ode aux élu-e-s récent-e-s ou dejà cumulard-e-s!

 

Donc ce soir les malins, les ambitieux, les grandes gueules, les je-sais-tout, les organisateurs, les cumulards, les profiteurs, les menteurs, les voleurs, ceux qui maitrisent les commissions d’appel d’offre,

qui utilisent les voitures de fonctions pour aller chercher leurs enfants à l’école, les repris de justice, ceux qui puisent, et ont puisés dans la caisse, ceux qui ont « la carte », animent des réseaux, touchent des pots-de-vin, abusent les biens sociaux, ceux qui ne rendent aucuns compte de leur mandats, ceux qui blanchissent, ceux qui clientélisent, ceux qui concussent, ceux qui favorisent les conflits d’intérêts, ceux qui copinent et qui corporatisent,

ceux qui pratiquent la corruption passive, la corruption active, qui escroquent, ceux qui sont sans règles, sans normes, sans lois, sans éthique ni étiquette, ceux qui pratiquent le népotisme, le pantouflage, les paradis fiscaux, les prise illégale d’intérêts, les recel d’abus de biens sociaux ou qui saucissonne afin d’éviter l’appel d’offre,

les autoritaires, les pervers, les celles qui ne savent même pas lire, qui déclarent vouloir faire évacuer la salle dès qu’une question est posé par un « opposant », ceux qui vous regardent de haut car ils sont « élus de la République », qui font des promesses éhontés, qui disent qu’ils sont malades durant la campagne électorale pour attendrir l’électeur, qui attendent de faire des travaux de voirie le mois des élections pour montrer au bon peuple qu’ils travaillent, qui toisent les employées de mairie voire les méprisent avec le sourire…

Donc ce soir ils vont dire que le peuple les à élu, qu’ils vont continuer à travailler pour lui en pensant le contraire, ce soir, ils vont être heureux mais avec modestie, discrétion…

Quant aux autres, les honnêtes, les laborieux, j’attends qu’ils se manifestent avec vigueur.

Et si un me prouve qu’il a bien travaillé, je pourrais lui serrer la main.

Enfin.

 

J’attends, donc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.