Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2016

Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

L'ONU convoque en 2017 des négociations pour interdire les armes nucléaires

Jean-Marie Matagne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un tournant historique
Le vendredi soir 23 décembre 2016 à New York, à deux jours de Noël et malgré l’heure tardive, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté en séance plénière, par une majorité de 113 voix pour contre 35, avec 13 abstentions, la résolution L41, déjà adoptée en commission du désarmement le 27 octobre dernier.

Cette résolution « sur l’avancement du désarmement nucléaire multilatéral » convoque à New York, en 2017, « une conférence des Nations Unies chargée de négocier un instrument juridiquement contraignant d’interdiction des armes nucléaires, conduisant à leur élimination totale ». La conférence se tiendra « du 27 au 31 mars et du 15 juin au 7 juillet 2017, avec la participation et la contribution d’organisations internationales et de représentants de la société civile ».

Le 27 octobre, la résolution L41 avait recueilli au sein de la 1e Commission de l’ONU, qui s’occupe du désarmement, 123 voix pour contre 38, avec 16 abstentions. Sur les 9 Etats possédant des armes nucléaires, 5 avaient voté contre : les Etats-Unis, la Russie, la France, la Grande-Bretagne (tous quatre signataires du Traité sur la Non-Prolifération, dont l’article 6 leur fait obligation de négocier l’élimination complète de leurs armes nucléaires) et Israël, qui n’est pas partie au TNP. Trois s’étaient abstenus : la Chine (signataire du TNP), l’Inde et le Pakistan. Un avait voté pour : la Corée du Nord, qui est sortie du TNP après s’être procuré grâce à lui des armes nucléaires et est actuellement soumise pour cette raison à des sanctions internationales.

Peu auparavant, les Etats-Unis avaient adressé à leurs alliés de l’OTAN une lettre de mise en garde, les avertissant que les effets d’un traité d’interdiction seraient de grande ampleur et qu’ils ne devaient surtout pas « sous-estimer son impact potentiel, peut-être même avant son entrée en force ». Ces effets se feront sentir « sévèrement », de l’aveu même des Etats-Unis, même si aucun Etat nucléaire ne devait signer le traité. Celui-ci pourra en effet être adopté par l’ONU selon la règle de la majorité et non celle de l’unanimité. Il stigmatisera les armes nucléaires et placera les Etats qui en détiennent au ban de l’humanité.

Après le 27 octobre, les Etats-Unis et la France ont continué à faire pression sur leurs alliés respectifs pour qu’ils votent contre la résolution L41 en séance plénière. Les Etats-Unis, premier contributeur au budget de l’ONU, ont tenté de bloquer le financement de la conférence lors de l’examen du budget 2017 en commission des finances. Ils ont fini par céder devant la colère de la plupart des Etats non nucléaires, qui ne supportent plus le "double standard" et le double langage des Etats nucléaires.

Ce vote historique de l’ONU prend le contrepied de Vladimir Poutine et de Donald Trump, qui viennent tout juste d’annoncer leur volonté d’entreprendre une nouvelle course aux armements nucléaires. Il prend aussi le contrepied des dirigeants français qui affirment leur intention de conserver et de développer l’armement nucléaire français, à l’instar du chef d’état-major de l’armée française, qui vient d’en affirmer publiquement la nécessité.

Dorénavant, un bras de fer est entamé entre, d’un côté, les dirigeants politiques de certains Etats nucléaires, dont la France, et d’un autre côté, les gouvernements de la plupart des Etats dépourvus d’armes nucléaires ou extérieurs à une alliance militaire telle que l’OTAN, soutenus par leurs opinions publiques et agissant de concert avec les ONG telles que la Croix Rouge, le Croissant Rouge, ou celles participant à la Campagne Internationale contre les Armes Nucléaires (ICAN), mais aussi avec des autorités religieuses (le pape François, le Conseil oecuménique des Eglises, l’Assemblée des évêques américains...), une foule de maires (ceux des 7000 villes membres des "Maires pour la Paix", l’association des maires des Etats-Unis...), et de nombreux parlementaires à travers le monde, y compris dans les pays dotés d’armes nucléaires comme la France.

Ainsi, le 27 octobre 2016, le Parlement européen s’était prononcé à une très large majorité pour la résolution L41.

Le même jour en France, plus de 100 parlementaires faisaient savoir qu’ils soutenaient une proposition de loi visant à organiser un référendum sur la question : « Voulez-vous que la France négocie et ratifie avec l’ensemble des Etats concernés un traité d’interdiction et d’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ? » La campagne en faveur de ce référendum se poursuit et a des chances d’avoir des effets dans les élections présidentielle et législatives de 2017. *

Jean-Marie Matagne
Président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN)
contact@acdn.net

* Voir

27 octobre 2016 : le jour où le grand retournement de l’histoire est devenu possible

101 députés et sénateurs français proposent un référendum pour l’abolition des armes nucléaires

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss