Ventes d'armes et langue de bois : questions à Florence Parly.

18 juin 2020 : Lettre à Florence Parly, ministre des armées

Copie à :
M. le Président de la République
M. le Premier ministre
M. le Ministre des Affaires étrangères
M. le Président du Conseil constitutionnel
M. le Vice-Président du Conseil d’Etat
M. le Défenseur des droits
M. Christophe Bouillon
Mmes et MM. les Députés et Sénateurs
AFP, presse et médias

Objet : Vente d’armes françaises à des pays en guerre
Votre réponse à M. Christophe Bouillon, Député
Stratégie nucléaire de la France

Madame la Ministre,

Merci d’avoir su vous entourer d’experts aussi brillants dans l’art de la langue de bois.

M. Christophe Bouillon, député de la Seine Maritime, vous avait posé une question relative aux ventes d’armes à l’Arabie Saoudite (Question écrite N° 24666 publiée au JO le 26 novembre 2019, page 10216). Cette question argumentée, claire et précise, tenait en 1212 caractères (espaces compris). Elle attendait une réponse non moins claire et précise.

Il aura fallu à vos collaborateurs et vous-même plus de 6 mois et 4280 caractères (espaces compris) pour ne pas lui répondre et noyer le poisson (Réponse publiée au JO le 9 juin 2020, page 4028).

Evoquant la guerre au Yémen, M. Bouillon vous avait demandé "la suspension des transferts d’armes en direction des pays de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite" parce que cette coalition employait ces armes "contre les populations civiles, premières victimes du conflit engagé au Yémen, depuis 2015, et qualifié de "pire crise humanitaire du monde" par l’ONU". Il vous avait demandé également "que les moyens du contrôle du Gouvernement exercé par les parlementaires puissent se faire sur la base de rapports sur les contrats d’armement plus transparents".

"S’agissant de la guerre au Yémen", donc, vous avez réussi l’exploit de suggérer que si la France a accordé des licences d’exportation d’armes en faveur de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis, engagés dans ce conflit depuis 2015, c’était pour les aider à protéger leurs populations d’agressions qui "peuvent provenir du Yémen, ou d’ailleurs", mais dont les seuls exemples que vous citez sont des actes hostiles perpétrés contre leurs intérêts matériels par l’Iran en 2019 !

Quant au fait que l’Arabie Saoudite et ses alliés aient employé contre la population yéménite des armes françaises, vous ne le niez pas, vous n’en parlez même pas, mais vous prétendez en exonérer la France en nous assurant de sa "particulière vigilance", sa "particulière attention" envers les "risques de détournement, vers des tiers, des armes exportées, et ceux liés à l’emploi d’armements à l’encontre des populations civiles ou dans des conditions contraires au droit international humanitaire".

Et vous invoquez pour finir la "transparence" du "rapport annuel sur les exportations d’armement" censé permettre au Parlement d’effectuer un contrôle a posteriori. Mais c’était précisément ce manque de transparence que le député Bouillon reprochait au gouvernement, et ce n’est certainement pas avec une telle réponse, où pas un mot n’est dit des contrats d’armement passés avec l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, ni de l’usage que ces derniers ont fait et continuent de faire de ces armes au Yémen, que vous nous convaincrez du contraire.

Moyennant ce sinistre silence, les Emirats Arabes Unis ont été habilités à sponsoriser des "Jeux de Paix" au 2e Forum de Paris sur la Paix, le 12 novembre 2019. A ce stade, ce n’est plus de la mauvaise foi, c’est du cynisme, de la complicité de crime contre l’humanité !

Vous vous moquez du monde, Madame la ministre, tout comme lorsque vous vantez, dans un tweet du 24 mars 2020, "l’engagement" d’un "A330 Phénix" de l’Armée de l’Air pour un transport de victimes du coronavirus de l’hôpital de Mulhouse à l’hôpital de Brest, puis engagez le même avion le 31 mars suivant pour simuler dans le ciel de Bretagne une frappe nucléaire, avec d’autres avions dont l’un armé d’un missile d’une puissance de 300 Kt (20 fois Hiroshima) !

Combien de millions de morts les quelques malades transportés par l’Armée de l’Air en temps de pandémie autoriseront-ils les armées françaises à faire à l’étranger -et par rétorsion, en France- dans le "monde d’après" ? Les Français vont-ils devoir encore longtemps financer cette folie criminelle ?

Cf. "Un monde nouveau ? Poisson d’avril !"

Christophe Bouillon n’est pas le seul élu à soulever des questions. Dans une vidéo de 6 minutes que vous devriez regarder, Madame la ministre, le député Sébastien Nadot dénonce à propos des ventes d’armes de la France "un mensonge d’État". Celui-ci va de pair avec la stratégie nucléaire de la France, dont votre prédécesseur M. Paul Quilès ne cesse de dénoncer les mensonges et les mythes.

Vous êtes, Madame la ministre, un bel exemple du double langage, du double jeu, de la tartuferie et du cynisme français en matière de respect du droit international humanitaire comme en matière de désarmement, conventionnel ou nucléaire. Il n’y a pas là de quoi être fier. En tant que citoyens, nous avons honte de cette France-là.

Dans le "monde d’après" où nous entrons, Madame, le gouvernement dont vous êtes doit changer en urgence de discours et de posture, ou plutôt, d’imposture : conformer la politique de défense de la France à ses engagements, à sa Constitution, aux valeurs de la République, et simplement à la raison.

"Ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison." (Albert Camus, Combat, 8 août 1945)

Pour ACDN
Jean-Marie Matagne
Président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire

contact@acdn.net

Compléments :

Voir le contexte : Ventes d’armes et langue de bois : la tartuferie française

La solution :  Un référendum pour abolir les armes nucléaires et radioactives

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.