CHARLIE HEBDO: UN AN APRÈS ILS INVITENT DIEU À LEUR SAUTERIE

Pas facile de reparler de ce funeste 7 janvier 2015 sans soulever la polémique. Les fous de Dieu ont voulu faire taire la liberté d'expression, interdire l'amour libre, imposer à la France et à l'Occident des modes de vie qui ne nous correspondent plus depuis longtemps.

Pas facile de reparler de ce funeste 7 janvier 2015 sans soulever la polémique. Les fous de Dieu ont voulu faire taire la liberté d'expression, interdire l'amour libre, imposer à la France et à l'Occident des modes de vie qui ne nous correspondent plus depuis longtemps.

Un an après le terrible attentat, les joyeux drilles tentent de garder le sourire malgré la douleur et la perte immense de potes, de copains de déroute, de ce libertinage par le texte et par les actes qui ne convient pas à tout le monde. Loin s'en faut.

Leur "Une" de mercredi est controversée et attaquée par les religieux et même par certains politiciens et politiciennes. Perso, à leur image d'un dieu avec sa kalach sur le dos qui vient supprimer le reste de l'équipe (parce qu'en arrière fond de cette affiche, c'est bien l'idée de la menace du retour de Dieu qui viendrait finir son travail pour cause de récidive des joyeux drilles) j'aurai vu un rédacteur ou une rédactrice dire à Dieu avant qu'il n'exécute sa menace: "Heuuuu, Dieu. t'a inventé le sexe pourquoi? T'as rien de mieux dans le pantalon que ta kalachnikov?" avec cette inscription de fête de janvier entourée de bouteille de champagnes: "Dieu, baise-nous!" Histoire de rappeler aux religions de toute obédience que Dieu est d'abord le concept de l'Amour Parfait avant d'être une vieille barbe qui dicte sa Loi avec qui mérite le paradis et qui finira en enfer.

Alors, restons ici un peu joyeux plutôt que de twitter des textos assassins. Les athées ont parfaitement le droit de ne pas croire en Dieu. Et les croyants ont le droit de ne pas croire au discours des athées. Je suis (plus que) jamais Charlie parce que ces filles et ces gars de Charlie ont du culot, du génie, qu'ils sont doués de divine sauvagerie contre les cons, les fous de Dieu, et les tyrans.

En hommage à leur travail et en leur souhaitant un avenir plein de rires carnivores, je leur offre cette fausse "Une" en mémoire de tous les décédés dans cet attentat qui ne devait jamais avoir lieu si Dieu avait soudain eu la bonne idée d'évoluer et de vivre avec notre temps.

 

 

2014-09-25 01.177.PNG

 

2014-09-25 011.PNG

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.