pirater et mettre une pression maximum sur les politiques officielles des partis, oui, absolument. Mais s'abstenir complètement, sortir complètement de la dynamique présidentielle telle qu'elle est prévue, se résigner à ne pas chercher un ou une candidat(e) valable à la présidentielle qui est légitimé(e) par les révolutionnaires est pour moi d'un très grand danger pour le mouvement révolutionnaire non-violent. Car en cas d'échec, le risque immense serait que le nihilisme suicidaire, l'auto-suicide par des actions directes violentes, succède à la révolution citoyenne non-violente. Et dans ce cas, Sarkozy, Le Pen, ou même Hollande auront beau jeu de dire que nous sommes de dangereux terroristes sans aucune légitimité...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.