VOTER AVEC SA TÊTE

Alors la machine à fabriquer du Président (!) commence à produire ses premières pâtes molles !

 

Ce ne sont pas les petites phrases. Elles seront oubliées d'ici une semaines ou deux, remplacées par d'autres. L'époque est y propice, certains journalistes en sont friands et le bon peuple les reçoit en pensant que les candidats parlent comme eux, alors que mentors, communicants et autres conseillers leurs peaufinent ces perles insignifiantes qui font honneur à la fraternité...!

 

Ce ne sont pas les promesses qui avancent sous le voile pseudo-sérieux des programmes, des projets et autres réformes, pactes et propositions qui doit retenir l'attention des contribuables, citoyens et votants.

 

Ce ne sont pas, non plus, les meetings avec Marseillaise en fin, grands rassemblements avec drapeaux, enfant(s) du candidat-e- propre(s) sur eux et ailleurs, gadgets télévisuels et autres produits dérivés.

 

Non.

 

Ce sont les mots de la division, les propos dressant les un-e-s contre les autres, les discours désignant des groupes contre d'autres communautés voire pays qui font florès.

Au nom de ces fameux programmes ou promesses, les fonctionnaires vont être opposés au personnel du «privé», les autochtones contre les «étrangers», les travailleurs pauvres contre les nantis du Capital, les tenants du nationalisme malgré le mondialisme, ceux qui croit en une parole révélée et les laïques, les justes face aux charitables, les indignés contre les révoltés, les de gauche versus les de droite et passons en des meilleurs car de plus subtils.

Et ils vont nous exciter jusqu'aux extrêmes...ou pire.

 

Bien sur, ils nous dirons qu'il faut nous produire des slogans, des caricatures et des phrases simplistes car il est bien connu depuis l'antiquité que la plèbe ne pense pas.

Et puis il est si facile d'opposer un système contre un autre, un bon (le mien, par exemple!) et à un mauvais (le votre, pourquoi pas!) afin de nous préparer à l’arrivé de celui qui va les mettre tous d'accord, le Président de «tous» les français.

Il est curieux dans cette élection de constater que nos candidats s’opposent sur les estrades avec les arguments ci dessus et que celui qui sera élu nous fera le coup de l'unité nationale le jour de son intronisation.

 

Alors dénoncer cette entreprise de décervelage et de destruction de tout esprit critique qu'est une élection présidentielle semble la seule solution.

Rendons à ce moment son aspect d’éducation civique grandeur nature.

Refusons donc les arguments à l'emporte pièce, stigmatisant dans leur dualisme ou leur manichéisme une pensée quelque peu ardue voire compliquée.

Dénonçons les divisions et les envolées des grandes gueules.

Plus que jamais voter avec sa tête s'impose.

Nous pourrons aller voter avec nos pieds au deuxième tour !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.