Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2018

Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

Les gilets jaunes, le Président, le Parlement et la Bombe

Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils s’insurgent contre les taxes et les impôts injustes qui ne servent pas le bien public ni l’intérêt général. Ils ont raison. Ils demandent au gouvernement d’aller chercher l’argent ailleurs que dans la poche de ceux qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois. Ils ont raison. Ils protestent contre l’énorme déficit de démocratie qui concentre le pouvoir et l’argent dans les mains d’une infime élite, autoproclamée et arrogante. Ils ont raison. Ils dénoncent les discours mensongers, les promesses sans lendemain, la mauvaise foi et le double langage. Ils ont raison. Ils réclament une démocratie directe, ils vouent aux gémonies le Jupiter de l’Elysée. Ils ont raison.

Oui, mais ils oublient de nommer l’essentiel. Ce qui fait que le locataire de l’Elysée, l’actuel comme tous les précédents, se prend pour Jupiter : la Bombe. 

Quand on a le pouvoir d’écraser d’un seul coup des millions de cloportes, c’est bien normal qu’on se prenne pour un dieu. Quand on décide seul du sort des corps à l’autre bout du monde, pourquoi s’embarrasser de corps intermédiaires ? Quand on prône la paix en fourbissant les armes du massacre, quand on augmente de 50 % en cinq ans le budget que la Nation consacre à les fourbir, quand on proclame la paix et la fraternité tout en vendant pour sept milliards de Rafale et autres atrocités à des pays en guerre, comment croirait-on un instant aux balivernes qu’on raconte ? Liberté, Egalité, Fraternité –carabistouilles !

Jupiter, sa Bombe fait de lui un criminel de guerre, un meurtrier en masse, un assassin cravate-noire-et-gants-blancs, un hyper terroriste. Un fossoyeur du genre humain.

En face de Jupiter, les gilets jaunes. Ils sont le peuple. Ils l’expriment. 84 % de Français, derniers de cordée, bas de gamme, inférieurs ou moyens moins et moyens plus, voire intellos, se reconnaissent dans le mouvement des gilets jaunes et le soutiennent. Malgré les bavures, les provocs, la casse, les blessés, et même, hélas, les morts.

Les gilets jaunes oublient de nommer l’essentiel, et pourtant, instinctivement, silencieusement, ils l’ont identifié : c’est la devise républicaine piétinée par le détenteur du bouton atomique.

En face de Jupiter, donc, le Peuple. 85 % des Français - même proportion ! - qui disent NON à sa Bombe. Qui veulent un référendum pour le dire : « la France doit participer à l’abolition des armes nucléaires et radioactives, elle doit engager avec l’ensemble des Etats concernés des négociations visant à établir, ratifier et appliquer un traité d’interdiction et d’élimination complète des armes nucléaires et radioactives, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ». (Sondage IFOP, mai 2018)

85 % des Français, toutes tendances confondues, foi d’IFOP : 92% d’électeurs de Hamon, 89 % de  Mélenchon, 89 % de Macron (oui, voilà ce que les électeurs du Président lui disent !), 87 % d’électeurs de Fillon, 86 % de Dupont-Aignan, et 81 % des électeurs de Marine Le Pen ! Rarement notre peuple fut aussi consensuel. C'est presque la coupe du monde.

Mais peut-on  compter sur l’honorable représentant de la République Française pour entendre cette volonté populaire ? Sourd à la rumeur qui monte des peuples du monde entier, il s’obstine, il s’enferme, il s’enferre. La dissuasion nucléaire est un mantra, un tabou, une formule mystique.

Alors, peut-on compter sur le Parlement pour se montrer plus rationnel, plus sensé, plus humain, et pour imposer au locataire du PC Jupiter le référendum qui rendra la parole au peuple de Descartes ? (Encore que Descartes ne soit pas ce que l’on fait de mieux comme esprit cartésien.) Il faudrait pour cela que 20% au moins des 925 députés et sénateurs, 185 exactement, usent du droit d’initiative que la Constitution leur accorde. Depuis le 1er mai 2018, ils ont toutes et tous été invités à plusieurs reprises à signer une Proposition de Loi référendaire. Pour sauver l'honneur de l'institution, ils sont à peine vingt à l’avoir fait jusqu'à présent, quand ceux du précédent Parlement avaient été 126. C'est à désespérer.

Sauf sursaut parlementaire, il ne nous reste guère qu’un espoir : que les gilets jaunes inscrivent ce référendum en bonne place parmi leurs doléances et qu’ils l’imposent. Pour en finir avec l’odieuse tartufferie française, avec la dictature jupitérienne, et pour récupérer d’ici la fin du quinquennat près de 40 milliards d’Euros dépensés en pure perte. Ou plutôt, dépensés pour notre perte à tous, nous autres les humains ! Parlementaires compris, évidemment.                                                   

Jean-Marie Matagne

Président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN)

Docteur en philosophie

contact@acdn.net

Reproduction autorisée !

***
LE SONDAGE

***

LES DOCUMENTS DE CAMPAGNE

La Proposition de Loi Référendaire :

Le formulaire de soutien parlementaire :

***

A VOUS D’AGIR !

Rejoignez le collectif pour l’abolition des armes nucléaires et radioactives en signant l’Appel à référendum :

 Si vous êtes député(e), sénateur ou sénatrice, remplissez le formulaire de soutien à la Proposition de Loi et renvoyez-le signé à ACDN.

Merci !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP