Six heures pour nos libertés

Quel est le chemin restant à parcourir pour un TGV qui fonce dans le mur?

Quel est le chemin

 

restant à parcourir

 

pour un TGV qui fonce dans le mur?

 

 

 

Quelles sont tes armes,

 

ton pouvoir, ta connaissance,

 

pour te confronter à cet état d'urgence?

 

 

 

Quelle est cette fuite en avant

 

de nos gouvernements

 

nourrissant la Bête nazifiante

 

donnant tout le pouvoir aux armements?

 

 

 

Qu'attend-tu de toi?

 

Qu'attends-tu des autres?

 

Qu'attends-tu de moi?

 

 

 

"Je" n'est pas négociable

 

ni corruptible ni prisonnier.

 

"Je" reste libre et regarde,

 

puis agit, puis t'interpelle,

 

puis participe, puis anticipe,

 

puis...

 

 

 

Collapse

 

 

 

Effondrement du système

 

et création d'un autre théorème.

 

Échelle des valeurs essentielles

 

revues à la hausse.

 

Echelles des valeurs matérielles

 

revues à la baisse.

 

 

 

Quel est le prix de ton idéal?

 

Quelle est ta valeur essentielle

 

pour laquelle tu ne transigeras pas?

 

 

 

Pour moi,

 

c'est l'amour.

 

 

 

Impossible de me faire

 

changer d'avis,

 

de me compromettre

 

avec les faiseurs de haine,

 

de leur accorder du crédit,

 

de participer avec eux à cette guerre

 

qui veut que peu ont tout

 

et d'autres n'auront jamais rien

 

et qu'ils se servent des divisions,

 

de la haine communautaire,

 

de tous les artifices médiatiques.

 

pour créer l'état de violence.

 

 

 

Alors à toi de choisir ton monde,

 

ton idéal de vie et de coeur.

 

A toi de venir participer

 

le 7 février 2016

 

à notre état d'urgence.

 

 

 

Six heures pour nos libertés.

 

Grenoble, 7 février 2016.

 

C'est vital!

 

Dimanche 7 février, Palais des Sports Pierre Mendès France,14, boulevard Clemenceau, Grenoble, 16h-22h. Venez nombreux ! 

 

https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/220116/six-heures-pour-nos-libertes-rendez-vous-grenoble-dimanche-7-fevrier

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.