Explication sexuée de la dictature et de la démocratie

La dictature est un homme donc Dieu dicte ses lois à l'Homme; la démocratie est une femme donc dieu est libre d'évoluer, de négocier la loi, de changer de gouvernement donc d'amour, de devenir une pleine conscience libérée de ses propres chaînes en lieu et place d'être une force brutale et dominatrice pour l'éternité qui soumet à son bon plaisir.

La dictature est un homme donc Dieu dicte ses lois à l'Homme; la démocratie est une femme donc dieu est libre d'évoluer, de négocier la loi, de changer de gouvernement donc d'amour, de devenir une pleine conscience libérée de ses propres chaînes en lieu et place d'être une force brutale et dominatrice pour l'éternité qui soumet à son bon plaisir.

 

La dictature a pour origine l'homme et la démocratie a pour origine la femme. L'homme, par sa puissance physique, a dominé et a fait craindre par la force au cas ou la femme ne voulait pas se soumettre à lui. Donc la femme a du trouver de la subtilité, de l'intelligence, de la clairvoyance pour imposer le débat, partager le pouvoir, protéger ses enfants de la violence masculine et passer de la domination-soumission à l'égalité entre les sexes, et, par conséquent, entre les êtres humains.

 

Mais on parle ici de femmes libérées qui n'ont plus peur de la domination masculine, donc de ce Dieu Tout-Puissant qui a asservi le monde. On parle ici de femmes qui ont décidé de se servir de leur propre intelligence pour se libérer de la contrainte, de la violence, de l'abus de pouvoir masculin et non pas seulement se servir stupidement de leurs seules arguments physiques de séduction féminine pour plaire à l'homme et servir ainsi sa puissance dominatrice puisque soumises et contraintes à lui.

 

La féminité est donc bien la première représentante de la démocratie toujours fragile, toujours en danger, toujours risquant le retour de bâton de la dictature de l'Homme et de Dieu. C'est pourquoi, entre autres, les révolutions de jasmin du printemps arabe ont avorté dans un premier temps, une fausse-couche dont il faudra faire son deuil puis enfanter d'une autre révolution d'où naîtra enfin cet enfant révolutionnaire et la prise du pouvoir par la démocratie arabe qui est soluble dans le monde musulman au contraire de ce que beaucoup affirment en ces temps si difficiles pour l'Humanité.

 

Pour créer les conditions de démocratie sur la planète Terre, il ne faut donc pas des candidats présidentiels qui reproduisent un puissant machisme tel des néo-rois modernistes mais des candidats qui assument leur part de féminité, prêts à négocier, prêt à donner sa chance à la fragilité et non pas accorder sa confiance aveugle à la force brute de l'Homme toujours potentielle de violences et de viols, de guerres militaires et d'abus de pouvoir. Ces caractéristiques qui se retrouvent d'ailleurs chez des femmes qui ont imité l'homme plutôt que de vouloir défendre leur propre féminité tout en incluant leur part de masculinité.

 

Pour cela, il faut aussi des femmes qui préfèrent la compagnie d'hommes qui assument autant leur masculinité que leur sensibilité féminine au lieu de traiter ces êtres masculins bourrés de créativité d'hommes faibles qui refusent de se battre sur les terrains militaires.

 

Ainsi nous pourrons sortir du temps des guerres entre peuples et nations et opter pour une pleine solidarité et fraternité entre nous tous, peuples de la Terre.

 

C'est pourquoi est venu le temps de donner une chance à une femme compétente qui connaît les arcanes du pouvoir et du système dans le pays de la première et plus puissante démocratie du monde pour faire évoluer cette démocratie vers la liberté pour tous plutôt qu'une régression violente et tragique vers un tyrannie des Hommes sur le monde entier aboutissant à une apocalypse définitive pour notre Civilisation.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.