SARKOZY, ELU AU DEUXIEME TOUR DES PRESIDENTIELLES DE MAI 2017.

 

 

SARKOZY, ELU AU DEUXIEME TOUR DES PRESIDENTIELLES DE MAI 2017.

 

Partons du fait que Nicolas Sarkozy peut et va se présenter en 2017.

            Pour ce faire il a réuni quelques personnalités de droite amies ( non, pardon, complices !). Cela va de Copé qui est prêt à dire oui si Fillon refuse comme de Fillon si Copé n’en fait pas partie… Plus sa droite orpheline de son « grand »homme…

         De toute façon l’appareil UMP, aujourd’hui, est en panne. Il ne reste qu’à le repeindre au couleur du nouveau-ancien Président à venir. Il saura convaincre les caciques et les principaux prescripteurs de Parti car il n’aura pas besoin de jouer sur la peur de Marine LP qui d’ailleurs n’effraie pas les élus et sympathisants de l’UMP. Peut-être quelques anciens qu’il contiendra ou bien il leur proposera une fin de vie politique correcte.

         Comme la masse critique n’est pas atteinte, il va chercher du côté du Front National parmi le vivier des petits poissons qui cherchent (déjà !) un poste. Pour les attirer, il utilise leur inexpérience de terrain et leur flou idéologique autour de l’économie, la politique étrangère et autres…Les élus de droite du Sud de la France comme les Estrosi et autres sont de bons brouillons pour ce type de manœuvres.

         Même opération au Centre (UDI voire d’anciens déçus de Bayrou). Comme ce n’est pas suffisant non plus, il saura attirer quelques  belles pièces du côté de l’aile « droite » du Parti « socialiste ». Il ne manque que les noms que nous pourrions déjà proposer !

         Plus quelques « personnalités-de-la-société-civile ». Air connu pour homogénéiser cet ensemble disparate mais terriblement efficace car en accord avec l’air du temps.

Car, quel va être l’air du temps en 2017 ?

         Du chômage toujours, une économie européenne encore en berne, des élections défavorables aux socialistes qui ne sauront comment « rebondir », un FN qui aura conquis quelques grandes villes au cours des élections municipales de 2014.





En 2015, les régionales verront la suprématie des « Socialistes » perdue en fonction de la lente montée du parti du Président désormais allié avec le Front National.

 

 

 





Comment s’y prendre pour qu’une majorité de français puisse voter en faveur de Nicolas Sarkobis ?

         Une partie de son discours (dans le sens le plus large du terme) s’adressera aux petits, aux frustrés de la mondialisation qui fournissent une bonne partie de l’électorat du F.N. Lui, il leur vendra son expérience des G8 et autres sommets noyés dans la brume.

Il jouera la carte du protecteur mais qui finit toujours par rentrer dans le rang, la récré une fois finie. De l’expérience, un peu de franchouillardise de « bonne aloi ». Il y ajoutera une pincée de « people » qui fait le charme des grands quotidiens et autres hebdomadaires. Sur que pour son retour, Mme Carla S. sera du voyage.

         Quant aux grands riches, il nous fera le coup du retour en grâce de l’argent qui crée des emplois, qui produit la richesse de la France…etc. Il apportera un contraste avec le mode de gouvernement du président actuel qui ne fait pas « rêver ». L’électeur a besoin de s’identifier à des hommes d’exceptions. Apprendre à penser avec un Sarkozy qui aura tiré les leçons de son échec.

Il sera d’autant plus aigu que souple.

D’autant plus revanchard que mature.

         En ce qui concerne les classes dites moyennes il les divisera entre « privilégiées » et ceux qui doivent faire des efforts, entre les petits patrons qui recevront les quelques maigres fruits d’une croissance molle et les autres, les fonctionnaires par exemple, incapable de « s’adapter » aux « réformes ».

 

Donc petit exercice intellectuel…

A moins que…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.