Fat Man contre Little Boy, le choc atomique promis

Le monde est stone...

Ils ne s'arrêteront jamais. Ils feront pire que tous les Stephen Paddock du monde réunis pour le pire. Ils n'ont pas la moindre étincelle d'intelligence et de lumière si ce n'est celle de provoquer la plus grande catastrophe que l'Humanité puisse produire: soit un génocide à l'échelle planétaire et une très probable disparition de notre espèce et de milliers d'autres. 

"Ils" se sont les dinosaures humains de notre temps. Regardez le visage de Donald Trump de profil et vous pouvez sans difficulté lui associer un corps de tyranosaure. Fat Man a beau tirer des tweets sur Rocket Man, ou Little Boy, c'est à votre choix, il ne veut pas entendre raison et il va également dénoncer l'accord avec l'Iran obtenu à Lausanne entre l'administration Obama et celle d'Iran.

Tous aux abris! Stephen Paddock n'avait que de la mitraille pour assassiner de pauvres femmes et de pauvres hommes qui faisaient la fête. Les deux autres, qui nous préparent un gigantesque feu d'artifices à l'échelle planétaire, sont dans une montée de la paranoïa et se croient identiquement et vraiment plus fort que l'autre.

En Corée du Nord, personne ne peut arrêter Little Boy dans ses projets funestes si ce n'est une négociation qui ne viendra sans doute jamais faute à une Amérique allume-feu qui va se lancer dans une aventure de folie en provocant non pas une tempête comme nous les avons connu en Irak ou en Libye mais bien une tempête atomique dont le monde va rester stupéfait et pétrifier d'horreur.

Peut-on arrêter Donald Trump dans une Amérique "démocratique" avant qu'il ne commette l'irréparable défaite de l'Humanité? C'est une question de vie et de mort de notre espèce. Ce n'est pas à négliger dans l'ordre des priorités actuelles.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.