Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2022

Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

7 Français sur 10 veulent abolir les armes nucléaires et un référendum sur ce sujet

Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon un sondage de l’IFOP réalisé les 20 et 21 septembre 2022
Publié le 26 septembre 2022

Le regard des Français sur l’abolition des armes nucléaires a fait l’objet de trois enquêtes de l’IFOP en partenariat avec l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN), en octobre 2015, mai 2018 et septembre 2022.

***


Missiles de gauche

Les questions

A chaque fois deux questions, introduites par une explication succincte (voir le texte complet dans les Rapports de l’IFOP, ci-après), étaient posées aux sondés.

La première question était, en 2015 :

« Voulez-vous que la France négocie et ratifie avec l’ensemble des Etats concernés un traité d’interdiction et d’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ? »

En 2018 et en 2022, elle était ainsi formulée :

« Voulez-vous que la France participe à l’abolition des armes nucléaires et engage avec l’ensemble des Etats concernés des négociations visant à établir, ratifier et appliquer un traité d’interdiction et d’élimination complète des armes nucléaires et radioactives, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ? »

La seconde question était identique en 2015, 2018 et 2022 :

« Une proposition de loi organisant un référendum sur la question à laquelle vous venez de répondre est soumise aujourd’hui à l’ensemble des parlementaires.

« Si 20 % des parlementaires la signent, pensez-vous que vous apporterez votre soutien à cette proposition de loi pour que le référendum puisse avoir lieu ? »

Les réponses

A la première question :

En 2015 : OUI 74 % NON 26 %
En 2018 : OUI 85 % NON 15 %
En 2022 : OUI 71 % NON 29%

A la seconde question :

En 2015 : OUI 74 % dont OUI certainement 27 %, OUI probablement 47 %
NON 26 %, dont NON probablement pas 20%, NON certainement pas 6%

En 2018 : OUI 82 %, dont OUI certainement 31 %, OUI probablement 51 %
NON 18 %, dont NON probablement pas 15 %, NON certainement pas 3%

En 2022 : OUI 70% , dont OUI certainement 22 %, OUI probablement 48 %
NON 30 % , dont NON probablement pas 21 %, NON certainement pas 9%


Missiles de droite

En juillet 2015, les Français étaient donc plus de 7 sur 10 à vouloir la participation de la France à l’abolition des armes nucléaires et à soutenir un référendum sur cette question.

En mai 2018, ils étaient encore plus nombreux à le vouloir : plus de 8 sur 10 d’après les deux questions.

En 2022, leur soutien au désarmement nucléaire retombe légèrement en-dessous du niveau de 2015, avec un quasi doublement du nombre des opposants, de 15 à 29 %. Il faut dire que le sondage a été effectué les 20 et 21 septembre, au moment même où Vladimir Poutine, dans son discours diffusé internationalement le 21 septembre et annoncé la veille à Moscou, réitérait en l’accentuant sa menace nucléaire contre l’Occident.

Malgré cela, les Français demeurent 7 sur 10 à vouloir que la France engage des négociations sur l’abolition des armes nucléaires et radioactives, et à vouloir un référendum sur ce sujet.

Constances et évolutions selon le sexe et l’âge

De 2015 à 2022, on observe que le soutien au désarmement nucléaire est sensiblement plus élevé chez les femmes que chez les hommes : de 3 points en 2015 (75 % contre 72 %) ; de 8 points en 2018 (89 % contre 81 %) ; de 6 points en 2022 (74% contre 68%).

De même, en 2022 comme en 2015 le soutien est notablement plus élevé chez les seniors que chez les jeunes : en 2015 il était de 64 % chez les moins de 35 ans (58 % chez les 18 à 24 ans) et de 77 % chez les 35 ans et plus (jusqu’à 81% chez les 65 ans et plus) ; en 2022, il est de 62 % chez les moins de 35 ans et de 74 % chez les 35 ans et plus (dont 79 % chez les 65 ans et plus).

En revanche, en 2018, période très consensuelle en la matière, l’écart était négligeable : 84 % chez les moins de 35 ans (83 % chez les 18 à 24 ans), 86 % chez les 35 ans et plus. Rarement les Français auront été aussi proches les uns des autres que sur cette question et à cette date.

Quel serait donc le meilleur moyen de dépasser les clivages politiques et de faire l’union des Français ? Le même que celui qui permettrait de faire l’union entre les peuples : procéder à un désarmement nucléaire intégral, universel et contrôlé, afin d’écarter la peur et la menace existentielles comme méthodes de gouvernement et fondement des relations internationales, afin de vivre ensemble pacifiquement, paisiblement, et de coopérer les uns avec les autres à la solution des problèmes majeurs qui assaillent l’humanité.

La bombe atomique est la violence suprême, la violence ultime. Sur elle et avec elle, on ne peut rien construire de positif et de durable.


Missiles du centre

Variations selon la proximité politique

En 2018, le soutien au désarmement nucléaire ignorait presque complètement les clivages partisans. Ainsi, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle 2017 étaient 89 % à vouloir l’abolition des armes nucléaires, ceux d’Emmanuel Macron 89 %, et ceux de Marine Le Pen 81 %.

En 2022, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle 2022 sont 81% à le vouloir, ceux d’Emmanuel Macron 76 % et ceux de Marine Le Pen 69 %. Si l’on ajoute que ceux d’Eric Zemmour sont 66 % et ceux de Valérie Pécresse 60 %, on voit que la droitisation de la société française influence notablement la position des sondés sur cette question, de même que le contexte géopolitique.

Il reste que, quelle que soit leur opinion politique, une forte majorité de Français demeure favorable à l’abolition des armes nucléaires et radioactives, souhaite un engagement effectif de la France dans cette direction, et demande à être consultée sur la question inscrite dans la proposition de loi référendaire soumise par ACDN aux membres du Parlement.

La démocratie l’exigerait.

Le sondage des 20 et 21 septembre 2022

Le sondage des 2-3 mai 2018

Le sondage d’octobre 2015

La Proposition de Loi référendaire, septembre 2022

Formulaire de soutien à la Proposition de Loi référendaire

Sondage IFOP : Les Français et la participation de la France à l’abolition des armes nucléaires et radioactives

La guerre en Ukraine, faillite de la dissuasion nucléaire

i

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy