Tariq Ramadan, une défense caduque de l'islam rigoriste

Il est difficile de croire en Dieu, en Allah. Mais avec des gens comme ça, on y croit encore moins, voir pas du tout et la haine de Dieu est alors plus sûr que l'espoir en l'immortalité. Il faut une autre langue pour parler des dieux, une langue poétique, une langue érotique, une langue qui nous parle d'amour et pas de châtiment divin.

Les femmes qui ont dénoncé et porté plainte contre le prédicateur et conférencier de l'islam, Tariq Ramadan, ont levé le coin du voile sur l'intégrisme religieux hypocrite et mensonger des islamistes de tout obédience.

A défaut d'avoir trois, voir quatre, dénonciatrices inattaquables dans leurs versions et présentations des faits réels et ayant existé (à l'heure des fake news, on ne sait plus trop ce qui existe et est bien réel), accusations réelles gravissimes de violence physique et psychologique, voir de viols uniques ou répétés sur les personnes par un gourou religieux, nous avons au moins obtenu la preuve éclatante que l'islam rigoriste, tel que prôné par les imams réactionnaires, est impraticable et surtout très dangereux car absolument mensonger, hypocrite, et prêtant flanc aux ravages psychiques les plus divers et les plus assassins chez des personnes sous emprise qui deviennent alors confuses, ambivalentes, et sans doute déviantes, peu sûres d'elles-mêmes, et ayant  besoin sans cesse de ce rappel à la religion stricte tout en menant des vies de débauche et de vices dans le secret de leur âme et de leur corps.

Le sexe n'est ni Satan ni Dieu. Le sexe définit comme le Mal (selon les canons de la religion à l'inverse de la bonne pratique exclusive d'exercer l'activité du sexe d'après les vérités d'Allah (!) ou du dieu des chrétiens ou d'une quelconque religion inventée par l'esprit malfaisant d'un gourou de secte) est une escroquerie intellectuelle monstrueuse exercée par des gourous religieux qui font du tort au développement psychique des fidèles et à leur libido qui devrait normalement éprouver de la joie au sexe et non du dégoût ou de la culpabilité mal placée. Tariq Ramadan, avec ces manières de dire aux femmes qu'elles ne se comportent pas bien en ne portant pas le foulard et qui, dans la foulée, se défoule avec une escort girl, exerce de la violence sexuelle sur d'autres pour dire aux femmes combien elles sont faibles, méprisables prostituées et qu'elles méritent cette violence, ce châtiment, puisqu'elles ne se conforment pas à la Loi coranique, tout en se comportant lui-même comme agent fornicateur, prédateur sexuel qui part à la chasse, donc grand pécheur en fonction de sa religion stricte, Tariq Ramadan a perdu le procès devant sa propre représentation d'Allah telle que proposée par les rigoristes. 

Si la justice terrestre accordera peut-être un blanchissage à l'accusé Ramadan faute de victimes blanches comme des colombes, la juste pratique sexuelle d'Allah telle que présentée par les frères musulmans est caduque parce qu'impraticable dans la réalité de nos vies. La spiritualité évolue, la liberté individuelle de chaque être devient la norme et aucune religion n'a le droit de dicter le comportement sexuel des femmes et des hommes. A chacun, à chacune, sa responsabilité devant l'acte d'amour. Il faut en finir avec ces versets sataniques qui sèment le trouble et font plus de mal que de bien aux individus qui sont happés par un islam rigoriste et rétrograde et tentés, dans le même temps, par toutes sortes de débauche et de pratiques libertines.

La femme est libre. L'homme est libre. Qu'on se le dise entre nous et que chacun, chacune, assume sa libido aussi scandaleuse qu'elle puisse peut-être paraître aux yeux des autres. Cela n'empêchera ni le romantisme ni le grand amour d'éclore dans le coeur des femmes et des homme au contraire des mariages contraints et forcés, de femmes mariées devenant bien trop souvent esclaves sexuels de maris prêchant la Loi à leur épouse mais forniquant selon leur bon vouloir avec des pratiques de drague fort contestables et déplorables, voir pire. Voir Monsieur Tariq Ramadan...

  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.