Guerres inévitables, morts indispensables?

Alors le Prince déclara qu'il fallait se souvenir de tout les morts de toutes les guerre de la valeureuse Nation française.

Alors il faut se souvenir que pour la famille, les amis et autres par l'invention du Soldat inconnu- entre autre- prouve que tout ces morts se valent.

Soit. Mais pensons un peu de coté.

Les guerres se valent-elles?

Mourir pour la Libye est-ce équivalent que mourir dans les boyaux de Verdun?

Pour les familles, bien sur, la peine demeurera mais pour ceux qui organisèrent ce "théâtre des opérations" ils ont la vie sauve à perpétuité.

Disons qu'il y a différence de nature entre un engagement visant à libérer l'intégrité du territoire national et une guerre décidée par une décision politico-économique sur un terrain lointain. Les tenants d'un internationalisme quel qu'il soit (guerre d’Espagne en 36 ou guerre "otanisée" en Irak) argumenteront que la guerre ici c'est aussi la guerre ailleurs et réciproquement.

Donc ce qu'ils nous font croire est que la guerre est inéluctable, les morts inévitables et les peuples malléables.

Mais la guerre à bien d'autres fonctions, plus discrètes. Rassembler les moutons apeurés en fabriquant du Chef. ( Fonction actuellement tenu par ce concept génial de "crise"), permettre de se constituer de nouveaux marchés et surtout de maintenir les oligarques en place.

Mais nous savons qu'il existe d'autres moyens pour régler les inévitables conflits entre les groupes, les collectivité et les rassemblements d'intérêts. Malheureusement, citons en vrac, la diplomatie, la concertation, le droit international, les principes de la non violence et les régulations internationales, crient dans le désert.

Donnons leur un peu d'espace aujourd'hui, le 11 Novembre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.