Sponsoriser la culture plutôt que la religion

Les agressions sexuelles de Saint-Sylvestre sur des centaines de femmes en Allemagne et même en Suisse à Zürich par des groupes d'hommes organisés en bande ont des racines sociales et religieuses.

Les agressions sexuelles de Saint-Sylvestre sur des centaines de femmes en Allemagne et même en Suisse à Zürich par des groupes d'hommes organisés en bande ont des racines sociales et religieuses.

 

La provenance étrangère de ces individus qui ont bouleversé d'émotion des femmes libres voulant juste fêter comme bon leur semble la nouvelle année ne doit pas occulter le fait que ces agressions sont des agressions machistes exécutées par des hommes frustrés par leur condition d'existence. Ces individus sont donc les proies idéales pour toutes les tentatives de récupération des milieux religieux islamistes les plus sectaires. En Allemagne, les salafistes diffusent leur propagande parmi ces hommes déstabilisés, déracinés, et pourtant encore très jeunes et vivant mal leur condition d'hommes précarisé par leur migration, encore sans travail, sans revenu, donc sans accès aussi à la séduction pratiquée de manière civilisée et surtout consentante et non pas contrainte ni forcée.

 

Certains responsables allemands tiennent des discours irresponsables en mettant pratiquement en cause l'attitude des femmes dans ces attaques perpétrées par cette jeunesse en mal de repères et de relation sentimentale. Les femmes n'ont pas à suivre les conseils infantiles de ces maires et autres politiciens paternalistes qui prennent le sexe féminin pour origine de tous les péchés et agressions du monde. Dire aux femmes de s'habiller décemment, de se tenir à la distance d'un bras des hommes, c'est déjà commencer à obtempérer aux ordres des islamistes les plus obtus et faire tomber la burqa sur les corps dénudés des jeunes femmes. C'est donc immensément scandaleux et inacceptable de la part de personnes ayant charge d'Etat. La faute est sur les agresseurs, pas sur les victimes qui n'ont jamais tenté de rentrer en contact direct avec ces personnes et encore moins tenté d'allumer les feux d'espoir de leur libido... Si la tenue vestimentaire des femmes doit être maintenant considérée comme responsable des attaques machistes et religieuses alors notre société occidentale libérale est foutue, définitivement foutue et Mai 68 peut à tout jamais se coucher sous une pierre tombale avec les fleurs enfermées sous la terre...

 

Que va dire et faire Angela Merkel face à ces agressions intolérables? C'est là une question de la plus haute importance pour l'avenir de nos sociétés occidentales multiculturelles. Une chose est sûre. Premièrement, il est temps de contrôler et stopper les flux d'argent illicites en provenance des pays du Golfe qui servent à financer les djihadistes chez nous ainsi qu'à attirer dans leurs filets des jeunes hommes démunis qui sautent sur le premier argent venu et se rappellent à leurs origines religieuses. Deuxièmement, il est plus que jamais indispensable de promouvoir la culture, les artistes, les auteurs de modernité visionnaires et sans tabou. Les religions sont en train de vouloir tuer notre monde moderne pour reformer leur chape de plomb. Nous ne pouvons pas laisser faire ça. Si j'ose l'écrire, Dieu lui-même ne veut pas ça. Après tout, en démocratie Dieu n'a pas le monopole des religions révélées.

 

Il va sans dire que l'artiste qui travaille sans revenu obtenu de sa créativité, frustré par sa marginalisation sociale, seul au monde, ne va pas s'attaquer aux jeunes femmes dénudées, les agresser sexuellement, et trouver toutes sortes d'excuses aux abominations commises sur des femmes libres par des hommes sans revenu, sans travail, frustré par leur marginalisation sociales, et seuls au monde. Il va sans dire que cet artiste-là va créer quelques révolutions sentimentales, secouer les consciences, et chercher à dire à ces agresseurs de femmes qu'ils sont dans l'erreur, l'égarement, l'éloignement d'Allah et de leur propre humanité. L'absence d'amour tue en tous les cas.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.